Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Coeur Eucharistique de Jésus

Le plus grand orateur et le plus humble chrétien de l’Irlande.

Il n’est pas de nom plus populaire en Irlande que celui de Daniel O’Connel, à qui cette nation doit son émancipation. Nous lisons dans les magnifiques armoiries de la famille O’Connel ce bel exergue: «L’œil d’O’Connel est le salut de l’Irlande.»

À la vue d’O’Connel, la joie éclatait sur tous les visages, la jubilation inondait tous les cœurs. En présence d’O’Connel, le peuple irlandais semble oublier ses misères et ses angoisses; tous ceux qui le voient ne se rassasient jamais de le voir; tous ceux qui l’écoutent ne se fatiguent jamais de l’écouter. – Voyez-Ie, dit le Père Ventura, entouré de six cent mille personnes. Comme toutes ont les yeux fixés sur lui! C’est notre père, disent-elles, notre ami, notre libérateur.

Qui le surpasse en piété? Au milieu des sollicitudes multipliées de son apostolat politique, sous le poids des pensées les plus graves, il ne manque jamais d’assister chaque jour à la Messe et de s’approcher plusieurs fois par semaine de la sainte Table.

Il avait une grande dévotion au saint Sacrement, non content de l’honorer pérsonnellement, il l’a victorieusement vengé et défendu contre les blasphèmes de l’hérésie dans un admirable traité qu’il a écrit sur cet adorable mystère.

Voici un trait touchant de la vie de ce grand homme, raconté dernièrement par un Irlandais à monseigneur Dupanloup qui l’a rapporté dans un discours bien éloquent. Nous le citons:

«Cet Irlandais était grand admirateur d’O’Connell, et allait souvent l’entendre à la chambre des communes. Un soir, en hiver, au mois de février, il y eut au parlement un grand débat, qui se prolongea jusqu’à deux heures du matin: O’Connell parla le dernier et près de deux heures. L’Irlandais dont je parle avait entendu dire que c’était l’habitude d’O’Connell de communier tous les dimanches et jours de fête, à la Messe de six heures, dans une des pauvres petites chapelles catholiques qu’on trouvait alors à Londres. Il se dit: «J’ai là une excellente occasion de voir quelle est sa fidélité à ses habitudes religieuses.» Dans cette pensée, il se rendit, par un temps affreux, à la petite chapelle; mais sa tristesse fut grande de n’y découvrir que quelques servantes et de pauvres ouvriers. Cependant il se disait à lui-même qu’une journée de si grande fatigue terminée par un long discours, à une heure si avancée de la nuit, était une excuse suffisante. Puis bientôt ses yeux s’accoutumant à l’obscurité de la pauvre chapelle il aperçut, appuyé contre un pilier, un homme de haute taille, enveloppé dans un manteau. Son cœur lui dit quel était cet homme. Au moment de la communion, O’Connell, car c’était bien lui, se débarrassa de son manteau, et alla s’agenouiller à la sainte Table, au milieu de ses pauvres compatriotes.

À la dévotion à l’égard du Fils, ce grand homme joignait la piété envers Marie. «Qui fut jamais, dit le Père Ventura, plus tendre que lui pour la Reine du ciel, plus zélé pour Son culte?» Transporté par un sentiment extraordinaire de dévotion envers Marie, il en fit un jour un magnifique éloge en présence de plus de cent mille catholiques et protestants. – Après le célèbre discours prononcé par lui dans le but de faire ouvrir aux catholiques les portes du Parlement, et pendant que les débats solennels avaient lieu entre les plus fameux orateurs sur cette question, dans ce terrible moment d’où dépendait la liberté ou l’asservissement de l’Irlande, O’Connel se tenait retiré dans un angle, récitant le rosaire en l’honneur de la Sainte Vierge destructrice de toutes les hérésies. Il avait mis la cause de l’émancipation sous la garde tutélaire de cette grande Reine, et c’est à Sa protection qu’il attribuait tout le succès de cette affaire.

Autres histoires...