Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, écrivez-nous:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la préservation du Dépôt de la Foi.
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Exclusive Representation of the Nativity Scene.

The charm of the Infant God will make you forget your worries, your sorrows.
Jesus offers you the gift of a child’s heart filled with love, peace and true happiness.

Services are free of charge.

Schedule:

Midnight Mass:
Daytime Mass:
Visit to the Nativity Scene:

Midnight Mass:
Midnight Mass:

December 25, 12:00 a.m.
December 25, 10:00 a.m.
Dec. 25 to Jan. 31, 9:00 a.m. - 6:00 p.m.

January 1, 12:00 a.m.
January 6, 12:00 a.m.

Midnight Mass: December 25, 12:00 a.m.
Day Mass: December 25, 10:00 a.m.
Visit to the Crib: Dec. 25-Jan. 31, 9:00 a.m.-6:00 p.m.
Midnight Mass: January 1, 12:00 a.m.
Midnight Mass: January 6, 12:00 a.m.

Reservation:

(819) 688-5225

Our Address:

290 7e rang - Mont-Tremblant - Québec - Canada - J8E 1Y4

Lecture 186

SIXIÈME PARTIE

DE LA RÉSURRECTION À L’ASCENSION

9 Avril

CH. I — LE MATIN DE PÂQUES

I. — LA RÉSURRECTION

Saint Matthieu XXVIII, 2-4

Et voici qu’au matin du troisième jour, il y eut un violent tremblement de terre. Un Ange du Seigneur descendit du ciel; s’approchant de la pierre, il la renversa1 et s’assit dessus. Son visage brillait comme l’éclair, Son vêtement resplendissait comme la neige.

Frappés de terreur et d’épouvante, les gardes étaient comme morts.

II. — LES SAINTES FEMMES AU TOMBEAU

Saint Matthieu XXVIII, 1, 5-8; Saint Marc XVI, 1-8; Saint Luc XXIV, 1-9; Saint Jean XX, 1

Or, le soir du sabbat, quand le lever des étoiles avait commencé le jour suivant, Marie-Madeleine, Marie, mère de Jacques et Salomé, étaient allées acheter des aromates pour embaumer Jésus.

Le lendemain, de grand matin, avant que les ténèbres fussent dissipées, elles se dirigèrent vers le tombeau; elles portaient les aromates qu’elles avaient préparés. Chemin faisant, elles se disaient l’une à l’autre:

«Qui nous ôtera la pierre qui ferme l’entrée du tombeau?»

Marie-Madeleine arriva la première, et vit que la pierre était renversée. Aussitôt elle courut vers Simon-Pierre et vers cet autre Disciple que Jésus aimait:

«Ils ont enlevé le Seigneur du sépulcre, s’écria-t-elle, et nous ne savons où ils L’ont mis!»

Cependant les autres femmes arrivèrent à leur tour, lorsque le soleil se levait. Elles regardèrent et virent également que le bloc de rocher, qui était énorme, avait été roulé en arrière. Étant entrées dans le sépulcre, elles n’y trouvèrent point le corps du Seigneur Jésus: elles en furent consternées.

Mais voilà que, debout à côté d’elles, apparurent deux hommes, vêtus de robes resplendissantes. Tout effrayées, elles courbaient leur front vers la terre:

«Pour vous, leur dit l’Ange, qui était assis à la droite, ne craignez point! Je sais que vous cherchez Jésus de Nazareth qui a été crucifié. Pourquoi voulez-vous trouver Celui qui est vivant, au milieu des morts?… Il n’est plus ici! Il est ressuscité, comme Il l’a dit!… Venez et regardez l’endroit où le Seigneur était déposé… Rappelez-vous ce qu’Il vous disait lorsqu’Il était encore en Galilée: “Il faut que le Fils de l’Homme soit livré entre les mains des pécheurs, qu’Il soit crucifié, et qu’Il ressuscite le troisième jour.”

«Et maintenant, allez sans retard, apprendre à Ses Disciples et à Pierre qu’Il est ressuscité. Il sera avant vous en Galilée. Là vous Le verrez,2 comme Lui-même vous l’a dit… Voilà le message que j’avais à remplir auprès de vous.»

Elles se ressouvinrent alors des paroles de Jésus, et tout émues et tremblantes de crainte et de joie, elles sortirent en hâte du tombeau, et l’effroi les empêcha de rien dire à personne.

1Notre-Seigneur était déjà sorti du sépulcre. Si l’Ange renversa la pierre, ce fut pour montrer que le tombeau était vide, permettre aux saintes femmes d’y pénétrer et leur annoncer le prodige.

2Nous ne pouvons douter que la très Sainte Vierge n’ait été favorisée de la première apparition de Son divin Fils ressuscité. Le Cœur de Jésus ne pouvait différer de verser, dans le Cœur de Sa Mère bien-aimée, une consolation d’autant plus abondante, qu’il avait été abreuvé de plus amères douleurs.