Acte de consécration à l’Immaculée

Immaculée, Reine du Ciel et de la terre, refuge des pécheurs et Mère très aimante, à qui Dieu a voulu confier tout l’ordre de la Miséricorde, je me prosterne devant Vous, pauvre pécheur que je suis; je Vous supplie humblement d’accepter tout mon être comme Votre bien et Votre propriété, et d’agir en moi et en toutes les facultés de mon âme et de mon corps, en toute ma vie, ma mort et mon éternité, comme il Vous plaira.  Faites de moi ce que Vous voulez pour réaliser ce qui a été écrit de Vous:  «Elle écrasera la tête du serpent» et encore:  «Par Vous, toutes les hérésies du monde ont été vaincues».

Qu’en Vos mains immaculées et très miséricordieuses, je sois un instrument docile pour Vous faire connaître et aimer de tant d’âmes tièdes ou égarées, et ainsi étendre le plus possible le Règne très sacré de Jésus.

En vérité, là seulement où Vous venez, Vous obtenez la grâce de la conversion et de la sanctification des âmes, parce que toutes les grâces s’écoulent du Cœur sacré de Jésus sur nous tous en passant par Vos mains.

Saint Maximilien-Marie Kolbe

Centenaire de la Fondation de la Milice de l’Immaculée

— 1917 —

par Saint Maximilien-Marie Kolbe

Depuis novembre 1912, le Frère Maximilien-Marie est à Rome pour parfaire ses études en vue du sacerdoce.(1) Il souffre cruellement de tout ce qu’il voit en la Ville éternelle.  En 1917, les Francs-Maçons fêtent le bicentenaire de leur fondation:  des cortèges haineux sont organisés, accompagnés de parodies blasphématoires.  Jusque sur la Place Saint-Pierre, ils osent s’aventurer avec drapeaux et pancartes:  «Satan doit régner au Vatican!» clament-ils.

Frère Maximilien en reste très marqué. Plus tard, il écrit:  «Ces hommes éloignés de Dieu sont dignes de pitié.  Cette haine mortelle contre l’Église et le Vicaire du Christ n’est pas l’œuvre de personnes isolées, mais d’une organisation puissante:  la F.-M.  Son but principal est l’anéantissement de la religion catholique.  Ses loges sont répandues par tout le monde, sous diverses dénominations, poursuivant les mêmes fins:  favoriser l’indifférence et l’affaiblissement moral, selon ses principes.  “Détruisez toute religion quelle qu’elle soit, surtout la religion catholique. – Nous triompherons de l’Église, non par l’intelligence, mais par la corruption.”»

L’attitude du Frère Kolbe à cette époque nous est rapportée par le recteur du collège, le R.P. Stefano Ignudi, qui écrit:  «Ce jeune religieux eut une intuition qui doit nous orienter sur sa mission future:  mettre un frein à cette expansion de l’impiété et à ces mouvements hostiles à l’Église.  En face de leur extension prodigieuse, il ne suffit pas de prier, mais de mettre en action de puissants moyens venus du Ciel ou de la Vierge Immaculée.  Il est rempli d’enthousiasme pour cette cause…  Il se décide à élaborer un plan spirituel.  Pas de moyens techniques ni de calculs savants; fini avec la routine!  Employons la franchise et une méthode dynamique:  une milice nouvelle, celle de l’Immaculée!  Il fait part de ses projets à ses confrères et à ses directeurs spirituels, tout en cherchant l’inspiration divine adaptée aux circonstances.»

C’est le 20 janvier 1917, jour du 75e anniversaire de l’apparition de l’Immaculée à Alphonse Ratisbonne,(2) que le Frère Maximilien a l’inspiration initiale de fonder un mouvement marial de prière et d’action.  L’un des premiers membres de la «Militia Immaculatæ», le Père Quirico Pignalberi, raconte la naissance de l’Œuvre:  «Un jour, au début de 1917, frère Maximilien me confia ses projets et ses plans.  On était encore en pleine guerre mondiale.  Un sentiment général de pessimisme régnait dans tous les esprits.  La situation mondiale devenait de plus en plus critique, non seulement par suite de la guerre elle-même, mais à cause du niveau moral et religieux qui baissait d’une façon inquiétante sous l’influence de la F.-M.  En face de cette situation, Frère Maximilien me déclara:

«“Est-il possible que nos ennemis mettent tout en œuvre pour dominer, tandis que nous nous contentons de prier, sans passer à l’action? Ne possédons-nous pas des armes encore plus puissantes: nous pouvons compter sur le Ciel et l’Immaculée. La Vierge sans tache, victorieuse de toutes les hérésies, ne cédera pas le pas à Son ennemi qui relève la tête; si Elle trouve des serviteurs fidèles, dociles à Son commandement, Elle remportera de nouvelles victoires, plus grandes que celles que nous pourrons imaginer.  Certes, Elle n’a pas besoin de nous autres, cependant Elle daigne nous prendre à Son service pour notre mérite et pour rendre la victoire plus étonnante, en employant des personnes pauvres et des moyens incompréhensibles aux yeux du monde, c’est-à-dire les armes spirituelles que l’on méprise et dont on se moque.”»

Le projet mûrit au fur et à mesure que les mois passaient.  Enfin, en la soirée du 16 octobre 1917, les sept premiers candidats à la nouvelle «chevalerie» faisaient leur consécration à Marie devant l’autel de l’Immaculée, dans la chapelle du Collège séraphique.(3)  C’était trois jours après la dernière Apparition de Notre-Dame de Fatima et le grand miracle du soleil.

Acte de consécration à l’Immaculée de saint Maximilien-Marie Kolbe

Immaculée, Reine du Ciel et de la terre, refuge des pécheurs et Mère très aimante, à qui Dieu a voulu confier tout l’ordre de la Miséricorde, je me prosterne devant Vous, pauvre pécheur que je suis; je Vous supplie humblement d’accepter tout mon être comme Votre bien et Votre propriété, et d’agir en moi et en toutes les facultés de mon âme et de mon corps, en toute ma vie, ma mort et mon éternité, comme il Vous plaira.  Faites de moi ce que Vous voulez pour réaliser ce qui a été écrit de Vous:  «Elle écrasera la tête du serpent»(4)et encore:  «Par Vous, toutes les hérésies du monde ont été vaincues».(5)

Qu’en Vos mains immaculées et très miséricordieuses, je sois un instrument docile pour Vous faire connaître et aimer de tant d’âmes tièdes ou égarées, et ainsi étendre le plus possible le Règne très sacré de Jésus.

En vérité, là seulement où Vous venez, Vous obtenez la grâce de la conversion et de la sanctification des âmes, parce que toutes les grâces s’écoulent du Cœur sacré de Jésus sur nous tous en passant par Vos mains.

  • Le but de l’œuvre de l’Immaculée:  la conversion des pécheurs, c’est-à-dire de tout le monde.
  • Conditions:  faire don de soi-même à la Vierge Marie, et porter la «Médaille miraculeuse».
  • Moyens:  tous, selon les circonstances de la vie et les impératifs de la conscience chrétienne, la prière à Marie et la diffusion de la Médaille miraculeuse.

«Ceux qui se donnent totalement à l’Immaculée, écrit le Père Maximilien-Marie, veulent brûler d’un amour si fort qu’il enflamme son milieu et fait brûler par son ardeur le plus d’âmes possible…  Ils désirent conquérir pour l’Immaculée le monde entier et chaque âme en particulier, et cela au plus tôt.»

«Il faut conquérir l’univers et chaque âme en particulier… à l’Immaculée et, par Elle, au Cœur sacré de Jésus… Que s’approfondisse sans cesse dans les âmes l’amour envers Elle… afin que ces âmes ne forment plus qu’un avec Elle et Elle seule. C’est ainsi qu’Elle seule, l’Immaculée, pourra vivre, et aimer, et agir dans ces âmes, et par elles.  De même que l’Immaculée est à Jésus, à Dieu, de même chaque âme va être par Elle et en Elle à Jésus, à Dieu, et cela beaucoup mieux que sans Elle…  C’est alors que ces âmes-là parviendront à aimer le Cœur Sacré de Jésus beaucoup mieux qu’elles ne l’ont fait jusqu’à maintenant.  Et comme l’Immaculée, elles vont pénétrer dans les profondeurs de l’amour:  la Croix et l’Eucharistie, beaucoup mieux qu’auparavant.  L’Amour divin, par Elle, mettra le feu au monde et le consumera…  Quand donc arrivera la divinisation de l’univers en Elle et par Elle?  Pour cela, il faut que ce soit Elle, et Elle seule, qui agisse, et que ceux qui se donnent, se donnent sans limites, qu’ils soient d’abord à Elle, qu’ils approfondissent sans limites cette donation, qu’ils resserrent ce lien d’amour…  C’est la condition absolue, indispensable.  Elle agira par eux dans la mesure où ils seront à Elle.  Alors, il faut qu’il ne reste rien en eux.  Il faut qu’ils soient à Elle sans limites.»  (Mémoires-notes personnelles du Père Kolbe)

«Les temps modernes sont dominés par Satan et le seront plus encore dans l’avenir. Le combat avec l’enfer ne peut être mené par des hommes, même les plus avisés.  Seule l’Immaculée a reçu de Dieu la promesse de la victoire sur le démon.  Maintenant qu’Elle est au Ciel, la Mère de Dieu demande notre collaboration.  Elle cherche des âmes qui Lui seront totalement consacrées, pour devenir entre Ses mains, les instruments qui vont vaincre Satan et étendre le Royaume de Dieu dans le monde entier.»

Sources:  F.X. Lesch, o.f.m. conv., Maximilien-Marie Kolbe, Fribourg, Éditions de la Mission de l’Immaculée, 1974; Le Bienheureux Père M. Kolbe, L’Immaculée révèle l’Esprit-Saint, Entretiens spirituels inédits, traduits et présentés par l’abbé J.-F. Villepelée, Paris, Éd. P. Lethielleux, 1974; H. M. Manteau-Bonamy, o.p., La Doctrine mariale du Père Kolbe, plein feu sur l’Immaculée, Éd. P. Lethielleux, 1975.

________________

  1.    Frère Maximilien sera ordonné prêtre, le 28 avril 1918, et célébrera sa première messe en l’église Sant’Andrea delle Fratte, à l’autel de la conversion miraculeuse d’Alphonse Ratisbonne (20 janvier 1842).
  2.    Voir la revue Magnificat Jan.-Fév. 2016.
  3.    Les Supérieurs avaient permis cette consécration, mais demandent au Père Kolbe de ne pas parler publiquement de sa pieuse association, jusqu’à ce que le pape Benoît XV lui accorde en avril 1919 bénédictions et encouragements.  Trois années s’écouleront encore avant que la Milice de l’Immaculée reçoive l’approbation ecclésiastique définitive, le 2 janvier 1922.
  4.    Genèse 3, 15
  5.    Office de la B.V. Marie, Antienne à Tierce.