Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, écrivez-nous:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la préservation du Dépôt de la Foi.
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Exclusive Representation of the Nativity Scene.

The charm of the Infant God will make you forget your worries, your sorrows.
Jesus offers you the gift of a child’s heart filled with love, peace and true happiness.

Services are free of charge.

Schedule:

Midnight Mass:
Daytime Mass:
Visit to the Nativity Scene:

Midnight Mass:
Midnight Mass:

December 25, 12:00 a.m.
December 25, 10:00 a.m.
Dec. 25 to Jan. 31, 9:00 a.m. - 6:00 p.m.

January 1, 12:00 a.m.
January 6, 12:00 a.m.

Midnight Mass: December 25, 12:00 a.m.
Day Mass: December 25, 10:00 a.m.
Visit to the Crib: Dec. 25-Jan. 31, 9:00 a.m.-6:00 p.m.
Midnight Mass: January 1, 12:00 a.m.
Midnight Mass: January 6, 12:00 a.m.

Reservation:

(819) 688-5225

Our Address:

290 7e rang - Mont-Tremblant - Québec - Canada - J8E 1Y4

Une histoire pour chaque jour...

Jésus frappe à la porte de notre coeur

Napoléon et Pie VII.

Il y a une ressemblance curieuse entre la destinée du pape Pie VII, persécuté par Napoléon Ier et son adversaire. En voilà les traits principaux tels qu’ils sont tracés par l’histoire: 1° Napoléon retint prisonnier le pape Pie VII pendant cinq ans (1809-1814) et en deux endroits différents, à Savone et à Fontainebleau; plus tard il fut lui-même prisonnier pendant sept ans à l’île d’Elbe et à Sainte-Hélène. 2° Le 17 mai 1809, Napoléon lança de Vienne le décret qui ravissait au pape ses États. Ce décret fut le commencement de la fin de Napoléon. Il essuya les premiers revers à Aspern et à Esslingen où il ne put forcer les positions de l’archiduc Charles. Napoléon n’était plus invincible. 3° Le pape répondit au décret de Vienne par l’excommunication (11 juin 1809). En l’apprenant, l’empereur se mit à rire et ajouta: «Le pape croit-il que les armes tomberont des mains de mes soldats?» Elles tombèrent plus tôt qu’il ne l’avait cru. Dans la campagne de Russie (1812) la grande armée fut détruite non par les Russes, mais par le froid qui fit «tomber les armes de la main des soldats.» 4° Dans le même château de Fontainebleau où Napoléon avait retenu prisonnier le Saint-Père et où il l’avait forcé à renoncer aux États pontificaux pour une pension annuelle, l’empereur dut signer l’acte d’abdication et il fut relégué à l’île d’Elbe avec un revenu annuel de 2 millions. 5° En 1821 l’empereur mourait à l’île Sainte-Hélène pendant une terrible tempête, le 5 mai: coïncidence singulière, le jour de la fête de saint Pie V (5 mai), depuis longtemps le Saint-Père était rentré à Rome, où il avait pu revenir en 1814. En 1815 les États pontificaux furent restitués au pape. 6° C’est au château de Schönbrunn (Vienne) que Napoléon publia le décret qui privait le pape de ses États; c’est là aussi que le fils de l’empereur, le «roi de Rome» mourut à la fleur de l’âge, dans la pièce même où Napoléon avait signé le décret de déportation.

Un catholique qui observe ces merveilleux évènements sera porté à des pensées bien sérieuses sur l’action de la divine Providence pour la protection de l’Église, tandis qu’un ennemi du catholicisme refusera de n’y voir autre chose que le hasard.

Autres histoires...

Jésus frappe à la porte de notre coeur

Napoléon et Pie VII.

Il y a une ressemblance curieuse entre la destinée du pape Pie VII, persécuté par Napoléon Ier et son adversaire. En voilà les traits principaux tels qu’ils sont tracés par l’histoire: 1° Napoléon retint prisonnier le pape Pie VII pendant cinq ans (1809-1814) et en deux endroits différents, à Savone et à Fontainebleau; plus tard il fut lui-même prisonnier pendant sept ans à l’île d’Elbe et à Sainte-Hélène. 2° Le 17 mai 1809, Napoléon lança de Vienne le décret qui ravissait au pape ses États. Ce décret fut le commencement de la fin de Napoléon. Il essuya les premiers revers à Aspern et à Esslingen où il ne put forcer les positions de l’archiduc Charles. Napoléon n’était plus invincible. 3° Le pape répondit au décret de Vienne par l’excommunication (11 juin 1809). En l’apprenant, l’empereur se mit à rire et ajouta: «Le pape croit-il que les armes tomberont des mains de mes soldats?» Elles tombèrent plus tôt qu’il ne l’avait cru. Dans la campagne de Russie (1812) la grande armée fut détruite non par les Russes, mais par le froid qui fit «tomber les armes de la main des soldats.» 4° Dans le même château de Fontainebleau où Napoléon avait retenu prisonnier le Saint-Père et où il l’avait forcé à renoncer aux États pontificaux pour une pension annuelle, l’empereur dut signer l’acte d’abdication et il fut relégué à l’île d’Elbe avec un revenu annuel de 2 millions. 5° En 1821 l’empereur mourait à l’île Sainte-Hélène pendant une terrible tempête, le 5 mai: coïncidence singulière, le jour de la fête de saint Pie V (5 mai), depuis longtemps le Saint-Père était rentré à Rome, où il avait pu revenir en 1814. En 1815 les États pontificaux furent restitués au pape. 6° C’est au château de Schönbrunn (Vienne) que Napoléon publia le décret qui privait le pape de ses États; c’est là aussi que le fils de l’empereur, le «roi de Rome» mourut à la fleur de l’âge, dans la pièce même où Napoléon avait signé le décret de déportation.

Un catholique qui observe ces merveilleux évènements sera porté à des pensées bien sérieuses sur l’action de la divine Providence pour la protection de l’Église, tandis qu’un ennemi du catholicisme refusera de n’y voir autre chose que le hasard.

Autres histoires...