Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Lecture 67

Capharnaüm Environs de Bethsaïde-Julias — Mars

CH. XVIII — RETOUR DES APÔTRES — PREMIÈRE MULTIPLICATION DES PAINS

Saint Matthieu XIV, 13-21; Saint Marc VI, 30-44; Saint Luc IX, 10-17; Saint Jean VI, 1-14

Les Apôtres, au retour de leur mission, s’étaient réunis près de Jésus et Lui avaient rendu compte de tout ce qu’ils avaient fait, et de tout ce qu’ils avaient enseigné.

Jésus leur dit:

«Venez à l’écart, dans un lieu solitaire, pour vous reposer un peu.»

Car, si grande était la foule des allants et des venants, que Jésus et Ses Disciples n’avaient pas même le loisir de manger.

Ils montèrent donc dans une barque et, traversant le Lac, ils abordèrent en un lieu écarté, non loin de Bethsaïde-Julias.1

Le départ de Jésus fut bientôt connu, car plusieurs L’avaient vu S’embarquer avec Ses Disciples. Une foule immense accourut à pied des cités voisines, et, longeant le Lac, arriva même avant Lui, au lieu où Il voulait Se réfugier. Tous étaient avides de voir encore Ses miraculeuses guérisons.

En sortant de la barque, Jésus fut ému de compassion, à la vue de ces multitudes, parce qu’elles étaient comme des brebis sans pasteur. Il leur fit bon accueil, gravit la colline, et là, S’assit avec Ses Disciples. Puis Il parla longuement du Royaume de Dieu à tout ce peuple, et guérit les malades.

Or, ceci se passait quelques jours avant la Pâque, qui était la grande fête des Juifs.

Les heures s’étaient écoulées, et déjà le jour baissait. Les Douze s’approchèrent de Jésus et Lui dirent:

«Ce lieu est désert, et l’heure est avancée. Renvoyez-les, afin qu’ils aillent, dans les villages et les hameaux d’alentour, chercher un abri et acheter des vivres.

— Cela n’est pas nécessaire, répondit Jésus; donnez-leur vous-mêmes à manger.

— Mais, reprirent-ils, allons-nous acheter pour deux cents deniers de pain, afin de nourrir toute cette multitude?»

Jésus leva les yeux et voyant combien la foule était grande, Il dit à Philippe:

«Où trouverons-nous assez de pain pour nourrir tout ce monde?»

Il disait cela pour éprouver la foi de l’Apôtre, car Lui savait bien ce qu’Il allait faire.

«Deux cents deniers de pain, repartit Philippe, cela ne suffirait pas pour que chacun en eût un peu.

— Combien avez-vous de pains? leur demanda Jésus. Allez et voyez!»

Lorsqu’ils s’en furent assurés, l’un d’eux, André, frère de Simon-Pierre, vint Lui dire:

«Il y a, ici, un jeune homme qui a cinq pains d’orge et deux poissons. Mais, qu’est-ce que cela pour tant de monde?

— Nous n’avons rien de plus, reprirent les autres Disciples, à moins d’aller acheter des provisions pour toute cette foule.

— Apportez-Moi ici ce que vous avez, dit Jésus, et faites asseoir le peuple par groupes sur le gazon.»

En ce lieu, l’herbe était abondante. Les Disciples firent asseoir le peuple sur le gazon verdoyant par groupes de cent et de cinquante. Il y avait là environ cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants.

Alors Jésus prit les cinq pains et les deux poissons; Il leva les yeux au ciel et, après avoir rendu grâces, Il bénit les pains, les rompit et les donna à Ses Disciples pour les distribuer à la foule. Il partagea également les poissons et en fit donner à tous autant qu’ils en voulaient. Tous mangèrent, et furent rassasiés.2

Il dit ensuite à Ses Disciples:

«Pour que rien ne se perde, recueillez les débris qui sont restés.»

Ils ramassèrent ce qui restait des cinq pains d’orge et des poissons, et en remplirent douze corbeilles.

En présence d’un pareil prodige, que Jésus venait d’opérer, tous ces hommes disaient:

«Oui, c’est là vraiment le Prophète qui doit venir en ce monde!»

1 . Au nord-est du Lac, ville différente de Bethsaïde, près de Capharnaüm, patrie de plusieurs Apôtres.

2 . «La divine Providence opère tous les jours ce miracle, dans les riches moissons dont elle couvre la terre, au moyen de quelques grains. Seulement, ici, ce sont les pains eux-mêmes que Jésus multiplie dans Ses mains adorables sans les faire passer par la terre. Dans l’un et l’autre cas, c’est la même puissance et c’est le même amour pour les hommes.» (Saint Augustin)