Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, écrivez-nous:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la préservation du Dépôt de la Foi.
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Exclusive Representation of the Nativity Scene.

The charm of the Infant God will make you forget your worries, your sorrows.
Jesus offers you the gift of a child’s heart filled with love, peace and true happiness.

Services are free of charge.

Schedule:

Midnight Mass:
Daytime Mass:
Visit to the Nativity Scene:

Midnight Mass:
Midnight Mass:

December 25, 12:00 a.m.
December 25, 10:00 a.m.
Dec. 25 to Jan. 31, 9:00 a.m. - 6:00 p.m.

January 1, 12:00 a.m.
January 6, 12:00 a.m.

Midnight Mass: December 25, 12:00 a.m.
Day Mass: December 25, 10:00 a.m.
Visit to the Crib: Dec. 25-Jan. 31, 9:00 a.m.-6:00 p.m.
Midnight Mass: January 1, 12:00 a.m.
Midnight Mass: January 6, 12:00 a.m.

Reservation:

(819) 688-5225

Our Address:

290 7e rang - Mont-Tremblant - Québec - Canada - J8E 1Y4

Lecture 178

XIII. — BARABBAS

Saint Matthieu XXVII, 15-23, 26; Saint Marc XV, 6-15; Saint Luc XXIII, 13-25;
Saint Jean XVIII, 39-40

Pilate fit approcher les Princes des prêtres, les magistrats et le peuple, et leur adressa ces paroles:

«Vous m’avez présenté cet homme, comme soulevant la nation; voilà cependant que je L’ai interrogé devant vous, et je n’ai trouvé en Lui aucun sujet de condamnation sur les chefs dont vous L’accusez. Hérode, à qui je vous ai renvoyés, n’a rien relevé non plus. Il n’y a donc rien d’établi contre Lui qui mérite la mort. C’est pourquoi je vais Lui faire infliger un châtiment et Le mettre ensuite en liberté.»

Or, c’était l’usage, au jour de la fête, que le Gouverneur leur accordât la délivrance d’un prisonnier, qu’eux-mêmes lui désignaient. Un malfaiteur insigne, appelé Barabbas, se trouvait alors en prison. Il était enchaîné avec les séditieux, pour avoir tué un homme dans une révolte.

En ce moment, le peuple se présenta devant le prétoire et réclama la grâce que le Gouverneur accordait toujours.

Ayant fait approcher la foule, Pilate prit la parole et dit:

«C’est la coutume que je vous délivre un prisonnier, à la fête de la Pâque, voulez-vous que j’élargisse le Roi des Juifs?… Lequel voulez-vous, de Barabbas ou de Jésus, qu’on appelle le Christ?»

Il savait bien, en effet, que les Grands-Prêtres ne Le lui avaient livré que par envie.

Cependant sa femme lui envoya dire, tandis qu’il siégeait sur son tribunal: «Ne vous commettez pas dans la cause de ce Juste, car aujourd’hui j’ai souffert étrangement en songe, à Son sujet.»

Mais les Pontifes, les Princes des prêtres et les Anciens avaient travaillé le peuple, et l’avaient excité à réclamer l’élargissement de Barabbas et la mort de Jésus.

Aussi, quand le Gouverneur renouvela sa question:

«Lequel des deux voulez-vous que je vous délivre?»

Ce fut une explosion unanime dans la foule:

«Barabbas! Non pas Celui-ci, mais Barabbas! Enlevez Celui-ci, et donnez-nous Barabbas!

— Mais que ferai-je de Jésus, de ce Roi des Juifs, appelé le Christ?» répliqua Pilate.

Tous redoublèrent leurs cris:

«Qu’Il soit crucifié!

— Mais enfin, quel mal a-t-Il donc fait?» insista le Gouverneur.

Les Juifs criaient toujours plus fort:

«Qu’Il soit crucifié!»

Pilate était décidé à délivrer Jésus. Il leur parla de nouveau. Mais les clameurs devenaient de plus en plus violentes:

«Crucifiez-Le! Crucifiez-Le!»

Une troisième fois, il leur dit:

«Qu’a-t-Il fait de mal? Je ne trouve rien en Lui qui mérite la mort; je Le châtierai donc, puis je Le renverrai.»

Mais ils s’acharnaient et demandaient à grands cris, qu’Il fût crucifié, et leurs vociférations s’élevaient toujours plus menaçantes.

Alors Pilate, voulant donner satisfaction au peuple, fit élargir Barabbas, le prisonnier rebelle et assassin qu’ils réclamaient, et abandonna Jésus à leur merci.