Unissons-nous au grand saint Augustin dans son chant de louanges et d’amour adressé à sa Mère et Reine.

Ô Très Heureuse Marie! Qui est-ce qui Vous pourra rendre les reconnaissances et les actions de grâces qui Vous sont dues, pour le secours que Vous avez donné par Votre consentement à tout le monde qui était perdu? Quelles louanges Vous pourront être présentées par la faiblesse de notre nature, laquelle étant perdue a trouvé par Votre entremise le commencement de sa délivrance.
Recevez donc, s’il Vous plaît, ces très humbles actions de grâces, quoique chétives et indignes de Vos mérites, et, acceptant nos vœux, excusez nos péchés par Vos prières.
Recevez ce que nous Vous offrons, donnez ce que nous Vous demandons, excusez ce que nous craignons, d’autant que Vous êtes l’unique Espérance des pécheurs; par Vous, nous espérons le pardon de nos fautes, et en Vous est l’attente de tout notre bonheur.
Sainte Marie, secourez les misérables, aidez les pusillanimes, fortifiez les faibles, priez pour le peuple, intervenez pour le clergé; que tous ceux qui célèbrent Votre mémoire ressentent les effets de Votre assistance; soyez favorable aux vœux de ceux qui ont recours à Votre clémence et octroyez-leur l’accomplissement de leurs désirs; qu’il Vous plaise de prier incessamment pour le peuple fidèle, Vous, ô Vierge très bénite! qui avez mérité de porter le Rédempteur du monde, qui vit et règne dans les siècles des siècles.

Mon Jésus, pardon et miséricorde!
Par les mérites de Vos saintes Plaies et les douleurs de Votre Mère.