Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Lecture 106

III. — PARABOLE DU JUGE INIQUE ET DE LA VEUVE

Saint Luc XVIII, 1-8

Voici encore une parabole qu’Il raconta à Ses Disciples, pour leur montrer qu’il faut prier toujours, et sans jamais se lasser:

«En une certaine ville, se trouvait un juge qui ne craignait ni Dieu, ni les hommes. Dans la même ville, il y avait une veuve qui vint à lui et lui dit: “Fais-moi justice de mon adversaire!”

«Longtemps le juge résista. À la fin, il se dit en lui-même: “Bien que je ne craigne ni Dieu, ni les hommes, cette veuve pourtant m’importune. Je vais donc lui faire rendre justice, de peur qu’elle n’en arrive à des actes de violence.”

«Avez-vous entendu la réflexion que fit ce juge d’iniquité? Et Dieu ne ferait point justice à Ses élus qui crient vers Lui, nuit et jour! Et Il tarderait de les secourir!… Je vous l’assure, Il leur fera prompte justice.

«Et cependant, le Fils de l’Homme, quand Il viendra, trouvera-t-Il encore de la foi sur la terre?»71

IV. — PARABOLE DU PHARISIEN ET DU PUBLICAIN

Saint Luc XVIII, 9-14

À quelques-uns qui, se prenant pour des justes, mettaient en eux-mêmes toute leur confiance et couvraient les autres de mépris, Il dit encore cette parabole:

«Deux hommes montèrent au Temple pour prier, un Pharisien et un Publicain.

«Le Pharisien, debout, priait ainsi en lui-même:

“Mon Dieu, je Vous rends grâces de ce que je ne suis pas comme les autres hommes, qui sont voleurs, injustes et adultères, ni comme ce Publicain! Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède.”

«Le Publicain, se tenant éloigné, n’osait pas même lever les yeux au ciel; mais il se frappait la poitrine, et disait: “Mon Dieu, ayez pitié de moi, qui suis un pécheur!”

«Je vous le déclare, celui-ci s’en retourna justifié dans sa maison; mais pas l’autre.

«Ainsi, quiconque s’élève, sera abaissé, et quiconque s’abaisse sera élevé.»

71 . Il ne s’agit ici que de la Foi pratique et vivante, car la sainte Église conservera, jusqu’à la fin, le dépôt sacré de la Foi doctrinale.