Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Lecture 129

V. — ZACHÉE

Saint Luc XIX, 1-10

Jésus était entré à Jéricho, et Il traversait la ville. Or un homme, nommé Zachée, chef des Publicains et fort riche, cherchait à voir Jésus pour Le connaître. Mais comme il était de petite taille, il ne le pouvait, à cause de la foule. Il courut donc en avant et monta sur un sycomore, afin de bien Le considérer, car Jésus devait passer par là.

Arrivé en cet endroit, Jésus leva les yeux, et l’ayant vu:

«Zachée, lui dit-Il, descends vite: c’est dans ta maison que Je dois M’arrêter aujourd’hui.»

Il descendit à la hâte et, plein de joie, il reçut le Seigneur.

Ce que voyant, tous se répandirent en murmures contre Jésus, parce qu’Il S’arrêtait chez un pécheur.

Cependant Zachée, debout devant le Seigneur, Lui disait:

«Seigneur, voici que je donne aux pauvres la moitié de mes biens. Et si j’ai fait tort à quelqu’un en quoi que ce soit, je lui en rends quatre fois autant.»

Alors Jésus arrêtant sur lui Son regard:

«Aujourd’hui, dit-Il, le salut est entré dans cette maison. Cet homme est vraiment, lui aussi, un fils d’Abraham. Or le Fils de l’Homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.»

VI. — PARABOLE DES MINES

Saint Luc XIX, 11-27

La foule avait entendu les dernières paroles du Seigneur. Comme Il Se rendait à Jérusalem, tous s’imaginaient que le Royaume de Dieu allait bientôt paraître. C’est pourquoi Il leur proposa cette nouvelle parabole:

«Un homme de grande naissance s’en alla en un pays lointain, pour entrer en possession d’un royaume, et revenir ensuite. Il appela dix de ses serviteurs, leur donna dix mines134 et leur dit:

— Faites-les valoir jusqu’à ce que je revienne.

«Or, ses concitoyens le haïssaient. Après son départ, ils lui envoyèrent une députation, chargée de lui dire:

— Nous ne voulons pas que celui-ci règne sur nous!

«Il revint pourtant, après avoir pris possession de son royaume.

«Alors il fit appeler les serviteurs auxquels il avait remis de l’argent, afin de constater dans quelle mesure chacun avait su le faire valoir.

«Le premier se présenta et dit:

— Seigneur, votre mine en a produit dix autres.

— Courage, bon serviteur, répondit le roi; puisque tu as été fidèle en peu de chose, tu auras le gouvernement de dix villes.

«Un autre vint et dit:

— Seigneur, votre mine en a produit cinq autres.

— Eh bien! prends le gouvernement de cinq villes.

«Un troisième s’étant approché à son tour:

— Seigneur, dit-il, voici votre mine. Je l’ai tenue enveloppée dans un linge. Je vous redoutais en effet, parce que vous êtes un homme dur, reprenant ce que vous n’avez pas donné et moissonnant où vous n’avez pas semé.

— Méchant serviteur! s’écria le roi, c’est de ta propre bouche que je tire ta sentence. Puisque tu savais que je suis un homme dur, reprenant ce que je n’ai pas donné et moissonnant où je n’ai pas semé, pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque, afin qu’à mon retour je le retire avec les intérêts?

«Puis, s’adressant à ceux qui l’entouraient:

— Enlevez-lui sa mine, et donnez-la à celui qui en a dix.

— Mais, Seigneur, lui dirent-ils, il en a déjà dix.

— Je vous le déclare, reprit le roi, il sera donné à celui qui a déjà, et il sera dans l’abondance. Mais à celui qui n’a point, on lui enlèvera même ce qu’il a…135

«Quant à mes ennemis, quant à ceux qui ne m’ont pas voulu pour roi, qu’on les amène ici, et qu’on les mette à mort en ma présence.»136

134 . La mine hébraïque correspondait à cent deniers. Voir note 1, p. 218.

135 . L’homme de grande naissance, c’est Notre-Seigneur. Le Royaume dont Il va prendre possession, c’est le ciel. Les serviteurs sont les Disciples de Jésus. La mine que chacun reçoit, c’est la grâce de la foi qui doit fructifier en bonnes oeuvres. Les concitoyens qui ne veulent pas que cet homme règne sur eux, ce sont les Juifs. Le retour du roi, c’est le jugement particulier d’abord, et ensuite le jugement général.

136 . Cette sentence fut exécutée contre les Juifs par les Romains de Vespasien et de Titus. Elle s’exécutera durant toute l’éternité contre ceux qui n’auront pas accepté la Royauté de Jésus-Christ!