This post is also available in: English Español

Liturgie pour les Dimanches et Fêtes principales

Fête de la très Sainte Trinité

Réflexion sur la Liturgie du jour – tiré de L’Année Liturgique, par Dom Prosper Guéranger

Nous avons vu les saints Apôtres, au jour de la Pentecôte, recevoir l’effusion de l’Esprit-Saint, et bientôt, fidèles à l’ordre du Maître ils vont partir pour aller enseigner toutes les nations, et baptiser les hommes au nom de la sainte Trinité. Il était donc juste que la solennité qui a pour but d’honorer Dieu unique en trois personnes suivît immédiatement celle de la Pentecôte à laquelle elle s’enchaîne par un lien mystérieux. Cependant, ce n’est qu’après de longs siècles qu’elle est venue s’inscrire sur le Cycle de l’Année liturgique, qui va se complétant par le cours des âges.

Tous les hommages que la Liturgie rend à Dieu ont pour objet la divine Trinité. Les temps sont à Elle comme l’éternité; Elle est le dernier terme de notre religion tout entière. Chaque jour, chaque heure Lui appartiennent.

Prions

Bénie soit la Trinité sainte et l’Unité indivisible; célébrons-La, car Elle a agi avec nous dans Sa miséricorde.

Dieu tout-puissant et éternel, qui avez accordé à Vos serviteurs de reconnaître, par la confession de la vraie foi, la gloire de l’éternelle Trinité, et d’adorer l’Unité dans Votre majesté souveraine; daignez nous rendre fermes dans cette même foi, et nous protéger toujours dans les adversités. Par Jésus-Christ notre Seigneur.

Épître

Lecture de l’Epître du bienheureux Paul Apôtre, aux Romains. Chap. XI.

Ô profondeur des richesses de la sagesse et de la science de Dieu. Que Ses jugements sont incompréhensibles, et Ses voies impénétrables! Car qui a connu les desseins du Seigneur? ou qui est entré dans Ses conseils? ou qui Lui a donné quelque chose le premier, pour en prétendre récompense? Car tout est de Lui, et par Lui, et en Lui: à Lui la gloire dans les siècles! Amen.

Évangile

La suite du saint Évangile selon saint Matthieu Chap. XXVIII.

En ce temps-là, Jésus dit à Ses disciples: Toute puissance M’a été donnée au ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit; leur enseignant à garder tout ce que Je vous ai commandé. Et voici que Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la consommation des siècles.

Réflexion sur l’Évangile

Le mystère de la sainte Trinité manifesté par la mission du Fils de Dieu en ce monde et par la promesse de l’envoi prochain du Saint-Esprit, est intimé aux hommes dans ces solennelles paroles que Jésus prononce avant de monter au ciel. Il a dit: «Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé»; mais Il ajoute que le baptême sera donné au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Il faut désormais que l’homme confesse non plus seulement l’unité de Dieu, en abjurant le polythéisme, mais qu’il adore la Trinité des personnes dans l’unité d’essence. Le grand secret du ciel est une vérité divulguée maintenant par toute la terre.

Mais si nous confessons humblement Dieu connu tel qu’Il est en Lui-même, nous avons aussi à rendre l’hommage d’une éternelle reconnaissance à la glorieuse Trinité. Non seulement Elle a daigné imprimer Ses traits divins sur notre âme, en la faisant à Sa ressemblance; mais, dans l’ordre surnaturel, Elle S’est emparée de notre être et l’a élevé à une grandeur incommensurable. Le Père nous a adoptés en Son Fils incarné; le Verbe illumine notre intelligence de Sa lumière; le Saint-Esprit nous a élus pour Son habitation: c’est ce que marque la forme du saint baptême. Par ces paroles prononcées sur nous avec l’infusion de l’eau, la Trinité tout entière a pris possession de Sa créature. Nous rappelons cette sublime merveille chaque fois que nous invoquons les trois divines Personnes en imprimant sur nous le signe de la croix. Lorsque notre dépouille mortelle sera apportée dans la maison de Dieu pour y recevoir les dernières bénédictions et les adieux de l’Église de la terre, le prêtre suppliera le Seigneur de ne pas entrer en jugement avec Son serviteur; et afin d’attirer sur ce chrétien déjà entré dans son éternité les regards de la miséricorde divine, il représentera au souverain Juge que ce membre de la race humaine «fut marqué durant sa vie du sceau de la sainte Trinité».

Vénérons en nous cette auguste empreinte; elle sera éternelle. La réprobation même ne l’effacerait pas. Qu’elle soit donc notre espoir, notre plus beau titre, et vivons à la gloire du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.