Neuvaine au Saint Enfant Jésus de Bethléem

du 16 au 24 décembre

D’après le livre Bethléem, ou l’École de l’Enfant-Jésus, par Mgr Jean-Joseph Gaume. Ces belles prières peuvent aussi servir de méditations pour tout le temps de Noël et même tout au long de l’année.


 

Premier jour   ◊    16 décembre

Le Verbe Éternel S’est fait homme.

Ô doux Jésus, Verbe Éternel fait chair, je Vous rends grâces de Vous être incarné, d’avoir pris la nature humaine afin de l’élever et de la restaurer.  Car si Vous avez manifesté Votre puissance dans la création, c’est toute la tendresse de Votre miséricorde que Vous déployez pour la rédemption de l’humanité déchue.  Vous devenez homme, sujet aux infirmités.  Vous devenez notre frère afin de nous ramener à notre Père.  Il n’y a que Votre Amour infini qui ait pu Vous inspirer de si amoureuses folies.

Petit Enfant Jésus, comment puis-je me rendre digne d’un tel prodige d’amour et d’abaissement?  Moi, vil pécheur, je cherche à m’élever sur tous alors que Vous Vous anéantissez jusqu’à prendre la dernière place!  C’en est fait, mon Dieu, je veux Vous suivre sur la route de Vos abaissements en acceptant avec amour toutes les occasions où cette dernière place me sera présentée par Votre Providence.  Ainsi soit-il.

Invocation
Divin Enfant Jésus, qui pour le salut du monde avez voulu naître dans une étable, et être couché dans une crèche, sur un peu de paille:  ayez pitié de moi.
Marie et Joseph, priez l’Enfant-Jésus pour moi.
Gloire au Père…


 

Deuxième jour   ◊    17 décembre

Le Verbe Éternel, de grand S’est fait petit enfant.

Ô doux Jésus, Verbe Éternel fait chair, je Vous rends grâces d’avoir caché la grandeur de Votre Divinité sous les apparences d’un petit Enfant.  Vous venez, comme Prince de la paix, faire la médiation entre l’homme pécheur et le Dieu offensé.  Vous Vous faites petit pour attirer nos cœurs.  Vous obéissez pour réparer.  De faibles langes emprisonnent Votre toute-puissance, afin de bien montrer que c’est par la force de Votre obéissance que Vous opérez le salut du monde.

Ô mon cher petit Enfant, je veux Vous imiter et devenir enfant à mon tour, puisque ce n’est qu’à ce prix que je pourrai Vous plaire et entrer dans Votre royaume.  Enveloppez ma volonté rebelle dans les langes de Votre divine Volonté car je suis résolu de conformer mes désirs aux Vôtres comme un petit enfant docile.  Par les mérites de Votre sainte enfance, faites que désormais, Votre sainte Volonté soit la règle de tous mes désirs et de toutes mes actions.  Ainsi soit-il.

Invocation
Divin Enfant Jésus, qui pour le salut du monde avez voulu naître dans une étable, et être couché dans une crèche, sur un peu de paille:  ayez pitié de moi.
Marie et Joseph, priez l’Enfant-Jésus pour moi.
Gloire au Père…


 

Troisième jour   ◊    18 décembre

Le Verbe Éternel, de fort est devenu faible.

Ô doux Jésus, Verbe Éternel fait chair, je Vous rends grâces d’être devenu faible pour mon amour.  Vous, le Dieu fort, avez voulu ressentir toute la fragilité de notre nature humaine.  Vous dormez dans l’étable, Vous pleurez, Vous avez froid.  Vous éprouvez toutes nos infirmités, non seulement à Bethléem, mais durant tout le cours de Votre vie; elles changeront avec l’âge, mais resteront jusqu’à la mort Vos inséparables compagnes.

Divin Enfant de Bethléem, l’éternité ne me suffira pas pour Vous remercier d’avoir pris sur Vous toutes les faiblesses humaines.  En agissant ainsi, Vous m’avez ouvert le chemin.  Vous m’avez montré que, malgré mes propres défaillances, je puis atteindre la sainteté que Vous attendez de moi.  Votre exemple m’instruit:  j’apprends à me défier de moi-même et de mon impuissance, pour ne compter que sur le secours de Celui qui me fortifie et en qui je puis tout.  Accordez-moi, ô Jésus, la grâce d’être bien petit à mes propres yeux et de ne mettre ma confiance qu’en Vous.  Ainsi soit-il.

Invocation
Divin Enfant Jésus, qui pour le salut du monde avez voulu naître dans une étable, et être couché dans une crèche, sur un peu de paille:  ayez pitié de moi.
Marie et Joseph, priez l’Enfant-Jésus pour moi.
Gloire au Père…


 

Quatrième jour   ◊    19 décembre

Le Verbe Éternel, de riche S’est fait pauvre.

Ô doux Jésus, Verbe Éternel fait chair, je Vous rends grâces d’avoir embrassé la pauvreté avec toutes ses conséquences pour l’amour des hommes.  Vous descendez du ciel pour venir reposer sur un peu de paille.  Vous échangez la compagnie des Anges pour celle de deux animaux.  Vous qui embrasez les Séraphins, Vous tremblez de froid.  Vous qui soutenez les cieux, il faut qu’on Vous porte sur les bras.  Vous qui donnez la nourriture à tout ce qui respire, un peu de lait est nécessaire pour soutenir Votre vie.  Vous qui rendez heureux les Saints, Vous pleurez.  Ô mon Dieu, que Vos exemples me prêchent.  J’y découvre la beauté de la vraie pauvreté qui consiste à dédaigner tout ce qui est périssable pour ne goûter que ce qui est éternel.

Ô petit Jésus, vrai Pauvre de Bethléem, je veux renoncer à tout pour Vous trouver.  Détachez mon cœur de la terre par tous les moyens que Vous jugerez bons, car je désire que Vous soyez l’unique trésor de mon âme ici-bas.  Jésus, Sagesse Éternelle, soyez vraiment mon Dieu et mon Tout.  Ainsi soit-il.

Invocation
Divin Enfant Jésus, qui pour le salut du monde avez voulu naître dans une étable, et être couché dans une crèche, sur un peu de paille:  ayez pitié de moi.
Marie et Joseph, priez l’Enfant-Jésus pour moi.
Gloire au Père…


 

Cinquième jour   ◊    20 décembre

Le Verbe Éternel, de sublime S’est fait humble.

Ô doux Jésus, Verbe Éternel fait chair, je Vous rends grâces d’avoir réparé la désobéissance de l’homme par la puissance de Votre humilité.  Sans Vous prévaloir de Votre égalité avec Dieu, Vous êtes passé du trône de Votre gloire à l’abaissement d’une pauvre crèche.  Vous êtes devenu un inconnu pour ce monde que Vous alliez racheter.  Quelle leçon Vous donnez à nos cœurs avides de vaine gloire!

Ô divin Enfant!  C’est à Votre humilité que Vous voulez être reconnu.  Vos exemples rendent aimables et d’un prix infini les mépris et les humiliations.  Mon devoir et ma richesse est de les aimer, comme Vous les avez aimés.  Si je Vous avais aimé, l’humiliation m’aurait paru douce et agréable.  Mais puisque Vous promettez le pardon au cœur contrit, je me repens de ma vie si opposée à la Vôtre.  Je veux me corriger, et, par amour pour les abaissements de Votre crèche, je Vous promets de souffrir en paix tous les mépris, toutes les humiliations et tous les rebuts dont il Vous plaira que je sois l’objet.  Ainsi soit-il.

Invocation
Divin Enfant Jésus, qui pour le salut du monde avez voulu naître dans une étable, et être couché dans une crèche, sur un peu de paille:  ayez pitié de moi.
Marie et Joseph, priez l’Enfant-Jésus pour moi.
Gloire au Père…


 

Sixième jour   ◊    21 décembre

Le Verbe Éternel, de maître S’est fait serviteur.

Ô doux Jésus, Verbe Éternel fait chair, je Vous rends grâces de ce que Vous, le Roi des rois, Vous soyez abaissé jusqu’à prendre la condition d’esclave.  Par ce prodige de Votre amour, Vous nous avez libérés du joug du démon.  Vous avez ruiné son empire en confondant l’esprit d’insubordination qui en est le fondement.  À l’orgueil et à la désobéissance, Vous avez opposé l’humilité la plus profonde et la soumission la plus complète, Vous faisant serviteur de tous.

Ô Monarque du monde, devenu esclave pour mon amour!  Je suis rempli de confusion à la pensée de Votre crèche, monument éternel de Vos abaissements.  Je rougis à la pensée de mon orgueil, au souvenir de mes folies et de mes ingratitudes.  Je reconnais ma faute et je m’en repens.  Vos mérites infinis, ô mon Sauveur, animent mon espérance.  J’attends mon pardon de cette inépuisable bonté, qui ne Vous permet pas de mépriser un cœur contrit et humilié.  Prenez les chaînes de Votre amour, mettez-les à mes pieds et à mes mains; que je ne puisse jamais les rompre ni faire aucun mouvement contraire à Votre Volonté.  Ainsi soit-il.

Invocation
Divin Enfant Jésus, qui pour le salut du monde avez voulu naître dans une étable, et être couché dans une crèche, sur un peu de paille:  ayez pitié de moi.
Marie et Joseph, priez l’Enfant-Jésus pour moi.
Gloire au Père…


 

Septième jour   ◊    22 décembre

Le Verbe Éternel, d’heureux S’est fait souffrant.

Ô doux Jésus, Verbe Éternel fait chair, je Vous rends grâces d’avoir bien voulu Vous incarner pour souffrir.  Vous pouviez nous racheter sans souffrances, mais ce qui convenait à Votre justice ne convenait pas à Votre immense amour.  Infiniment heureux auprès de Votre Père, Vous êtes devenu homme de douleurs et familier de la souffrance.  Vous avez embrassé dès le berceau toutes les peines et les difficultés de notre exil.  Vous avez bu le premier, le remède qui doit guérir nos âmes rendues malades par le péché.

Divin Enfant, le cœur qui aime désire tout partager avec l’être aimé.  Je Vous proteste donc, que je veux être Votre disciple, prendre ma croix chaque jour à Votre suite.  J’aime mieux la souffrance près de Vous que les plaisirs loin de Vous.  Et si quelquefois mon âme ploie sous la douleur, elle puisera dans Votre exemple, la force, le courage et la paix.  Petit Enfant Jésus de la crèche, j’accepte de souffrir et d’être méprisé afin de Vous ressembler.  Ainsi soit-il.

Invocation
Divin Enfant Jésus, qui pour le salut du monde avez voulu naître dans une étable, et être couché dans une crèche, sur un peu de paille:  ayez pitié de moi.
Marie et Joseph, priez l’Enfant-Jésus pour moi.
Gloire au Père…


 

Huitième jour   ◊    23 décembre

Le Verbe Éternel, d’innocent S’est fait coupable.

Ô doux Jésus, Verbe Éternel fait chair, je Vous rends grâces d’avoir apporté au monde le salut en Vous revêtant de la culpabilité du péché.  Je Vous vois dans Votre pauvre étable, condamné à toutes les souffrances dues aux pécheurs.  En contemplant l’abjection où Vous a réduit Votre amour pour moi, je me reconnais coupable devant Vous et devant les hommes.  Je suis effrayé du nombre et de la gravité de mes fautes, de mon impuissance à les acquitter.  C’est pourquoi, ô Saint Enfant Jésus, demandez à Votre divine Mère de me prendre dans Ses bras et de m’offrir avec Vous au Père Éternel.  Vous avez payé pour moi.  Vous intercédez pour moi.  Vous avez fait ma pénitence.  C’est pour cela que Vous avez souffert, que Vous avez porté la croix.  Je veux réparer en acceptant chacune de Vos interventions purificatrices auprès de moi.

Ô Jésus, Rédempteur du monde, et plusieurs fois Rédempteur de mon âme, je me rends, Vous m’avez trop aimé.  Faites-moi prisonnier de Votre amour afin que jusqu’à mon dernier soupir, je Vous aime encore plus que je ne Vous ai offensé.  Ainsi soit-il.

Invocation
Divin Enfant Jésus, qui pour le salut du monde avez voulu naître dans une étable, et être couché dans une crèche, sur un peu de paille:  ayez pitié de moi.
Marie et Joseph, priez l’Enfant-Jésus pour moi.
Gloire au Père…


 

Neuvième jour   ◊    24 décembre

Le Verbe Éternel, de Sien S’est fait nôtre.

Ô doux Jésus, Verbe Éternel fait chair, je Vous rends grâces d’être devenu nôtre.  À la crèche, Vous Vous donnez pour résider en chacun de Vos disciples comme un Maître intérieur qui explique Ses leçons, les fait goûter et communique la force de les pratiquer.  Vous êtes descendu sur la terre pour converser avec l’homme, pour devenir son frère et Vous donner tout entier à lui.

Que puis-je faire, ô mon aimable Enfant, devant les excès de Votre don?  Je veux me donner à mon tour et Vous rendre amour pour amour.  Je remets ma volonté entre Vos mains puisqu’elle est l’unique obstacle entre Vous et moi.  Je ne veux pas que Vous m’ayez appelé en vain.  Voici mon cœur, mon corps, mon âme, ma vie, ma mort; je Vous apporte tout.  Je Vous l’offre par les mains très pures de Votre divine Mère qui est aussi la mienne, par celles de saint Joseph, Votre Père nourricier et mon protecteur.  Recevez tout, gardez tout, jusqu’au jour de l’éternité où je ne pourrai plus Vous perdre, mais où je me réjouirai éternellement de m’être donné à Vous.  Ainsi soit-il.

Invocation
Divin Enfant Jésus, qui pour le salut du monde avez voulu naître dans une étable, et être couché dans une crèche, sur un peu de paille:  ayez pitié de moi.
Marie et Joseph, priez l’Enfant-Jésus pour moi.
Gloire au Père…