Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Lecture 57

Capharnaüm — Septembre

CH. XI — LA MÈRE DE JÉSUS ET SES PROCHES

Saint Matthieu XII, 46-50; Saint Marc III, 31-35; Saint Luc VIII, 19-21; XI, 27-28

La Mère de Jésus et Ses proches, étant sortis de leur maison, venaient d’arriver, quand le Seigneur faisait entendre ces vérités au peuple; mais il y avait une si grande foule assise autour de Lui, qu’ils ne pouvaient L’approcher. Ils se tinrent quelque temps dehors, cherchant à Lui parler; enfin, ils Le firent appeler.

Alors, du milieu de la foule, une femme jeta cette exclamation:

«Bienheureuses les entrailles qui Vous portèrent; bienheureux le sein qui Vous allaita!

— Dites plutôt, reprit Jésus: Bienheureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui l’observent!»1

Quelqu’un Lui dit à ce moment:

«Votre mère et Vos proches sont là, dehors; ils demandent à Vous voir.»

«Qui est Ma mère et qui sont Mes proches? poursuivit Jésus. Ce sont tous ceux qui écoutent la parole de Dieu et l’accomplissent.»

Puis, étendant la main sur Ses Disciples, et promenant Son regard sur ceux qui étaient assis autour de Lui, Il ajouta:

«Voici Ma mère et Mes frères! Écouter la parole et faire la volonté de Mon Père qui est aux cieux, c’est être Mon frère, c’est être Ma soeur, c’est être Ma mère.»2

1 . Marie Elle-même ne serait pas la plus heureuse de toutes les créatures, si Elle n’avait été la plus fidèle. Ce ne sont pas les divines faveurs qui font la sainteté, mais la généreuse correspondance qu’on y apporte. Que d’illusions sur ce point!

2 . Sans renier la parenté du sang, Notre-Seigneur fait ressortir la supériorité de la parenté de la grâce, de l’esprit et du coeur.