Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Lecture 50

Du Mont des Béatitudes à Capharnaüm — Du 15 au 31 Mai

CH. VI — GUÉRISON DU LÉPREUX ET DU SERVITEUR DU CENTURION

Saint Matthieu VIII, 1-13; Saint Marc I, 40-45; Saint Luc V, 12-16; VII, 1-10

Ensuite Jésus descendit de la montagne, et Il fut suivi d’une multitude immense.

Et voilà qu’un lépreux vint à Lui et L’ayant adoré, il Lui dit:

«Seigneur, si Vous le voulez, Vous pouvez me guérir!»

Étendant la main, Jésus le toucha:

«Je le veux, dit-Il, sois guéri!»

À l’instant, il fut délivré de sa lèpre.

«Garde-toi, lui dit Jésus, d’en rien dire à personne. Mais va, montre-toi au prêtre et présente ton offrande, selon la prescription de Moïse. Que ce leur soit un témoignage!»

Mais, à peine eut-il quitté le Seigneur, qu’il se mit à proclamer le prodige. La renommée de Jésus grandit à ce point, qu’Il ne pouvait plus paraître dans la ville. On venait de tous côtés pour L’entendre et Lui présenter des malades à guérir. De temps en temps, Jésus Se dérobait dans les campagnes désertes, et Il priait.

Après avoir nourri le peuple de toutes Ses paroles Il rentra dans Capharnaüm.

Or un Centurion1 avait un serviteur infirme auquel il tenait beaucoup, et qui allait mourir. Ayant entendu parler de Jésus, il Lui envoya quelques anciens d’entre les Juifs pour Le prier de venir et de guérir son serviteur, les chargeant de Lui dire de sa part:

«Seigneur, mon serviteur, frappé de paralysie, est gisant dans ma maison, et il souffre de violentes douleurs.»

Les envoyés sollicitaient Jésus avec de grandes instances:

«Il mérite bien, disaient-ils, que Vous lui accordiez cette faveur, car il aime notre nation et nous a même bâti une synagogue!

— J’irai et Je guérirai le malade,» répondit Jésus.

Et Il les suivit. Comme Il approchait de la maison, le Centurion Lui envoya dire par ses amis:

«Seigneur! ne prenez pas tant de peine!» Lui-même se présenta enfin et dit à Jésus:

«Seigneur! je ne suis pas digne que Vous entriez sous mon toit! C’est pour cette raison, c’est parce que je ne me trouvais pas digne, que je ne me suis pas d’abord présenté moi-même à Vous. Mais dites seulement une parole, et mon serviteur sera guéri!

«Car moi, bien que je ne sois qu’un homme, et encore un subalterne, j’ai des soldats sous mes ordres, et quand je dis à l’un: “Va!” il va; à un autre: “Viens!” il vient; et à mon serviteur: “Fais cela!” il le fait.»

Ces paroles remplirent Jésus d’admiration. Se tournant vers ceux qui Le suivaient:

«Je vous le déclare en vérité, S’écria-t-Il, Je n’ai pas trouvé tant de foi, même en Israël! C’est pourquoi Je vous dis que beaucoup viendront de l’Orient et de l’Occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin2 du Royaume des cieux, tandis que les fils du Royaume seront rejetés dans les ténèbres extérieures. Là seront des pleurs et des grincements de dents.»3

Puis Il dit au Centurion:

«Va, et qu’il te soit fait selon que tu as cru!»

À l’heure même, le serviteur fut guéri. Et, quand ceux qui avaient été envoyés revinrent à la maison, ils trouvèrent le malade en bonne santé.

1 . Centurion ou centenier, officier romain à la tête de cent hommes.

2 . Dans la Sainte Écriture, la vie éternelle est souvent comparée à un festin.

3 . Pour comprendre le sens de cette expression souvent répétée: les ténèbres extérieures, il faut savoir que les festins, chez les Juifs, avaient lieu ordinairement le soir; la salle du festin était splendidement éclairée; mais au dehors régnaient les plus épaisses ténèbres. Jésus-Christ veut donc exprimer, par cette image, l’expulsion des Juifs du festin spirituel de Son Église et du festin éternel du Royaume céleste.