3e Centenaire de la mort de saint Louis-Marie de Montfort

+ 28 avril 1716

Il a lutté pour le Christ

Louis-Marie Grignion de Montfort 03_QCSaint Louis-Marie de Montfort savait qu’il avait reçu la mission de combattre le Monde, le démon, ses pompes et ses oeuvres, pour établir et étendre le règne de Jésus et de Marie. Il fut fidèle à ce rôle glorieux et s’en acquitta merveilleusement. Partout où il passait, il apparaissait aux yeux du peuple comme l’envoyé de Dieu, comme l’ennemi de Satan.

Mais si Montfort était armé pour lutter contre l’enfer, l’enfer à son tour lui fit une terrible guerre. Toute l’histoire de ce grand Saint nous montre l’action des démons extrêmement acharnés contre lui. Persécuté partout et toujours calomnié soit par les jansénistes ou par les libertins, expulsé de nombreux diocèses, abandonné de ses meilleurs amis, le grand missionnaire de la Vierge et du Rosaire ne goûta jamais de repos.

«Quand il était question de donner une mission en quelque lieu, disait saint Louis-Marie de Montfort, il semblait que les démons prissent les devants, pour se mettre en travers ou la faire échouer. Mais dès que j’y ai mis le pied, je suis le plus fort. Jésus, Marie et saint Michel obligent les démons à me céder le champ de bataille, à se taire, ou du moins à ne m’attaquer que de loin.»

Ces paroles nous montrent l’empire que le grand missionnaire exerçait sur l’esprit des ténèbres. Il le chassait de toutes les contrées où il annonçait la parole de Dieu. Mais il n’était pas parvenu à cette maîtrise, sans avoir terriblement souffert de la part de son ennemi.

Louis-Marie Grignion de Montfort 09_QC2Un clerc d’une quinzaine d’années qui l’accompagnait un jour, dans une solitude où il s’était retiré près de Poitiers, entendit plusieurs fois un grand bruit dans sa chambre. «On eût dit, rapportait-il, trois ou quatre personnes se ruant l’une sur l’autre avec la dernière violence. Parmi le tumulte, on distinguait les exclamations du Saint: “Je me moque de toi! Je serai toujours assez fort avec Jésus et Marie! Je me moque de toi!”»

Satan, tout en n’attaquant que de loin son adversaire, selon le mot de Montfort, ne cessa pourtant de le poursuivre. Jusque dans sa dernière maladie, il s’acharna à le faire souffrir. Le Saint était tombé dans un abattement profond. Tout à coup on le vit se soulever livide, la face contractée, et s’adresser à un être invisible: «C’est en vain que tu m’attaques; je suis entre Jésus et Marie: Deo gratias et Mariae! Je suis au bout de ma carrière; c’en est fait, je ne pécherai plus.»

Je suis entre Jésus et Marie! Voilà le secret de la victoire. Apprenons-le de saint Louis-Marie de Montfort et gardons soigneusement cet enseignement pour nous en servir dans la pratique. En cette douce compagnie, qu’avons-nous à craindre? Nous ne sommes pas seulement entourés d’armées nombreuses et puissantes d’Anges et de Saints, mais nous sommes placés sous la sauvegarde du Général et de la Généralissime de la milice céleste. Si Dieu est avec nous, qui sera contre nous?

L’auguste Reine du ciel mettra à notre disposition les Anges de Sa cour, pour nous protéger et nous conduire. Ils sont heureux d’être envoyés au secours de Ses humbles serviteurs. Saint Michel reçoit toujours d’Elle avec bonheur, la mission d’entraver les efforts du démon et de le mettre en fuite. Vivons donc en haut, cherchons dans le ciel nos armes et nos alliés. À son serviteur effrayé à la vue de nombreux ennemis, Élisée montra la multitude d’Anges qui s’apprêtaient à le défendre.

Courage et confiance dans la lutte! Entre Jésus et Marie nous triompherons.

Tiré de Père J.M. Texier, Un mois avec le Bx de Montfort, Luçon, S. Pacteau Éditeur, 1915.

Article publié dans la Revue Magnificat, Avril 2010, p. 78