This post is also available in: English Español

Liturgie pour les Dimanches et Fêtes principales

Jésus pleure sur Jérusalem
Neuvième Dimanche après la Pentecôte – Jésus pleure sur Jérusalem

Réflexion sur la Liturgie du jour – tiré de Épîtres et Évangiles, par l’Abbé M.-F. James

Prière. – Donnez-nous des larmes, Seigneur, pour pleurer nos malheurs; donnez-nous un cœur brisé de douleur de ne Vous avoir pas connu. N’est-il donc plus temps d’apaiser Votre colère? Souvenez-Vous de Vos anciennes miséricordes: faites-nous faire une pénitence qui vous fasse oublier nos crimes.

Ô Dieu! qui habitez dans les saints et qui n’abandonnez point les cœurs qui Vous sont unis par la religion et la piété; délivrez-nous de tous les désirs terrestres et de toute passion charnelle, afin que l’empire du péché étant détruit en nous, nous Vous servions avec une entière liberté comme notre unique Seigneur et maître.

Introït. Voici que Dieu vient à mon aide, et que le Seigneur Se déclare le protecteur de ma vie. Faites retomber sur mes ennemis les maux dont ils m’accablaient, et, selon Votre parole, détruisez-les, Seigneur mon protecteur. Psaume. Ô Dieu, par Votre Nom sauvez-moi, et délivrez-moi dans Votre puissance.

Collecte. Ouvrez l’oreille de Votre miséricorde, Seigneur, à la prière de ceux qui Vous implorent; et, pour que Vous exauciez leurs désirs, faites que leurs demandes soient conformes à Vos desseins. Par Jésus-Christ notre Seigneur.

Épître

Lecture de l’Épître du bienheureux Paul, Apôtre, aux Corinthiens, I, Chap. X.

Mes Frères, ne nous abandonnons point à des désirs mauvais comme l’ont fait les Juifs. Ne devenez point idolâtres non plus, comme quelques-uns d’entre eux, dont il est écrit: Le peuple s’assit pour manger et boire, et ils se levèrent pour jouer. Ne commettons point de fornication comme certains d’entre eux, qui furent frappés au nombre de vingt-trois mille en un seul jour. Ne tentons point le Christ comme quelques-uns d’eux Le tentèrent et furent tués par les serpents. Ne murmurez point comme quelques-uns d’eux murmurèrent et furent tués par l’ange exterminateur. Or toutes ces choses qui leur arrivaient étaient des figures, et elles ont été écrites pour notre instruction à nous qui sommes venus à la fin des temps. Que celui donc qui se croit affermi, prenne garde de tomber. Puissiez-vous n’avoir que des tentations ordinaires et de l’homme! Dieu, qui est fidèle, ne souffrira pas d’ailleurs que vous soyez tentés au-dessus de vos forces; mais Il vous donnera, au moment de la tentation, l’avantage sur elle, afin que vous puissiez la soutenir.

Graduel. Seigneur notre Dieu, que Votre Nom est admirable dans toute la terre. Car Votre magnificence est au-dessus des cieux. Alléluia, alléluia. Arrachez-moi à mes ennemis, ô mon Dieu; délivrez-moi de ceux qui s’élèvent contre moi. Alléluia.

Évangile

La suite du saint Évangile selon saint Luc. Chap. XIX.

En ce temps-là, comme Jésus approchait de Jérusalem, voyant la ville, Il pleura sur elle en disant: Oh! si tu connaissais, au moins en ce jour qui t’est donné encore, ce qui serait ta paix! mais maintenant tout cela est caché à tes yeux. Il viendra des jours pour toi, où tes ennemis t’environneront de tranchées, et ils t’environneront et te serreront de toutes parts; et ils te renverseront à terre, toi et tes fils qui sont en toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas connu le temps de ta visite. Et entrant dans le temple, Il Se mit à chasser ceux qui y vendaient ou achetaient, en leur disant: Il est écrit: Ma maison est une maison de prières; mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs. Et Il enseignait tous les jours dans le temple.

Réflexion sur l’Évangile

Chacun de nous est cette Jérusalem sur laquelle Jésus-Christ répand des larmes. Si nous n’y prenons garde, notre perte est proche. Plus durs que les Juifs, nous voyons Jésus-Christ pleurer, et nous sommes insensibles. Nous sommes bien plus coupables que les Juifs, puisque nous avons reçu des grâces plus abondantes. Nous avons été lavés dans le sang de Jésus-Christ. Nous sommes nourris de Sa chair sacrée. On ne nous a point prêché les vérités nécessaires au salut, enveloppées sous des figures et des paroles; nous avons vu des miracles dans tous les siècles. Ces vérités auxquelles nous sommes sourds, et dont nous regardons la pratique comme impossible, ont été pratiquées par tous les Saints et dans tous les temps. C’est l’abus et la profanation de ces vérités qui mettent le comble à tous nos crimes, et qui rendent notre perte inévitable.

Le malheur de Jérusalem est de n’avoir pas connu le temps de la visite du Seigneur. Que de merveilles Dieu expose à nos yeux! Que d’exemples nous fournit l’Histoire de l’Église! Nous y voyons des modèles admirables de pénitence et de saintes retraites dans les Monastères, où la régularité a été établie comme dans les premiers temps. Les exemples de tant de saints personnages dans tous les états et dans toutes les conditions, cela est caché à nos yeux par les excès de nos passions. Si nous ne profitons pas des exemples que Dieu nous envoie, n’avons-nous pas à craindre qu’Il ne nous retire des secours dont nous nous rendons indignes? Prions-Le qu’Il ne nous traite pas selon la rigueur de Sa justice. Demandons-Lui qu’Il veuille bien encore nous accorder les grâces dont nous avons besoin pour travailler à notre salut.