Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Lecture 75

DalmanuthaLe Lac — Juin

CH. IV — LA DEMANDE D’UN PRODIGE DANS LE CIEL — LE LEVAIN DES PHARISIENS ET DES SADDUCÉENS

Saint Matthieu XV, 39; XVI, 1-12; Saint Marc VIII, 10-21; Saint Luc XII, 54-57

Après avoir congédié le peuple, Jésus monta aussitôt dans une barque, accompagné de Ses Disciples, et Se rendit au pays de Dalmanutha, non loin de Magdala.

Des Pharisiens et des Sadducéens vinrent Le trouver, et commencèrent à disputer avec Lui. Pour Le mettre à l’épreuve, ils Lui demandèrent de leur faire voir un signe dans le ciel.1

Jésus leur répondit:

«Le soir venu, vous dites: “Il fera beau demain, car le ciel est rouge.” Et le matin: “Aujourd’hui, tempête, car le ciel brille d’une rougeur sinistre.” Quand vous voyez monter un nuage de l’Occident, vous dites aussitôt: “C’est la pluie qui vient”; et elle vient en effet. Quand, au contraire, le vent souffle du Midi, vous dites: “Il fera chaud”; et c’est ce qui arrive.

«Hypocrites! si habiles à conjecturer ce que présage l’aspect du ciel et de la terre, vous feignez de ne pouvoir reconnaître les signes des temps!»

Puis, gémissant dans Son coeur:

«Pourquoi, S’écria-t-Il, cette race-là demande-t-elle un signe? En vérité, Je vous le déclare, à cette race mauvaise et adultère, il n’en sera pas donné d’autre que celui du Prophète Jonas.»

Puis, les laissant là, Il remonta dans la barque et retourna de l’autre côté du Lac.

Or, les Disciples, avant la traversée, avaient oublié de s’approvisionner de pains. Il n’en restait qu’un seul dans la barque.

«Observez-vous, leur recommandait Jésus, soyez bien vigilants, et préservez-vous du levain des Pharisiens, des Sadducéens, et de celui d’Hérode.»

À ces paroles, les Apôtres pensaient en eux-mêmes et se disaient l’un à l’autre:

«C’est parce que nous avons oublié les pains.»

Jésus, surprenant cette réflexion:

«Hommes de peu de foi! leur dit-Il, qu’allez-vous vous préoccuper de ce que vous n’avez pas de pains?… N’avez-vous donc encore ni sens, ni intelligence? Votre coeur est-il toujours aveugle?… Vous avez donc des yeux pour ne pas voir, des oreilles pour ne pas entendre?… Manquez-vous même de mémoire?

«Lorsque J’ai partagé cinq pains, entre cinq mille hommes, combien avez-vous emporté de corbeilles, pleines de morceaux qui restaient?

— Douze, répondirent-ils.

— Et quand J’ai partagé sept pains, entre quatre mille hommes, combien avez-vous emporté de paniers de ce qui restait?

— Sept.

— Comment! vous ne comprenez pas encore? ajouta Jésus. Quoi! vous ne comprenez pas qu’il ne s’agissait nullement de pains, quand Je vous disais: Préservez-vous du levain des Pharisiens et des Sadducéens?»

Les Disciples comprirent alors qu’il fallait se garder, non du levain qu’on met dans le pain, mais de la doctrine des Pharisiens et des Sadducéens.

1 . À peine Jésus a-t-Il paru dans le pays de Galilée, qu’aussitôt Ses ennemis acharnés surgissent et Le poursuivent de leurs insidieuses questions.

«Tes miracles, semblent-ils dire, sont des miracles de la terre où règne Satan; il nous faut des miracles dans le ciel où Dieu habite. Les premiers peuvent être l’oeuvre de Satan: Montre-nous ceux qui ne peuvent venir que de Dieu, et nous croirons en Toi.» (P. Didon)