pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Jésus frappe à la porte de notre coeur

Le Manichéen et l’ermite catholique.

Dans la Thébaïde, où vivaient beaucoup de solitaires orthodoxes, se trouvait aussi un Manichéen (membre d’une secte hérétique au début du christianisme). Un jour qu’il fit une excursion, il s’égara et se trouva vers le soir auprès de la chaumière d’un ermite catholique. Craignant de devenir la proie des fauves du désert, il résolut de frapper à la porte de la cabane. En entrant il s’excusa de ce qu’il demandait un gîte pour la nuit, quoiqu’il fût un hérétique. Le solitaire le reçut cordialement et lui prépara une couche moelleuse. Ce que voyant, l’hérétique se dit: «Cet homme est vraiment un serviteur de Dieu, car la charité est d’après la parole du Sauveur le signe le plus sûr des disciples de Dieu. Un Manichéen n’aurait pas reçu un chrétien avec la même bonté.» Il en fut tellement touché qu’il rentra dans le sein de l’Église.

Saint Pacôme.

Un fait analogue est rapporté de saint Pacôme, le grand fondateur des moines en Égypte. Encore soldat et païen, il fut un jour logé chez une famille chrétienne de la ville de Thèbes, et y fut traité avec tous les égards, comme s’il avait été un enfant de la famille. Cette conduite fit la plus grande impression sur son âme et instinctivement il conçut du respect pour la religion qui l’inspirait. Ce fut la cause de ses études postérieures qui le conduisirent au christianisme et à l’organisation de la vie monastique, où il acquit tant de mérites.

Les Saints savaient gagner le cœur des hérétiques et des pécheurs par leur charité. La dureté et l’intolérance auraient produit l’effet contraire. Notre Seigneur nous dirait: «Va et fais de même.» Il faut être tolérant envers ceux qui ne sont pas membres de l’Église; car quoiqu’ils soient dans l’erreur, ils sont nos frères.

Autres histoires...

Jésus frappe à la porte de notre coeur

Le Manichéen et l’ermite catholique.

Dans la Thébaïde, où vivaient beaucoup de solitaires orthodoxes, se trouvait aussi un Manichéen (membre d’une secte hérétique au début du christianisme). Un jour qu’il fit une excursion, il s’égara et se trouva vers le soir auprès de la chaumière d’un ermite catholique. Craignant de devenir la proie des fauves du désert, il résolut de frapper à la porte de la cabane. En entrant il s’excusa de ce qu’il demandait un gîte pour la nuit, quoiqu’il fût un hérétique. Le solitaire le reçut cordialement et lui prépara une couche moelleuse. Ce que voyant, l’hérétique se dit: «Cet homme est vraiment un serviteur de Dieu, car la charité est d’après la parole du Sauveur le signe le plus sûr des disciples de Dieu. Un Manichéen n’aurait pas reçu un chrétien avec la même bonté.» Il en fut tellement touché qu’il rentra dans le sein de l’Église.

Saint Pacôme.

Un fait analogue est rapporté de saint Pacôme, le grand fondateur des moines en Égypte. Encore soldat et païen, il fut un jour logé chez une famille chrétienne de la ville de Thèbes, et y fut traité avec tous les égards, comme s’il avait été un enfant de la famille. Cette conduite fit la plus grande impression sur son âme et instinctivement il conçut du respect pour la religion qui l’inspirait. Ce fut la cause de ses études postérieures qui le conduisirent au christianisme et à l’organisation de la vie monastique, où il acquit tant de mérites.

Les Saints savaient gagner le cœur des hérétiques et des pécheurs par leur charité. La dureté et l’intolérance auraient produit l’effet contraire. Notre Seigneur nous dirait: «Va et fais de même.» Il faut être tolérant envers ceux qui ne sont pas membres de l’Église; car quoiqu’ils soient dans l’erreur, ils sont nos frères.

Autres histoires...