Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, écrivez-nous:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la préservation du Dépôt de la Foi.
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Exclusive Representation of the Nativity Scene.

The charm of the Infant God will make you forget your worries, your sorrows.
Jesus offers you the gift of a child’s heart filled with love, peace and true happiness.

Services are free of charge.

Schedule:

Midnight Mass:
Daytime Mass:
Visit to the Nativity Scene:

Midnight Mass:
Midnight Mass:

December 25, 12:00 a.m.
December 25, 10:00 a.m.
Dec. 25 to Jan. 31, 9:00 a.m. - 6:00 p.m.

January 1, 12:00 a.m.
January 6, 12:00 a.m.

Midnight Mass: December 25, 12:00 a.m.
Day Mass: December 25, 10:00 a.m.
Visit to the Crib: Dec. 25-Jan. 31, 9:00 a.m.-6:00 p.m.
Midnight Mass: January 1, 12:00 a.m.
Midnight Mass: January 6, 12:00 a.m.

Reservation:

(819) 688-5225

Our Address:

290 7e rang - Mont-Tremblant - Québec - Canada - J8E 1Y4

Une histoire pour chaque jour...

Sainte-Famille-2010

Une attente de douze heures.

Le roi Frédéric VII de Danemark, qui était très affable, vit un jour, étant encore prince héritier, un carrosse qui attendait depuis plusieurs heures dans les environs du château d’Odensée.

Le prince entamant une petite conversation avec le cocher, apprit qu’il avait amené un officier et devait attendre jusqu’à la fin de la visite. En allant au bal à dix heures du soir, le prince vit le cocher à la même place, et en revenant du bal vers quatre heures du matin, il vit son homme toujours à la même place. Le prince s’en indigna, donna au cocher une pièce d’argent et lui dit de s’en retourner. D’abord l’homme fit la sourde oreille. Mais le prince se fit reconnaître et lui promit d’en prendre la pleine responsabilité; sur quoi le cocher partit. Ne retrouvant plus la voiture, l’officier se répandit en invectives contre le cocher. En rentrant il trouva un envoyé du prince qui le mandait au palais pour 8 heures. Mais l’officier dut attendre. Dix heures sonnèrent, midi sonna, l’officier pensait qu’on l’inviterait peut-être à dîner. Il n’en fut rien. Il était 8 heures du soir et notre homme se sentait dévoré de faim et de dépit. Enfin, après 12 heures d’attente, le prince le fit venir, lui fit la réception la plus gracieuse et lui dit: «Monsieur, il ne s’agit que d’une bagatelle, je voulais vous dire que c’est moi qui ai ordonné à ce pauvre diable, qui vous attendait depuis 12 heures, de s’en retourner. Je pense, cela va sans dire, que vous ne l’inquiéterez pas pour cela.» L’officier comprit le but de cette singulière audience, et dorénavant il se montra plus compatissant pour le prochain.

Dieu usera de nous de la même manière. Ceux qui ont été impitoyables envers autrui, languiront longtemps au purgatoire.

Autres histoires...

Sainte-Famille-2010

Une attente de douze heures.

Le roi Frédéric VII de Danemark, qui était très affable, vit un jour, étant encore prince héritier, un carrosse qui attendait depuis plusieurs heures dans les environs du château d’Odensée.

Le prince entamant une petite conversation avec le cocher, apprit qu’il avait amené un officier et devait attendre jusqu’à la fin de la visite. En allant au bal à dix heures du soir, le prince vit le cocher à la même place, et en revenant du bal vers quatre heures du matin, il vit son homme toujours à la même place. Le prince s’en indigna, donna au cocher une pièce d’argent et lui dit de s’en retourner. D’abord l’homme fit la sourde oreille. Mais le prince se fit reconnaître et lui promit d’en prendre la pleine responsabilité; sur quoi le cocher partit. Ne retrouvant plus la voiture, l’officier se répandit en invectives contre le cocher. En rentrant il trouva un envoyé du prince qui le mandait au palais pour 8 heures. Mais l’officier dut attendre. Dix heures sonnèrent, midi sonna, l’officier pensait qu’on l’inviterait peut-être à dîner. Il n’en fut rien. Il était 8 heures du soir et notre homme se sentait dévoré de faim et de dépit. Enfin, après 12 heures d’attente, le prince le fit venir, lui fit la réception la plus gracieuse et lui dit: «Monsieur, il ne s’agit que d’une bagatelle, je voulais vous dire que c’est moi qui ai ordonné à ce pauvre diable, qui vous attendait depuis 12 heures, de s’en retourner. Je pense, cela va sans dire, que vous ne l’inquiéterez pas pour cela.» L’officier comprit le but de cette singulière audience, et dorénavant il se montra plus compatissant pour le prochain.

Dieu usera de nous de la même manière. Ceux qui ont été impitoyables envers autrui, languiront longtemps au purgatoire.

Autres histoires...