pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Enfant-Jésus, je Vous aime de tout mon coeur!

Une fiancée de caractère.

Une jeune fille riche s’était fiancée à un fonctionnaire. La veille du mariage, on invita quelques parents et amis, et la conversation fut pleine d’entrain. Tout à coup le fiancé se mit à railler la religion et ses cérémonies. La jeune fille s’en émut et le pria avec douceur de cesser ses railleries, à quoi le fiancé répondit qu’il était un homme de progrès et qu’il avait passé à l’ordre du jour sur ces questions. La jeune fille fut effrayée, mais elle ne se décontenança point et dit: «Un homme qui n’estime pas Dieu et la religion ne peut pas non plus respecter sa femme: je ne veux donc plus de vous.» Toutes les instances, même celles de ses parents, ne parvinrent pas à l’ébranler; elle maintint sa résolution et se concilia par la fermeté de son caractère l’estime de toute la ville. Inutile de dire qu’elle n’eut pas à s’en repentir.

Le libre-penseur et le paysan croyant.

Un libre-penseur qui se trouvait en villégiature à la campagne vit un jour un paysan sortir de l’église. «Je ne comprends pas, dit-il, que vous attachiez tant d’importance à la religion, à notre époque où toutes les personnes intelligentes s’en détournent. – Je ne sais pas, Monsieur, répliqua le paysan avec un sourire ironique, comment je dois comprendre vos paroles. Mais il y a une chose que je crois devoir vous dire, c’est que tous ceux qui ont des mœurs mauvaises et qui souvent mériteraient la corde, s’éloignent de la religion et deviennent anticléricaux. C’est une raison de plus pour moi de pratiquer ma religion pour n’être pas regardé comme appartenant à cette jolie société.» Le libre-penseur, qui s’imaginait avoir à faire à un naïf, s’en alla sans mot dire.

– Le paysan avait bien répondu, car dès qu’un homme commence à entrer dans une voie mauvaise, le Décalogue et la Religion lui sont à charge parce qu’ils sont une protestation continuelle contre sa conduite. C’est donc mauvais signe quand on commence à railler ou à combattre l’Église.

L’incrédulité a généralement sa source dans la corruption des mœurs.

Autres histoires...

Enfant-Jésus, je Vous aime de tout mon coeur!

Une fiancée de caractère.

Une jeune fille riche s’était fiancée à un fonctionnaire. La veille du mariage, on invita quelques parents et amis, et la conversation fut pleine d’entrain. Tout à coup le fiancé se mit à railler la religion et ses cérémonies. La jeune fille s’en émut et le pria avec douceur de cesser ses railleries, à quoi le fiancé répondit qu’il était un homme de progrès et qu’il avait passé à l’ordre du jour sur ces questions. La jeune fille fut effrayée, mais elle ne se décontenança point et dit: «Un homme qui n’estime pas Dieu et la religion ne peut pas non plus respecter sa femme: je ne veux donc plus de vous.» Toutes les instances, même celles de ses parents, ne parvinrent pas à l’ébranler; elle maintint sa résolution et se concilia par la fermeté de son caractère l’estime de toute la ville. Inutile de dire qu’elle n’eut pas à s’en repentir.

Le libre-penseur et le paysan croyant.

Un libre-penseur qui se trouvait en villégiature à la campagne vit un jour un paysan sortir de l’église. «Je ne comprends pas, dit-il, que vous attachiez tant d’importance à la religion, à notre époque où toutes les personnes intelligentes s’en détournent. – Je ne sais pas, Monsieur, répliqua le paysan avec un sourire ironique, comment je dois comprendre vos paroles. Mais il y a une chose que je crois devoir vous dire, c’est que tous ceux qui ont des mœurs mauvaises et qui souvent mériteraient la corde, s’éloignent de la religion et deviennent anticléricaux. C’est une raison de plus pour moi de pratiquer ma religion pour n’être pas regardé comme appartenant à cette jolie société.» Le libre-penseur, qui s’imaginait avoir à faire à un naïf, s’en alla sans mot dire.

– Le paysan avait bien répondu, car dès qu’un homme commence à entrer dans une voie mauvaise, le Décalogue et la Religion lui sont à charge parce qu’ils sont une protestation continuelle contre sa conduite. C’est donc mauvais signe quand on commence à railler ou à combattre l’Église.

L’incrédulité a généralement sa source dans la corruption des mœurs.

Autres histoires...