Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Lecture 134

IX. — ENDURCISSEMENT DES JUIFS

Saint Jean XII, 37-43

C’était donc en vain que Jésus avait fait tant de miracles sous leurs yeux; ils ne croyaient pas en Lui! Ainsi se réalisait la parole du Prophète Isaïe: «Qui a cru, Seigneur, à ce que nous avons fait entendre?… Et qui a su reconnaître Celui qui est le Bras de Dieu?»

Non! ils ne pouvaient croire, car Isaïe avait dit également: «Leurs yeux seront aveuglés et leurs coeurs seront endurcis, de sorte que leurs yeux ne voient point, que leurs coeurs ne comprennent point; qu’ils soient dès lors incapables de se retourner vers Moi et que Je ne puisse les guérir.»3

Tel fut le langage d’Isaïe, quand Jésus lui apparut dans Sa gloire, et que le Prophète parla de Lui.

Néanmoins, parmi les principaux d’entre les Juifs, beaucoup croyaient en Lui. Mais, à cause des Pharisiens, ils n’en laissaient rien paraître, de peur d’être expulsés de la synagogue.

Ainsi ils sacrifiaient la gloire de Dieu au respect humain.

X. — SUPRÊME EXHORTATION

Saint Matthieu XXI, 17; Saint Marc XI, 11; Saint Jean XII, 36, 44-50

Alors Jésus éleva la voix:

«Celui qui croit en Moi, S’écria-t-Il, ne croit pas seulement en Moi, mais en Celui qui M’a envoyé; et celui qui Me voit, voit Celui qui M’a envoyé. Moi, qui suis la Lumière, Je suis venu en ce monde, afin que tous ceux qui croient en Moi, ne demeurent point dans les ténèbres.

«Pour celui qui entend Ma parole et ne la garde point, ce n’est point Moi qui le juge; car Je ne suis pas venu pour juger le monde, mais pour le sauver. Celui qui Me méprise et n’accepte pas Mes paroles trouvera qui le juge: la Doctrine que J’ai enseignée sera son juge. Elle le condamnera au dernier jour. Car ce n’est pas de Moi-même que J’ai parlé; mais le Père qui M’a envoyé, M’a Lui-même commandé de parler, et M’a prescrit ce que Je devais dire. Et Je sais que Son commandement, c’est la vie éternelle. Donc, ce que Je dis, Je le dis comme le Père Me l’a fait entendre.»

Sur ces paroles, Jésus les laissa. Puis, le soir venu, après avoir examiné toutes choses, Il S’éloigna de la ville, et reprit avec les Douze le chemin de Béthanie. Il y passa la nuit.

3 . C’est le terrible mystère de l’aveuglement de l’esprit et de l’endurcissement du coeur. Hélas! dans combien d’âmes nous le voyons se renouveler, au milieu de la génération présente!