This post is also available in: English Español

MESSE SOLENNELLE DU JEUDI SAINT

Introït (Saint Paul aux Galates 6, 14)

Pour nous, il faut nous glorifier dans la croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ, en qui est notre salut, notre vie et notre résurrection, par qui nous avons été sauvés et délivrés. — (Ps. 66, 2). Que Dieu nous soit favorable et qu’Il nous bénisse; qu’Il fasse briller sur nous Sa face et nous soit propice. Gloria Patri… 

On chante le Gloria; on sonne les cloches. À partir de ce moment, toute sonnerie dans les églises est suspendue jusqu’au Gloria de la Messe de la Veillée pascale.

Orémus. — Ô Dieu de qui Judas a reçu la punition de son crime et le larron la récompense de sa foi, accordez-nous les bienfaits de Votre miséricorde: faites que notre Seigneur Jésus-Christ, qui, dans Sa Passion, les a traités l’un et l’autre selon leur mérite, détruise de même en nous les égarements du vieil homme et nous donne la grâce d’avoir part à Sa résurrection. Lui qui, étant Dieu, vit et règne avec Vous en l’unité du Saint-Esprit, dans tous les siècles des siècles.

R/. Ainsi soit-il.

Épître (Saint Paul aux Corinthiens I 11, 20-32)

Lecture de l’Épître du Bienheureux Apôtre Paul aux Corinthiens. (I, 11, 20-32)
Mes frères, quand vous vous réunissez, ce n’est pas manger la cène du Seigneur que vous faites. Chacun se hâte de prendre à part soi ce qu’il a, et l’un a faim tandis que l’autre fait des excès. N’avez-vous pas vos maisons pour manger et pour boire? ou méprisez-vous l’Église de Dieu et voulez-vous faire honte à ceux qui n’ont rien? Que vous dirai-je? Vous louerai-je? Non je ne vous loue pas sur ce point. Pour moi, j’ai appris du Seigneur ce que je vous ai transmis: le Seigneur Jésus, la nuit même où Il fut livré, prit du pain, et après avoir rendu grâces, Il le rompit et dit: «Prenez et mangez, ceci est Mon Corps, qui sera livré pour vous; faites ceci en mémoire de Moi.» Il prit de même le calice, après le repas, en disant: «Ce calice est la nouvelle alliance en Mon Sang; faites ceci, toutes les fois que vous le boirez, en mémoire de Moi.» Car, toutes les fois que vous mangerez ce pain et que vous boirez ce calice, vous annoncerez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’Il vienne. C’est pourquoi celui qui mangera ce pain ou boira le calice du Seigneur indignement, répondra du Corps et du Sang du Seigneur. Que l’homme s’éprouve donc soi-même et mange alors ce pain et boive ce calice. Car celui qui le mange et le boit indignement, mange et boit sa propre condamnation, ne faisant pas le discernement qu’il doit du Corps du Seigneur. C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes et de malades et qu’un bon nombre meurent. Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. Mais jugés par le Seigneur, nous sommes châtiés pour n’être pas condamnés avec le monde.

R/. Rendons grâces à Dieu.

Graduel (Saint Paul aux Philippiens 2, 8-9)

Le Christ S’est fait obéissant pour nous jusqu’à la mort, et la mort de la croix.

V/. C’est pourquoi Dieu L’a exalté, et Lui a donné un Nom qui est au-dessus de tout nom.

La charité, disait l’Épître, est la condition indispensable pour communier. La charité, dit l’Évangile, est aussi le fruit principal de l’Eucharistie; aussi, après l’avoir instituée, Jésus inculque-t-Il à Ses Disciples ce grand devoir de la charité, en un geste symbolique où Il S’abaisse devant eux pour leur laver les pieds.

Évangile (Saint Jean 13, 1-15)

V/. Dóminus vobíscum.
R/. Et cum spíritu tuo.

V/. †Sequentia sancti Evangélii secúndum Joánnem.
R/. Glória tibi, Dómine.

Avant la fête de Pâque, sachant que Son heure était venue de passer de ce monde à Son Père, Jésus, qui avait aimé les Siens qui étaient dans le monde, leur donna une dernière marque de Son amour. Au cours du repas, alors que le diable avait déjà mis au coeur de Judas Iscariote, fils de Simon, le dessein de Le trahir, Jésus, sachant que le Père avait tout remis entre Ses mains, qu’Il était sorti de Dieu et retournait à Dieu, Se leva de table, déposa Ses vêtements, et prenant un linge Il S’en ceignit. Puis, versant de l’eau dans un bassin, Il Se mit à laver les pieds de Ses Disciples et à les essuyer avec le linge dont Il S’était ceint. Il arriva donc à Simon-Pierre, et Pierre Lui dit: «Vous, Seigneur, Vous me laver les pieds!» Jésus lui répondit: «Ce que Je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras plus tard.» Pierre Lui dit: «Jamais Vous ne me laverez les pieds.» Jésus lui répondit: «Si Je ne te lave pas les pieds, tu n’auras rien en partage avec Moi.» Simon-Pierre Lui dit: «Seigneur, non seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête.» Jésus lui dit: «Celui qui s’est baigné n’a plus besoin que de se laver les pieds, car il est pur tout entier. Et vous, vous êtes purs, mais non pas tous.» Il savait, en effet, quel était celui qui devait Le trahir; c’est pour cela qu’Il disait: «Vous n’êtes pas tous purs.» Quand Il leur eut donc lavé les pieds et repris Ses vêtements, Il Se remit à table et leur dit: «Savez-vous ce que Je vous ai fait? Vous M’appelez Maître et Seigneur, et vous avez raison, car Je le suis. Si donc Je vous ai lavé les pieds, Moi, le Seigneur et le Maître, vous devez, vous aussi, vous laver les pieds les uns aux autres, car Je vous ai donné l’exemple, pour que ce que Je vous ai fait, vous le fassiez également.»

R/. Louange à Vous, Seigneur.