Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Notre-Dame du Rosaire

Évangélisation miraculeuse de l’île Wallis

La foi s’établissait avec lenteur à Wallis (Polynésie). Après de longs et rudes travaux, le Révérend Père Bataillon n’avait pu décider à se faire instruire qu’une faible partie de la peuplade. Le grand nombre des habitants, au lieu de se rendre, s’irritèrent de voir leurs frères abandonner les dieux païens. Déjà les plus exaltés poussent des cris de vengeance, fomentent partout la révolte et mettent des armes aux mains de tous. La nouvelle du danger s’est bientôt répandue; la frayeur saisit les catéchumènes, qui, incapables de se défendre par la force, viennent demander secours et protection au ministre de Dieu, pour la cause duquel ils se trouvent exposés à la mort. Le Père Bataillon a placé sa confiance en Celui qui l’envoie; il prie Marie, qui couvre de Ses salutaires auspices la Société de la Mission: l’assurance qu’il tire de sa foi ne tarde pas à faire sur son faible troupeau une heureuse impression, et à calmer les premiers transports de l’épouvante.

Pour les mieux établir sous la protection de la céleste Reine de l’Océanie, il se hâte de faire, avec un lambeau d’étoffe qu’il trouve sous sa main, un étendard blanc sur lequel il attache Sa douce image. Lorsqu’il a élevé sur leurs têtes ce signe de ralliement et ce gage d’espérance certaine, l’apôtre s’écrie, saisi d’un enthousiasme prophétique: «Ayez confiance, mes enfants, il ne vous sera fait aucun mal: nous allons parcourir l’île, et la conquérir à Jésus-Christ.»

En même temps il lève la main pour les bénir; tous se prosternent, et se relèvent rassurés et consolés. Le Révérend Père établit l’ordre dans leurs rangs, et leur assigne les positions les plus opportunes, selon leur âge et leurs forces; il leur recommande de réciter sans interruption le chapelet, la prière qui invoque, à cris multipliés, la puissante Marie pour l’heure présente, l’heure du danger et du besoin; et tandis que ces voix d’enfants, de femmes, de guerriers et de vieillards font monter vers Son trône l’ardent concert de leurs supplications, le missionnaire armé de son chapelet et de sa croix, s’avance seul du côté de l’ennemi, et, levant sa croix vers le ciel il adjure l’esprit de ténèbres de céder cette terre à Jésus-Christ.

À ce spectacle d’un seul homme sans armes, les idolâtres étonnés cessent d’avancer. Vainement les plus exaltés excitent la multitude, personne n’ose affronter le prêtre que Dieu couronne de terreur.

Le lendemain, même effroi et même obstination. Les tribus fidèles passent leur temps à réciter le chapelet. Enfin après trois jours et trois nuits d’alarmes, l’ennemi découragé se débande. Mais le missionnaire veut gagner à Jésus-Christ toute la contrée.

Plein de confiance en Marie, il prend dans le petit troupeau deux hommes hardis et fervents et s’avance avec eux vers un village d’idolâtres. Après trois heures d’entretien, le bon prêtre gagna le chef et soumit ainsi peu à peu tous les villages d’alentour. Mais voilà que tout à coup ceux qui étaient encore idolâtres reprennent les armes; l’un des chefs les plus redoutés s’avançait pour reconnaître l’état de ceux qu’il voulait saisir, lorsqu’il fut soudain frappé de la grâce, et, touché de repentir, il se soumit au missionnaire, et entraîna les autres par son exemple. Ainsi fut opérée la conversion de Wallis.

Qui n’y admirera la vertu du chapelet, pour arrêter les ennemis de Jésus? Oh! que la prière faite en commun a de force sur le Cœur de Marie! Quand le démon nous attaque, tenons en main le chapelet, récitons des Ave Maria en union avec toutes les âmes qui dans l’univers entier rendent chaque jour les mêmes hommages à la divine Mère. Confions-nous dans l’attouchement même du chapelet, qui tant de fois a su vaincre les puissances des ténèbres.

Autres histoires...