Cet article est aussi disponible en: English Español

Liturgie pour les Dimanches et Fêtes principales

Guérison du serviteur du centurion
3e dimanche après l’Épiphanie – Guérison d’un lépreux et du serviteur du centurion

Réflexion sur la Liturgie du jour – tiré de L’Année Liturgique, par Dom Prosper Guéranger

Introït

Anges de Dieu, adorez-Le tous; Sion a appris que le Seigneur est venu, et elle s’est réjouie, et les filles de Juda ont tressailli d’allégresse. Psaume. Le Seigneur règne, que la terre tressaille, que toutes les îles en soient dans la joie.

Collecte

Dieu tout-puissant et éternel, regardez d’un œil favorable notre faiblesse, et étendez, pour nous secourir, le bras puissant de Votre majesté! Par Jésus-Christ notre Seigneur. Amen.

Épître

Lecture de l’Épître du bienheureux Paul Apôtre aux Romains, Chap. XII.

Mes frères, ne soyez point sages à vos propres yeux. Ne rendez à personne le mal pour le mal. Ayez soin de faire le bien, non seulement devant Dieu, mais encore devant tous les hommes. S’il est possible, et autant qu’il est en vous, ayez la paix avec tous les hommes. Ne vous vengez pas vous-mêmes, mes très chers frères; mais laissez s’éloigner la colère. Car il est écrit: À Moi la vengeance; c’est Moi qui la ferai, dit le Seigneur. Mais si votre ennemi a faim, donnez-lui à manger; s’il a soif, donnez-lui à boire. Car en agissant de la sorte, vous amasserez des charbons de feu sur sa tête. Ne vous laissez pas vaincre par le mal, mais surmontez le mal par le bien.

Réflexion sur l’Épître

Cette charité envers le prochain, que nous recommande l’Apôtre, a sa source dans la fraternité universelle que le Sauveur est venu nous apporter du ciel par Sa naissance. Il est venu faire la paix entre le ciel et la terre; il est donc juste que les hommes aient aussi la paix entre eux. Si le Seigneur nous recommande de ne pas nous laisser vaincre par le mal, mais de surmonter le mal par le bien, ne l’a-t-Il pas fait Lui-même lorsqu’Il est venu au milieu des enfants de colère pour en faire des enfants d’adoption, au moyen de Ses abaissements et de Ses souffrances?

Graduel

Les nations craindront Votre nom, Seigneur, et tous les Rois de la terre redouteront Votre gloire. Car c’est le Seigneur qui a bâti Sion, et Il S’y fera voir dans Sa majesté. Alleluia, alleluia. Le Seigneur règne, que la terre tressaille, que toutes les îles en soient dans la joie. Alleluia.

Évangile

La suite du saint Évangile selon saint Matthieu, Chap. VIII.

En ce temps-là, Jésus étant descendu de la montagne, des foules nombreuses Le suivirent. Et voici qu’un lépreux venant à Lui, L’adorait en disant: Seigneur, si Vous voulez, Vous pouvez me guérir. Et Jésus étendant la main, le toucha en disant: Je le veux, sois guéri. Et aussitôt sa lèpre fut guérie. Et Jésus lui dit: Vois: ne dis cela à personne, mais va, montre-toi au Prêtre, et offre le don prescrit par Moïse, afin que cela leur serve de témoignage. Jésus étant entré dans Capharnaüm, un Centurion s’approcha de Lui et Lui fit cette prière, disant: Seigneur, mon serviteur est chez moi malade au lit, d’une paralysie, et il en souffre beaucoup. Et Jésus lui dit: J’irai et Je le guérirai. Et le Centurion Lui répondant, dit: Seigneur, je ne suis pas digne que Vous entriez sous mon toit; mais dites seulement une parole, et mon serviteur sera guéri. Car quoique je sois un homme soumis à d’autres, ayant néanmoins des soldats sous moi, quand je dis à l’un: va là, il y va; et à l’autre: viens ici, il y vient; et à mon serviteur: fais cela, il le fait. Or, Jésus entendant ces paroles, fut dans l’admiration, et Il dit à ceux qui Le suivaient: En vérité, Je vous le dis, Je n’ai pas trouvé une si grande foi en Israël. Aussi Je vous le déclare, beaucoup viendront de l’Orient à l’Occident, et auront place au festin avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux; tandis que les enfants du royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures où il y aura pleurs et grincement de dents. Et Jésus dit au Centurion: Va, et comme tu as cru, qu’il te soit fait. Et le serviteur fut guéri à l’heure même.

Réflexion sur l’Évangile

Le genre humain était malade de la lèpre du péché, le Fils de Dieu daigne le toucher dans le mystère de l’Incarnation, et Il lui rend la santé; mais Il exige que le malade ainsi guéri aille se montrer au prêtre, et qu’il accomplisse les cérémonies prescrites dans la loi, pour montrer qu’il associe un sacerdoce humain à l’œuvre de notre salut. La vocation des Gentils, dont les Mages ont été les prémices, paraît aussi dans la foi du Centurion. Un soldat romain et des millions d’autres qui lui sont semblables, seront réputés de vrais enfants d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, tandis que des fils directs de ces Patriarches seront jetés hors de la salle du festin, dans les ténèbres de l’aveuglement, et leur châtiment sera donné en spectacle à tous les peuples.

L’homme, sauvé par la venue de l’Emmanuel, chante la puissance du Dieu qui a déployé pour son salut la force de Son bras. Il était destiné à la mort éternelle; mais ayant pour frère un Dieu, il ne mourra pas: il vivra pour raconter les merveilles de ce Dieu qui l’a sauvé.

Postcommunion

Tous étaient ravis des paroles qui sortaient de la bouche de Dieu. Seigneur, Vous qui nous faites la grâce de participer à de si grands mystères, rendez-nous dignes, s’il Vous plaît, d’en recevoir les effets avec vérité. Par Jésus-Christ notre Seigneur. Amen.