Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, écrivez-nous:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la préservation du Dépôt de la Foi.
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Exclusive Representation of the Nativity Scene.

The charm of the Infant God will make you forget your worries, your sorrows.
Jesus offers you the gift of a child’s heart filled with love, peace and true happiness.

Services are free of charge.

Schedule:

Midnight Mass:
Daytime Mass:
Visit to the Nativity Scene:

Midnight Mass:
Midnight Mass:

December 25, 12:00 a.m.
December 25, 10:00 a.m.
Dec. 25 to Jan. 31, 9:00 a.m. - 6:00 p.m.

January 1, 12:00 a.m.
January 6, 12:00 a.m.

Midnight Mass: December 25, 12:00 a.m.
Day Mass: December 25, 10:00 a.m.
Visit to the Crib: Dec. 25-Jan. 31, 9:00 a.m.-6:00 p.m.
Midnight Mass: January 1, 12:00 a.m.
Midnight Mass: January 6, 12:00 a.m.

Reservation:

(819) 688-5225

Our Address:

290 7e rang - Mont-Tremblant - Québec - Canada - J8E 1Y4

Une histoire pour chaque jour...

Sainte-Famille-2010

Le roi Mathias Corvin sauvé d’un empoisonnement.

Lorsqu’en 1458 Mathias Corvin avait été élu roi de Hongrie, les magnats hongrois se rassemblèrent au château royal d’Ofen pour prêter serment au nouveau roi. Dans leur nombre se trouvait le prince Lazare de Serbie. En l’honneur des convives qui se trouvaient rassemblés au château le roi organisa plusieurs jours de fête et pendant qu’on s’amusait, un voleur sut se glisser dans les appartements royaux, espérant y trouver de grands trésors. À l’aide d’un passe-partout il était parvenu jusqu’à la chambre à coucher du prince Lazare de Serbie. Tout à coup il entendit un bruit de pas. Ne pouvant plus se sauver, il se cacha sous un lit, d’où il fut témoin d’un entretien entre Lazare de Serbie et sa femme. Le prince lui disait qu’il n’était pas venu par respect pour Mathias, mais pour attenter à sa vie. Sa femme faisait l’impossible pour le détourner de ce projet diabolique, mais sans réussir à fléchir son mari, qui lui enjoignit sous menaces de garder le silence. Après que les princes se furent endormis le voleur s’esquiva de la chambre, se fit arrêter par les gardes et demanda qu’on le fit conduire devant le roi, parce qu’il avait des confidences importantes à lui faire. On acquiesça à son désir et on le mena devant le roi, auquel il raconta l’entretien, dont il avait été le témoin. Comme le roi ne voulait point y croire, le bandit consentit à rester en prison jusqu’à ce que ses révélations se fussent vérifiées. Le roi adopta ce plan et observa attentivement le prince serbe, sans que celui-ci en conçût le moindre soupçon. Un beau jour le prince dit au roi que de pressantes affaires lui faisaient un devoir de rentrer dans ses États et qu’avant de partir il l’invitait à déjeuner avec lui dans ses appartements. Le roi accepta. Un serviteur apporta deux coupes de vin, dont il présenta l’une au roi. Mais Mathias invita le prince à en boire le premier. Le prince pâlit, mais sur l’ordre du roi il vida la coupe d’une main tremblante tandis que sa femme s’évanouissait en le voyant. Une heure après le prince Lazare avait expiré. Il était mort du poison qu’il avait préparé pour le roi. Le voleur fut récompensé de son service par un emploi avantageux où il put vivre en honnête homme. Le roi rendit grâce à Dieu de sa conservation miraculeuse.

La providence divine éclate dans ces faits, et de plus on y reconnaît la vérité du proverbe: «Qui tend un piège à autrui s’y prend souvent lui-même.»

Autres histoires...

Sainte-Famille-2010

Le roi Mathias Corvin sauvé d’un empoisonnement.

Lorsqu’en 1458 Mathias Corvin avait été élu roi de Hongrie, les magnats hongrois se rassemblèrent au château royal d’Ofen pour prêter serment au nouveau roi. Dans leur nombre se trouvait le prince Lazare de Serbie. En l’honneur des convives qui se trouvaient rassemblés au château le roi organisa plusieurs jours de fête et pendant qu’on s’amusait, un voleur sut se glisser dans les appartements royaux, espérant y trouver de grands trésors. À l’aide d’un passe-partout il était parvenu jusqu’à la chambre à coucher du prince Lazare de Serbie. Tout à coup il entendit un bruit de pas. Ne pouvant plus se sauver, il se cacha sous un lit, d’où il fut témoin d’un entretien entre Lazare de Serbie et sa femme. Le prince lui disait qu’il n’était pas venu par respect pour Mathias, mais pour attenter à sa vie. Sa femme faisait l’impossible pour le détourner de ce projet diabolique, mais sans réussir à fléchir son mari, qui lui enjoignit sous menaces de garder le silence. Après que les princes se furent endormis le voleur s’esquiva de la chambre, se fit arrêter par les gardes et demanda qu’on le fit conduire devant le roi, parce qu’il avait des confidences importantes à lui faire. On acquiesça à son désir et on le mena devant le roi, auquel il raconta l’entretien, dont il avait été le témoin. Comme le roi ne voulait point y croire, le bandit consentit à rester en prison jusqu’à ce que ses révélations se fussent vérifiées. Le roi adopta ce plan et observa attentivement le prince serbe, sans que celui-ci en conçût le moindre soupçon. Un beau jour le prince dit au roi que de pressantes affaires lui faisaient un devoir de rentrer dans ses États et qu’avant de partir il l’invitait à déjeuner avec lui dans ses appartements. Le roi accepta. Un serviteur apporta deux coupes de vin, dont il présenta l’une au roi. Mais Mathias invita le prince à en boire le premier. Le prince pâlit, mais sur l’ordre du roi il vida la coupe d’une main tremblante tandis que sa femme s’évanouissait en le voyant. Une heure après le prince Lazare avait expiré. Il était mort du poison qu’il avait préparé pour le roi. Le voleur fut récompensé de son service par un emploi avantageux où il put vivre en honnête homme. Le roi rendit grâce à Dieu de sa conservation miraculeuse.

La providence divine éclate dans ces faits, et de plus on y reconnaît la vérité du proverbe: «Qui tend un piège à autrui s’y prend souvent lui-même.»

Autres histoires...