Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Lecture 117

Pérée — De la fin de Décembre au commencement de Mars

CH. XXI — SECONDE MISSION EN PÉRÉE

Saint Jean X, 40-42

Jésus Se retira de nouveau de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean avait commencé de baptiser, et Il y séjourna.

On venait à Lui en grand nombre, et l’on disait:

«Jean, à la vérité, n’a fait aucun miracle; mais tout ce qu’il a dit de Celui-ci était bien vrai.»

Et beaucoup crurent en Jésus.

I. — PARABOLES DE LA BREBIS ET DE LA DRACHME PERDUES

Saint Luc XV, 1-10

Comme les Publicains et les pécheurs s’approchaient de Lui pour L’entendre, les Pharisiens et les Scribes en murmuraient:

«Cet homme, disaient-ils, accueille les pécheurs et mange avec eux.»105

Jésus leur répondit par cette parabole:

«Si l’un de vous a cent brebis et qu’il vienne à en perdre une seule, ne laissera-t-il pas, dans le désert, les quatre-vingt-dix-neuf autres, et n’ira-t-il pas à la recherche de celle qui s’est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve? Et lorsqu’il l’a retrouvée, tout joyeux il la met sur ses épaules, puis, rentré à la maison, il appelle ses amis et ses voisins: “Réjouissez-vous avec moi, leur dit-il, parce que j’ai retrouvé ma brebis qui était perdue!”

«Ainsi, Je vous l’assure, il y aura plus de joie dans le ciel pour un pécheur qui fait pénitence, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes,106 qui n’ont pas besoin de pénitence.

«Ou bien encore, si une femme a dix drachmes et qu’elle vienne à en perdre une seule, ne s’empresse-t-elle pas d’allumer sa lampe, de balayer sa maison, et de chercher partout avec soin, jusqu’à ce qu’elle la retrouve? Et quand elle l’a retrouvée, elle appelle ses amies et ses voisines: “Réjouissez-vous avec moi, leur dit-elle, parce que j’ai retrouvé la drachme que j’avais perdue!”

«Ainsi, Je vous le déclare, les Anges de Dieu seront dans la joie, pour un seul pécheur faisant pénitence.»

105 . S’asseoir quelquefois à la table d’un pécheur en voie de conversion, ce n’est pas vivre continuellement avec des hommes de scandale, comme les Pharisiens le reprochaient calomnieusement à Notre-Seigneur.

106 . C’est-à-dire: pour quatre-vingt-dix-neuf Pharisiens comme vous qui se croient justes et s’imaginent n’avoir pas besoin de pénitence. Quant aux vrais justes, il est certain que leur fidélité persévérante est plus glorieuse à Dieu et plus méritoire que la conversion de ceux qui ont failli.