Recherche
Generic filters

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Sacré-Coeur de Jésus

Vision céleste.

Les mérites du Cœur de Jésus suppléent à toutes nos misères, et l’amour que nous avons pour Lui efface notre indignité. Voici ce qu’on lit à ce sujet dans les écrits de sainte Catherine de Gênes:

Dieu lui montra l’amour avec lequel Il avait souffert pour elle. Et quand son âme vit ce si grand, si pur et si véhément amour avec lequel Dieu l’aimait…, elle comprit en même temps la grande malignité de l’homme, et l’inconcevable amour que Dieu exerce continuellement envers lui, lui faisant toujours du bien quasi malgré lui, et sans regarder aux maux qu’il fait. Il ne cesse jamais, par Sa bénignité, d’opérer avec des moyens infinis ce qui est profitable et utile à l’homme, ne S’irritant point des offenses qu’il commet, mais attendant et recherchant son amendement avec un pur amour, ayant toujours en vue son salut éternel.

La Sainte vit aussi quelle chose c’était que l’être de l’homme, et vit qu’il était quasi aussi malin et méchant que Dieu est bon. Cette vue la plongea en un tel désespoir d’elle-même que, ne voulant plus perdre de temps à y penser pour y chercher quelque remède, elle mit toute sa confiance en Dieu et Lui dit: «Seigneur, je Vous fais un présent de moi-même, parce que je ne sais plus ce que je dois faire, voyant que je suis seulement apte et suffisante à faire de moi un enfer. Aussi, Seigneur, voudrais-je bien faire un échange avec Vous, et Vous donner mon être malin entre les mains, parce que Vous seul le pouvez cacher et engloutir en Votre bonté…» Notre-Seigneur, lui ayant témoigné qu’Il était content de cette offrande, répandit dans son cœur un rayon d’amour si ardent, enflammé et pénétrant, qu’Il la dépouilla en un instant de toute attache aux biens et aux joies de ce monde. Ce rayon d’amour demeura imprimé dans son cœur avec les cinq plaies de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui envoyaient des gouttes de sang brûlant d’amour et embrasé envers l’homme… Elle voyait bien clairement ce que de soi elle était, et se voyait tellement retenue et gardée par Dieu, que toutes les fois que Dieu l’eût délaissée, elle eût été très prompte à faire toutes ses œuvres avec autant de malice que le démon. Mais elle ne craignait pas, se voyant entre les mains de Dieu. La vue qui la tourmentait et faisait consumer, c’était celle de cet ardent amour de Dieu envers l’homme; elle assurait qu’on ne pouvait dire ou exprimer avec la langue humaine le feu véhément qu’elle ressentait.

Autres histoires...