Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Lecture 29

Capharnaüm — Mars

CH. XVI — GUÉRISON D’UN PARALYTIQUE

Saint Matthieu IX, 1-8; Saint Marc II, 1-12; V, 21; Saint Luc V, 17-26; VIII, 40

Sur la rive opposée, une foule immense attendait Jésus. Dès qu’Il fut de retour, elle L’entoura et continua de Le suivre le long du Lac.

Quelques jours après, Il revint en Sa ville de Capharnaüm. Dès qu’on l’apprit, la multitude accourut, si nombreuse, que ni la maison, ni l’espace qui se trouvait devant la porte ne pouvaient la contenir.

Jésus était assis et enseignait. Des Pharisiens et des Docteurs de la Loi occupaient des sièges près de Lui; ils étaient venus de Jérusalem et de toutes les bourgades de la Galilée et de la Judée.

La vertu du Seigneur était là pour guérir.

Voilà que, sur ces entrefaites, arrivent quatre hommes portant un paralytique couché sur un grabat. Ils cherchent d’abord à entrer, pour le déposer devant Jésus; mais ne pouvant point y réussir à cause de la foule, ils montent sur le toit, le découvrent au-dessus de l’endroit où Il Se trouvait, et, par l’ouverture qu’ils avaient faite, ils descendent le paralytique couché sur son grabat et le déposent aux pieds de Jésus.1

Voyant leur foi, Jésus dit au paralytique:

«Aie confiance, Mon fils! tes péchés te sont remis.»

Or les Scribes et les Pharisiens pensaient en eux-mêmes:

«Quel est Celui-ci?… Que dit-Il?… Il blasphème!… Qui donc peut remettre les péchés, sinon Dieu seul?»

Jésus pénétra leurs pensées:

«Pourquoi, leur dit-Il, pensez-vous ainsi le mal au fond de votre coeur! Lequel est plus facile de dire à un paralytique: “Tes péchés te sont remis”, ou de lui dire: “Lève-toi, prends ton grabat et marche?” Eh bien! pour que vous sachiez que le Fils de l’Homme a le pouvoir ici-bas de remettre les péchés,»2

S’adressant alors au paralytique:

«Je te l’ordonne, lève-toi, prends ton grabat et retourne en ta maison!»

Aussitôt, le malade se leva, prit le grabat où il était couché, et, sous les yeux de tous, il s’en alla chez lui, glorifiant Dieu.

Saisie de crainte et d’admiration, la multitude louait Dieu d’avoir donné aux hommes une telle puissance; et chacun répétait avec étonnement:

«Aujourd’hui, nous avons été témoins de merveilles. Jamais on n’a rien vu de semblable!»

1 . À l’époque, la plupart des maisons en Palestine n’avaient pas d’étage. Le toit était une terrasse faite d’argile mêlée à des tiges de roseaux ou à la paille. On y accédait par un escalier extérieur.

2 . Notre-Seigneur veut donc établir qu’Il est Dieu, puisqu’Il possède un pouvoir qui n’appartient qu’à Dieu. Et Il le prouve par la guérison instantanée du paralytique. Ce miracle visible, que Dieu seul peut opérer, témoigne du miracle invisible, du pardon des péchés, que Dieu seul peut faire également.