Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Lecture 58

GaliléeBords du Lac — De Juin à Septembre

CH. XII — SECONDE MISSION EN GALILÉE LES PARABOLES

Saint Matthieu XIII, 1-3; Saint Marc IV, 1-2; Saint Luc VIII, 1-4

Après cela, Jésus alla de ville en ville, de village en village, prêchant et évangélisant le Royaume de Dieu. Il était accompagné des Douze et de plusieurs femmes, qu’Il avait délivrées de mauvais esprits ou guéries de leurs infirmités. À Sa suite étaient: Marie, surnommée Madeleine, de laquelle étaient sortis sept démons, Jeanne, épouse de Chusa, intendant d’Hérode, Suzanne, et d’autres encore qui L’assistaient de leurs biens.

Les multitudes se pressaient autour de Lui, elles accouraient de toutes les cités.

Un jour, étant sorti de Sa demeure, à Capharnaüm, Il alla S’asseoir sur les bords du Lac pour enseigner. La foule devint bientôt si nombreuse qu’Il dut monter dans une barque; Il S’y assit et continua de parler au peuple, qui se pressait sur le rivage. Alors Il proposa plusieurs paraboles.

I. — LE SEMEUR

Saint Matthieu XIII, 3-24; Saint Marc IV, 3-20; Saint Luc VIII, 5-15; X, 23-24

«Écoutez! dit-Il.

«Un semeur sortit pour semer son grain. Tandis qu’il semait, une partie de la semence tomba sur le chemin. Elle fut foulée aux pieds; et les oiseaux du ciel vinrent et la mangèrent. — Une autre partie tomba sur un terrain pierreux, elle leva bientôt, parce que le sol n’était pas profond; mais quand le soleil monta, comme elle n’avait point de racines pour puiser l’humidité, elle fut brûlée et desséchée. — Une autre partie tomba au milieu des épines, et les épines, croissant avec elles, l’étouffèrent; elle ne donna pas de fruit. — Une autre enfin tomba en bonne terre et poussa son fruit qui crût et se développa; les graines rendirent trente, soixante et même cent pour un.»

Puis élevant la voix, Jésus ajouta:


«Qu’il entende, celui qui a des oreilles pour entendre!»

Quand ils furent seuls, les Douze qui L’accompagnaient s’approchèrent et Lui dirent:

«Que signifie donc cette parabole? et pourquoi leur parlez-Vous ainsi en paraboles?

— À vous, répondit Jésus, il est donné de connaître les mystères du Royaume de Dieu; à ceux du dehors, il n’en est pas de même. Avec eux tout se traite en paraboles. Car on donnera à celui qui possède, et il sera dans l’abondance; quant à celui qui n’a pas, on lui enlèvera même ce qu’il a.1

«Et voici la raison pour laquelle Je leur parle en paraboles: c’est parce qu’ils voient sans voir, qu’ils entendent sans entendre et sans comprendre. Ainsi se réalise en eux l’oracle d’Isaïe: “Vous entendrez de vos oreilles et vous ne comprendrez point,2 vous regarderez de vos yeux et vous ne verrez point; car le coeur de ce peuple s’est appesanti, leurs oreilles se sont endurcies et leurs yeux se sont fermés, dans la crainte de voir avec leurs yeux, d’entendre avec leurs oreilles, de comprendre dans leur coeur et qu’ils ne viennent ainsi à se convertir et que Je les guérisse.”3

«Pour vous, continua le Seigneur, heureux vos yeux, parce qu’ils voient, et vos oreilles, parce qu’elles entendent. En vérité, Je vous le dis, beaucoup de Prophètes, de justes et de rois ont souhaité de voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, d’entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu.

«Vous ne comprenez pas cette parabole? Comment alors pourrez-vous comprendre toutes les autres?

«Écoutez donc ce que signifie la parabole du Semeur:

«La semence, c’est la parole de Dieu. Le Semeur est celui qui répand cette parole.

«Il en est chez qui la parole du Royaume tombe le long du chemin: ce sont ceux qui l’entendent, mais qui ne s’en pénètrent pas. Bientôt accourt Satan, le Mauvais, et il enlève cette parole semée dans leur coeur, de peur qu’ils ne croient et ne soient sauvés.

«Il en est d’autres chez qui la parole tombe sur un terrain pierreux: ce sont ceux qui l’ayant entendue, la reçoivent tout d’abord avec joie. Mais elle ne s’enracine pas en eux: natures inconstantes, ils ne croient que pour un temps. Et lorsque l’épreuve et la persécution surviennent, à cause de la parole, ils se scandalisent et s’éloignent.

«Il en est encore qui reçoivent la semence parmi les épines: ce sont ceux qui ont accueilli la parole; mais elle est stérilisée par les soucis et les inquiétudes du siècle, par la séduction des richesses, par les plaisirs du monde et par toutes les convoitises qui l’étouffent dans leur funeste croissance.

«Il en est enfin qui ont reçu cette semence dans la bonne terre: ce sont ceux qui écoutent la parole avec un coeur bon et excellent, la comprennent, la gardent et la font fructifier en toute patience, ceux-ci donnant trente, ceux-là soixante, d’autres cent pour un.»

1 . À celui qui fait valoir les grâces reçues, il en sera accordé de plus précieuses et de plus abondantes. Celui, au contraire, qui laisse la grâce stérile dans son coeur se la verra enlever par un juste jugement de Dieu.

2 . Terrible châtiment de l’abus des grâces. À l’orgueil, à la volonté perverse, à l’inertie de parti pris, qui ont méprisé tous les avertissements, résisté à toutes les instances de la Miséricorde, Dieu ne parle plus!… ou, s’Il parle, Il n’est plus compris!!!…

3 . La vérité ne se montre plus, parce qu’on a peur de la voir; le Verbe ne parle plus, parce qu’on a peur de L’entendre; la grâce ne touche plus, parce qu’en définitive on ne veut pas se convertir. C’est là le secret de tout: on aime son mal et on ne veut pas en guérir.