27 novembre

Fête de l’Apparition de la Vierge de la Médaille Miraculeuse

1830

La Médaille Miraculeuse vient directement de la très Sainte Vierge Marie, Mère de Dieu et notre Mère. C’est un cadeau du Ciel qui n’a cessé d’opérer des merveilles de grâces à travers le monde entier. C’est un moyen simple et très efficace pour bénéficier de la protection de Marie, dans toutes nos nécessités spirituelles et temporelles.

Médaille MiraculeuseLe 27 novembre 1830, chez les Filles de la Charité, dans la Chapelle de la rue du Bac, à Paris, la très Sainte Vierge apparaissait à sainte Catherine Labouré (1806-1876) pour la deuxième fois. Ce jour-là, la Reine du Ciel Se montra ayant un globe sous les pieds et tenant dans Ses mains, élevées à la hauteur de la poitrine, un autre globe plus petit, qu’Elle semblait offrir à Notre-Seigneur dans un geste suppliant. Tout à coup, Ses doigts se remplirent d’anneaux et de pierreries très belles; les rayons qui en jaillissaient se reflétaient de tous côtés…

La Sainte Vierge abaissa les yeux sur l’humble novice occupée à La contempler: Voilà, lui dit-Elle, le symbole des grâces que Je répands sur les personnes qui Me les demandent… (en me faisant comprendre, écrit Catherine Labouré, combien Elle était généreuse envers les personnes qui La prient; que de grâces Elle accordait à celles qui les Lui demandent, quelle joie Elle éprouve en les accordant!) Les pierres qui restent dans l’ombre figurent les grâces que l’on oublie de Me demander.À ce moment, il se forma autour de la Sainte Vierge un tableau un peu ovale, sur lequel on lisait ces mots, écrits en lettres d’or:

O Marie
conçue sans péché,
priez pour nous
qui avons recours à Vous.

Médaille Miraculeuse - FaceDans une attitude qui invite au recours et à la confiance, les mains de Marie s’abaissèrent et s’étendirent, telles qu’on les voit représentées sur la médaille.

Soeur Catherine Labouré considérait cette vision avec bonheur. Une voix lui dit: «Faites, faites frapper une médaille sur ce modèle; les personnes qui la porteront recevront de grandes grâces, surtout en la portant au cou. Les grâces seront abondantes pour les personnes qui la porteront avec confiance.»

Médaille Miraculeuse - enversLe tableau parut se retourner et Soeur Catherine vit, au revers, la lettre M, surmontée d’une petite croix, et au-dessous, les saints Coeurs de Jésus et de Marie, le premier entouré d’une couronne d’épines, et le second transpercé d’un glaive. Douze étoiles entouraient le monogramme de Marie et les deux saints Coeurs.

Soeur Catherine accomplit fidèlement la mission que le Ciel lui confiait, mais par humilité et amour de la vie cachée, elle le fit de telle sorte que, jusqu’à sa mort, personne dans son entourage n’a su qu’elle était la Messagère choisie par la Reine du Ciel. Son confesseur recevait ses confidences, mais il hésita longtemps avant d’y ajouter foi. Sur les instances de la Sainte Vierge, il décida enfin d’en parler à Mgr Quélen, archevêque de Paris. C’était en 1832. La médaille fut frappée et elle connut aussitôt une diffusion prodigieuse à travers le monde entier, accompagnée d’incessants prodiges de guérisons, de protections et de conversions, au point qu’on lui donna le nom de Médaille Miraculeuse.

Portons cette Médaille de la très Sainte Vierge avec respect, et répétons souvent, avec confiance et amour, l’invocation par laquelle notre Mère du Ciel désire que nous Lui demandions des faveurs:

O Marie
conçue sans péché,
priez pour nous
qui avons recours à Vous.