Liturgie pour les Dimanches et Fêtes principales

Dimanche après l’Épiphanie – Fête de la Sainte Famille

Réflexion sur la Liturgie du jour – tiré de L’Année Liturgique, par Dom Prosper Guéranger

Introït

Le père du juste exulte de joie; que Ton père et Ta Mère se réjouissent et que Celle qui T’a enfanté tressaille d’allégresse. – Psaume. Qu’elles sont aimables, Vos demeures, Seigneur des armées! mon âme a soupiré jusqu’à défaillir après les parvis du Seigneur. Gloire au Père...

Oraison

Seigneur Jésus-Christ, qui, dans Votre soumission à Marie et à Joseph, avez consacré la vie de famille par la pratique d’ineffables vertus, faites qu’avec leur aide, nous mettions à profit les exemples de Votre sainte Famille et méritions de partager son bonheur éternel. Vous qui, étant Dieu, vivez et régnez avec Lui.

Épître

Lecture de l’Épître du Bx. Apôtre Paul aux Colossiens.

Frères, revêtez-vous, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience, vous supportant les uns les autres, et vous pardonnant mutuellement si quelqu’un a grief contre autrui. Comme le Seigneur vous a pardonné, pardonnez, vous aussi. Par-dessus tout cela, ayez la charité qui est le lien de la perfection. Et que la paix du Christ, à laquelle vous avez été appelés en un seul corps, règne dans vos cœurs. Soyez reconnaissants. Que la parole du Christ habite en vous abondamment, en toute sagesse; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres en des psaumes, des hymnes et des cantiques spirituels, chantant à Dieu dans vos cœurs, sous l’action de la grâce. Quoi que vous fassiez, en parole ou en acte, faites tout au nom du Seigneur Jésus-Christ, en rendant grâces par Lui à Dieu le Père.

Réflexion sur l’Épître

Graduel

Je n’ai demandé qu’une chose au Seigneur, et je la demanderai sans cesse, c’est d’habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie. Heureux ceux qui habitent dans Votre maison, Seigneur; ils chantent Vos louanges à jamais. Alléluia, alléluia. Vous êtes vraiment un roi caché, Dieu d’Israël, notre Sauveur. Alléluia.

Évangile

Suite du Saint Évangile selon Saint Luc

Lorsque Jésus fut âgé de douze ans, Ses parents montèrent à Jérusalem, selon la coutume pour la fête de Pâque. Les jours de la fête passés, comme ils s’en retournaient, l’Enfant Jésus demeura à Jérusalem à l’insu de Ses parents. Pensant qu’Il était avec ceux de leur compagnie, ils firent une étape d’un jour et Le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances. Ne Le trouvant pas, ils retournèrent à Jérusalem à sSa recherche. Et il se fit qu’après trois jours ils Le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. Et tous ceux qui L’entendaient étaient frappés de Son intelligence et de Ses réponses. Quand ils Le virent, ils furent stupéfaits et Sa Mère Lui dit: «Mon Fils, pourquoi avez-Vous agi de la sorte avec nous? Votre père et Moi nous Vous cherchions, tout affligés». Il leur répondit: «Pourquoi Me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas que Je dois être aux choses de Mon Père?» Mais ils ne comprirent pas cette parole qu’Il leur avait dite. Il descendit avec eux et revint à Nazareth. Il leur était soumis. Et Sa Mère gardait toutes ces choses dans Son cœur. Jésus croissait en sagesse, en âge et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.

Réflexion sur l’Évangile

C’est ainsi, ô Jésus! que Vous êtes venu du ciel pour nous enseigner. La faiblesse de l’enfance, sous les traits de laquelle Vous Vous montrez à nous, n’arrête point Votre ardeur à nous faire connaître le seul Dieu qui a fait toutes choses, et Vous, Son Fils, qu’Il a envoyé. Étendu dans la crèche, d’un seul regard Vous avez instruit les bergers; sous Vos humbles langes, dans Votre silence volontaire, Vous avez révélé aux Mages la lumière qu’ils cherchaient en suivant l’étoile. À douze ans, Vous expliquez aux docteurs d’Israël les Écritures qui rendent témoignage de Vous; Vous cherchez à dissiper les ombres de la loi par Votre présence et par Vos paroles. Pour accomplir les ordres de Votre Père céleste, Vous ne craignez pas d’inquiéter le cœur de Votre Mère, en cherchant ainsi des âmes à éclairer. Votre amour pour les hommes transpercera bien plus durement encore ce tendre cœur, au jour où, pour le salut de ces mêmes hommes, Marie Vous verra suspendu au bois de la croix, expirant dans toutes les douleurs. Soyez béni, ô Emmanuel! dans ces premiers Mystères de Votre enfance, où Vous apparaissez déjà uniquement occupé de nous, et préférant à la société même de Votre Mère, ces hommes pécheurs qui doivent un jour conspirer Votre mort.

Secrète

En Vous offrant ce sacrifice de propitiation, nous Vous supplions, Seigneur, par l’intercession de la Vierge Mère et du bienheureux Joseph, d’établir nos familles dans la paix et la ferme possession de Votre grâce. Par le même Jésus-Christ, Votre Fils, notre Seigneur.

Postcommunion

Donnez, Seigneur Jésus, à ceux que Vous fortifiez de Vos célestes sacrements d’imiter sans cesse les exemples de Votre sainte Famille afin qu’à l’heure de notre mort, accueillis par Votre glorieuse Mère et le bienheureux Joseph nous soyons reçus par Vous dans les demeures éternelles. Vous qui, étant Dieu, vivez et régnez.