Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, écrivez-nous:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la préservation du Dépôt de la Foi.
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Exclusive Representation of the Nativity Scene.

The charm of the Infant God will make you forget your worries, your sorrows.
Jesus offers you the gift of a child’s heart filled with love, peace and true happiness.

Services are free of charge.

Schedule:

Midnight Mass:
Daytime Mass:
Visit to the Nativity Scene:

Midnight Mass:
Midnight Mass:

December 25, 12:00 a.m.
December 25, 10:00 a.m.
Dec. 25 to Jan. 31, 9:00 a.m. - 6:00 p.m.

January 1, 12:00 a.m.
January 6, 12:00 a.m.

Midnight Mass: December 25, 12:00 a.m.
Day Mass: December 25, 10:00 a.m.
Visit to the Crib: Dec. 25-Jan. 31, 9:00 a.m.-6:00 p.m.
Midnight Mass: January 1, 12:00 a.m.
Midnight Mass: January 6, 12:00 a.m.

Reservation:

(819) 688-5225

Our Address:

290 7e rang - Mont-Tremblant - Québec - Canada - J8E 1Y4

Une histoire pour chaque jour...

Jésus frappe à la porte de notre coeur

Saint Yves défend une hôtelière.

Saint Yves (1253-1303), le patron des juges et des gens du barreau, défendait de préférence les droits des pauvres et était appelé «l’avocat des gueux». Un jour, descendu dans une auberge de Tours, l’hôtesse, une veuve déjà âgée, lui conta, les larmes aux yeux, qu’elle devait comparaître le lendemain devant les tribunaux et qu’elle serait sans doute condamnée à payer 1200 ducats, bien qu’elle fût innocente. Voilà ce qui s’était passé: deux étrangers avaient logé chez elle et lui avaient confié une bourse, elle ne devait la leur remettre qu’à la condition qu’ils fussent présents tous deux. Un beau jour ils se présentèrent, soupèrent à l’auberge et repartirent; puis l’un d’eux revint, demanda la bourse, et l’hôtelière la lui donna. Une heure après, l’autre revint également et redemanda aussi la bourse. En apprenant que son compagnon l’avait déjà reçue, il feignit d’être au désespoir et l’autre ne revenant plus, il intenta un procès à la veuve. Saint Yves étudia la cause et se présenta comme défenseur de l’hôtesse. Le plaignant demanda la condamnation de la veuve pour avoir violé le contrat. Saint Yves répondit que la bourse n’était pas perdue, mais que le plaignant ne la recevrait pas avant qu’il amenât son compagnon, puisque d’après le contrat, elle ne devait être rendue qu’en présence des deux.» À ce plaidoyer inattendu notre homme vit qu’il s’était pris à son propre piège. En cherchant des subterfuges, il se contredit, et finalement il fut condamné tandis que l’hôtelière fut acquittée.

Saint Yves avait le don de bon conseil.

Autres histoires...

Jésus frappe à la porte de notre coeur

Saint Yves défend une hôtelière.

Saint Yves (1253-1303), le patron des juges et des gens du barreau, défendait de préférence les droits des pauvres et était appelé «l’avocat des gueux». Un jour, descendu dans une auberge de Tours, l’hôtesse, une veuve déjà âgée, lui conta, les larmes aux yeux, qu’elle devait comparaître le lendemain devant les tribunaux et qu’elle serait sans doute condamnée à payer 1200 ducats, bien qu’elle fût innocente. Voilà ce qui s’était passé: deux étrangers avaient logé chez elle et lui avaient confié une bourse, elle ne devait la leur remettre qu’à la condition qu’ils fussent présents tous deux. Un beau jour ils se présentèrent, soupèrent à l’auberge et repartirent; puis l’un d’eux revint, demanda la bourse, et l’hôtelière la lui donna. Une heure après, l’autre revint également et redemanda aussi la bourse. En apprenant que son compagnon l’avait déjà reçue, il feignit d’être au désespoir et l’autre ne revenant plus, il intenta un procès à la veuve. Saint Yves étudia la cause et se présenta comme défenseur de l’hôtesse. Le plaignant demanda la condamnation de la veuve pour avoir violé le contrat. Saint Yves répondit que la bourse n’était pas perdue, mais que le plaignant ne la recevrait pas avant qu’il amenât son compagnon, puisque d’après le contrat, elle ne devait être rendue qu’en présence des deux.» À ce plaidoyer inattendu notre homme vit qu’il s’était pris à son propre piège. En cherchant des subterfuges, il se contredit, et finalement il fut condamné tandis que l’hôtelière fut acquittée.

Saint Yves avait le don de bon conseil.

Autres histoires...