Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Lecture 82

Au pied du Thabor — 7 Août

CH. VIII — LE LUNATIQUE

Saint Matthieu XVII, 14-20; Saint Marc IX, 13-28; Saint Luc IX, 37-43; XVII, 5-6

Au pied de la montagne, Jésus trouva les autres Apôtres environnés d’une foule nombreuse. Des Scribes discutaient avec eux.

À la vue soudaine de Jésus, la multitude fut saisie de stupeur et d’effroi.10 Elle accourut à Lui et Le salua.

«Quel est le sujet de vos contestations?» demanda-t-Il.

Un de ceux qui étaient dans la foule vint se jeter à Ses genoux et s’écria:

«Maître, je Vous en supplie, jetez les yeux sur mon fils, mon unique enfant, et prenez-le en pitié! Il est lunatique, il est possédé d’un démon muet et souffre cruellement. Partout où l’esprit s’empare de lui, il le jette à terre. Alors l’enfant pousse des cris, il écume, il grince des dents et il se raidit. À peine si le démon le laisse un instant sans le torturer, et il ne l’abandonne qu’après l’avoir brisé. Je l’ai présenté à Vos Disciples, les priant de le délivrer, et ils n’ont pu le guérir.11

— Ô race incrédule et perverse! S’écria Jésus, jusques à quand serai-Je avec vous? jusques à quand devrai-Je vous subir?… Amenez-Moi l’enfant.»12

On fit approcher l’enfant. Dès qu’il fut en présence de Jésus, le démon le tortura et le précipita par terre; le pauvre malade s’y roulait en écumant.

«Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il? demanda Jésus au père.

— Depuis son enfance, répondit-il, et fréquemment l’esprit l’a jeté dans l’eau et dans le feu, pour le faire périr. Mais, si Vous y pouvez quelque chose, ayez pitié de nous! secourez-nous!

— Si tu peux croire! reprit Jésus. Tout est possible à celui qui croit!»

Aussitôt le père, fondant en larmes:

«Je crois, Seigneur! mais aidez à l’insuffisance de ma foi.»

Alors Jésus voyant le peuple accourir en foule, dit à l’esprit immonde, d’un ton de menace:

«Esprit sourd et muet, sors de cet enfant, Je te l’ordonne, et n’y rentre plus jamais!»

Le démon poussa un grand cri, agita l’enfant avec une extrême violence, et sortit de lui le laissant comme mort.

«Il est mort!» disaient-ils presque tous.

Mais Jésus le prit par la main, le souleva, et il se leva guéri.

Et Jésus le rendit à son père.

Tous les assistants étaient émerveillés de la puissance de Dieu.

* * *

Jésus étant entré dans une maison, Ses Disciples Le prirent à l’écart:

«Pourquoi donc, Lui dirent-ils, n’avons-nous pu chasser ce démon?

— À cause de votre manque de foi, répondit Jésus. En vérité, Je vous le dis: Si vous aviez de la foi, comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne: “Transporte-toi d’ici, là,” et elle s’y transporterait. Vous diriez à ce mûrier: “Déracine-toi et va te planter dans la mer,” il vous obéirait aussitôt, et rien ne vous serait impossible.

— Seigneur, augmentez notre foi! s’écrièrent les Disciples.

Oui, mais de plus, il faut le jeûne et la prière pour chasser cette sorte de démons.»

10 . Le front de Jésus gardait, sans doute, un reflet de la Transfiguration.

11 . La haine jalouse des Scribes, la curiosité tumultueuse de la foule, la faiblesse de foi du père et aussi la présomption des Apôtres qui prétendaient faire l’oeuvre de Dieu, sans se tenir dans une disposition habituelle de pénitence et de prière: voilà ce qui avait empêché le miracle, et ce qui provoquait le gémissement du Sauveur.

12 . «Jésus ne pouvait plus souffrir les Juifs; mais Il ne pouvait Se défendre de leur faire du bien. En cette circonstance, Il montre une juste indignation et une incomparable tendresse. D’un côté, l’ingratitude des Juifs, qui contraint la Patience même à Se plaindre; de l’autre, la Charité, qui ne peut être vaincue ni arrêtée par aucune injure. La vraie charité doit toujours tâcher d’obtenir par ses bienfaits, ce qu’elle n’obtient pas de bonne grâce.» (Bossuet)