pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Enfant-Jésus, je Vous aime de tout mon coeur!

Le protestant et la Bible.

Un catholique et un protestant discutaient un jour sur la tradition. Ce dernier prétendait que toute la révélation est contenue dans la Bible, que la tradition est inutile et sans valeur. «Eh bien! répliqua le catholique, cherchez-moi votre Bible et je vous démontrerai immédiatement que la tradition est nécessaire.» Le protestant l’ayant fait, son contradicteur la feuilleta et lui dit: «Monsieur, je vous ai demandé les Livres Saints et non pas cette collection de fables. – Mais, répliqua l’autre, ceci est bien la Bible. – Qu’en savez-vous? qui vous dit que ce sont là les Saints Livres? – Qui? je le sais de mon père, de mes aïeux, qui depuis des siècles ont toujours regardé ce livre comme divin. – Voilà donc bien la tradition que vous ne voulez pas admettre!»

Saint Augustin avait donc raison de dire: «Je ne croirais pas aux Écritures si l’autorité de l’Église n’en garantissait pas l’authenticité.»

Autres histoires...

Enfant-Jésus, je Vous aime de tout mon coeur!

Le protestant et la Bible.

Un catholique et un protestant discutaient un jour sur la tradition. Ce dernier prétendait que toute la révélation est contenue dans la Bible, que la tradition est inutile et sans valeur. «Eh bien! répliqua le catholique, cherchez-moi votre Bible et je vous démontrerai immédiatement que la tradition est nécessaire.» Le protestant l’ayant fait, son contradicteur la feuilleta et lui dit: «Monsieur, je vous ai demandé les Livres Saints et non pas cette collection de fables. – Mais, répliqua l’autre, ceci est bien la Bible. – Qu’en savez-vous? qui vous dit que ce sont là les Saints Livres? – Qui? je le sais de mon père, de mes aïeux, qui depuis des siècles ont toujours regardé ce livre comme divin. – Voilà donc bien la tradition que vous ne voulez pas admettre!»

Saint Augustin avait donc raison de dire: «Je ne croirais pas aux Écritures si l’autorité de l’Église n’en garantissait pas l’authenticité.»

Autres histoires...