Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, écrivez-nous:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la préservation du Dépôt de la Foi.
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Exclusive Representation of the Nativity Scene.

The charm of the Infant God will make you forget your worries, your sorrows.
Jesus offers you the gift of a child’s heart filled with love, peace and true happiness.

Services are free of charge.

Schedule:

Midnight Mass:
Daytime Mass:
Visit to the Nativity Scene:

Midnight Mass:
Midnight Mass:

December 25, 12:00 a.m.
December 25, 10:00 a.m.
Dec. 25 to Jan. 31, 9:00 a.m. - 6:00 p.m.

January 1, 12:00 a.m.
January 6, 12:00 a.m.

Midnight Mass: December 25, 12:00 a.m.
Day Mass: December 25, 10:00 a.m.
Visit to the Crib: Dec. 25-Jan. 31, 9:00 a.m.-6:00 p.m.
Midnight Mass: January 1, 12:00 a.m.
Midnight Mass: January 6, 12:00 a.m.

Reservation:

(819) 688-5225

Our Address:

290 7e rang - Mont-Tremblant - Québec - Canada - J8E 1Y4

Une histoire pour chaque jour...

Jésus frappe à la porte de notre coeur

Pie VII et le tailleur.

On sait que Napoléon Ier fit arrêter le Pape Pie VII (1742-1823) et le retint prisonnier à Savone. Les geôliers refusaient au Pape toute commodité, quelquefois même le nécessaire, de sorte que l’auguste vieillard n’avait même plus d’habits convenables pour son rang. Sa soutane blanche tombait en lambeaux. Il demanda donc un tailleur pour la faire raccommoder. À la vue de l’habit tout usé du Pape, le tailleur fut pris de pitié, et pour faire voir la misère à laquelle le Saint-Père se trouvait réduit, il montra la soutane aux habitants de la petite ville. Chacun voulut un souvenir du Saint-Père, et le tailleur fut obligé de couper la soutane en morceaux pour satisfaire leur désir. Ils achetèrent ensuite une belle soutane neuve qu’ils firent remettre au Pape en y ajoutant le produit d’une quête faite entre eux. Le Saint-Père les en remercia et distribua l’argent aux pauvres.

Un roi qui voulait séparer de Rome l’épiscopat de son pays.

Guillaume Ier, roi de Hollande, persécutait l’Église catholique et cherchait à empêcher la communication des évêques hollandais avec le Saint-Siège. Un jour il fit appeler un évêque et lui dit: «Je m’étonne de ce que vous obéissez aussi servilement aux ordres du Pape. De bons évêques ne pourraient-ils donc point se passer du Pape?» Prompt à la réplique, l’évêque répondit: «Parfaitement, à peu près comme les ministres peuvent se passer du roi.»

Comme les branches et les rameaux de l’arbre sont intimement liés au tronc et ne peuvent subsister sans lui, ainsi en est-il du clergé à l’égard du Saint-Siège.

Les riches ornements des évêques.

Saint François de Sales, évêque de Genève, entra un jour en voyage dans une église de Capucins, qui appartenait à son diocèse. On était au carême et le prédicateur parlait du luxe dans l’habillement. Il attaqua aussi les évêques qui, au lieu de donner le bon exemple, portaient à son avis de trop riches habits de cérémonie et voyageaient en carrosse. Après le sermon, le saint évêque se rendit à la sacristie et fit venir le prédicateur. Lorsqu’ils furent seuls, saint François lui dit avec sa douceur proverbiale: «Mon ami, vous avez eu un sermon très édifiant. Peut-être est-il vrai que nous autres supérieurs ecclésiastiques nous ayons des défauts, dont vous autres religieux êtes exempts. Néanmoins je crois qu’il est imprudent de dire pareilles choses publiquement. Du reste les dignitaires ecclésiatiques doivent nécessairement porter un habit qui convient à leur rang. Et puis vous ne savez pas ce qui se trouve souvent sous le vêtement de soie.» À ces mots l’évêque ouvrit le haut de sa soutane et le Capucin, tout confus, vit qu’il portait un grossier habit de bure. Alors saint François ajouta: «Je voulais vous montrer cela pour vous apprendre que l’humilité et l’esprit de mortification peuvent très bien trouver leur place sous un habit de soie et pour vous exhorter à être dorénavant plus prudent en vos paroles et moins téméraire en vos jugements.

Si les dignitaires de l’Église étaient habillés en haillons, on les accuserait d’avarice, de malpropreté, etc… Et beaucoup de gens perdraient le respect dû aux hommes de Dieu.

Autres histoires...

Jésus frappe à la porte de notre coeur

Pie VII et le tailleur.

On sait que Napoléon Ier fit arrêter le Pape Pie VII (1742-1823) et le retint prisonnier à Savone. Les geôliers refusaient au Pape toute commodité, quelquefois même le nécessaire, de sorte que l’auguste vieillard n’avait même plus d’habits convenables pour son rang. Sa soutane blanche tombait en lambeaux. Il demanda donc un tailleur pour la faire raccommoder. À la vue de l’habit tout usé du Pape, le tailleur fut pris de pitié, et pour faire voir la misère à laquelle le Saint-Père se trouvait réduit, il montra la soutane aux habitants de la petite ville. Chacun voulut un souvenir du Saint-Père, et le tailleur fut obligé de couper la soutane en morceaux pour satisfaire leur désir. Ils achetèrent ensuite une belle soutane neuve qu’ils firent remettre au Pape en y ajoutant le produit d’une quête faite entre eux. Le Saint-Père les en remercia et distribua l’argent aux pauvres.

Un roi qui voulait séparer de Rome l’épiscopat de son pays.

Guillaume Ier, roi de Hollande, persécutait l’Église catholique et cherchait à empêcher la communication des évêques hollandais avec le Saint-Siège. Un jour il fit appeler un évêque et lui dit: «Je m’étonne de ce que vous obéissez aussi servilement aux ordres du Pape. De bons évêques ne pourraient-ils donc point se passer du Pape?» Prompt à la réplique, l’évêque répondit: «Parfaitement, à peu près comme les ministres peuvent se passer du roi.»

Comme les branches et les rameaux de l’arbre sont intimement liés au tronc et ne peuvent subsister sans lui, ainsi en est-il du clergé à l’égard du Saint-Siège.

Les riches ornements des évêques.

Saint François de Sales, évêque de Genève, entra un jour en voyage dans une église de Capucins, qui appartenait à son diocèse. On était au carême et le prédicateur parlait du luxe dans l’habillement. Il attaqua aussi les évêques qui, au lieu de donner le bon exemple, portaient à son avis de trop riches habits de cérémonie et voyageaient en carrosse. Après le sermon, le saint évêque se rendit à la sacristie et fit venir le prédicateur. Lorsqu’ils furent seuls, saint François lui dit avec sa douceur proverbiale: «Mon ami, vous avez eu un sermon très édifiant. Peut-être est-il vrai que nous autres supérieurs ecclésiastiques nous ayons des défauts, dont vous autres religieux êtes exempts. Néanmoins je crois qu’il est imprudent de dire pareilles choses publiquement. Du reste les dignitaires ecclésiatiques doivent nécessairement porter un habit qui convient à leur rang. Et puis vous ne savez pas ce qui se trouve souvent sous le vêtement de soie.» À ces mots l’évêque ouvrit le haut de sa soutane et le Capucin, tout confus, vit qu’il portait un grossier habit de bure. Alors saint François ajouta: «Je voulais vous montrer cela pour vous apprendre que l’humilité et l’esprit de mortification peuvent très bien trouver leur place sous un habit de soie et pour vous exhorter à être dorénavant plus prudent en vos paroles et moins téméraire en vos jugements.

Si les dignitaires de l’Église étaient habillés en haillons, on les accuserait d’avarice, de malpropreté, etc… Et beaucoup de gens perdraient le respect dû aux hommes de Dieu.

Autres histoires...