Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Sainte-Famille-2010

Salomé et la tête de saint Jean-Baptiste.

Salomé, la fille d’Hérodiade, avait demandé au roi Hérode qu’on lui apportât comme récompense la tête de Jean le Baptiste. Hérode fit ce que cette fille perverse lui demandait, et saint Jean fut décapité. — Plus tard, l’empereur romain Caligula exila Hérode et sa famille en Espagne. Salomé patinait souvent en hiver sur le fleuve Sicoris près d’Ilerda, et un jour elle s’enfonça dans l’eau jusqu’au cou. En s’efforçant de remonter, elle brisa la glace autour d’elle et les glaçons tranchants s’entrechoquant séparèrent à la fin du tronc la tête de la malheureuse. Voilà ce que raconte l’historien Nicéphore.

 

Anne de Boleyn, femme de Henri VIII.

Anne de Boleyn était demoiselle d’honneur de la reine d’Angleterre, Catherine d’Aragon. À cause d’elle le roi Henri VIII répudia son épouse légitime et persécuta les catholiques qui désapprouvaient son mariage avec Anne. — Peu après la mort de Catherine d’Aragon, première femme du roi (1536), une dame d’honneur d’Anne de Boleyn, gagna les faveurs du roi, qui s’était séparé de l’Église, et lui inspira de l’aversion pour sa seconde femme. Le roi la répudia à son tour et l’envoya à l’échafaud pour épouser cette demoiselle d’honneur, qui s’appelait Jeanne Seymour.

Cette fin tragique prouve la vérité du proverbe: «On est puni par où on a péché.» La punition est en quelque sorte la photographie du crime.

Autres histoires...

Sainte-Famille-2010

Salomé et la tête de saint Jean-Baptiste.

Salomé, la fille d’Hérodiade, avait demandé au roi Hérode qu’on lui apportât comme récompense la tête de Jean le Baptiste. Hérode fit ce que cette fille perverse lui demandait, et saint Jean fut décapité. — Plus tard, l’empereur romain Caligula exila Hérode et sa famille en Espagne. Salomé patinait souvent en hiver sur le fleuve Sicoris près d’Ilerda, et un jour elle s’enfonça dans l’eau jusqu’au cou. En s’efforçant de remonter, elle brisa la glace autour d’elle et les glaçons tranchants s’entrechoquant séparèrent à la fin du tronc la tête de la malheureuse. Voilà ce que raconte l’historien Nicéphore.

 

Anne de Boleyn, femme de Henri VIII.

Anne de Boleyn était demoiselle d’honneur de la reine d’Angleterre, Catherine d’Aragon. À cause d’elle le roi Henri VIII répudia son épouse légitime et persécuta les catholiques qui désapprouvaient son mariage avec Anne. — Peu après la mort de Catherine d’Aragon, première femme du roi (1536), une dame d’honneur d’Anne de Boleyn, gagna les faveurs du roi, qui s’était séparé de l’Église, et lui inspira de l’aversion pour sa seconde femme. Le roi la répudia à son tour et l’envoya à l’échafaud pour épouser cette demoiselle d’honneur, qui s’appelait Jeanne Seymour.

Cette fin tragique prouve la vérité du proverbe: «On est puni par où on a péché.» La punition est en quelque sorte la photographie du crime.

Autres histoires...