Cet article est aussi disponible en: English Español Italiano

Notre-Dame du Rosaire

Chapelet médité

par Père Jean-Grégoire de la Trinité

    • On commence en faisant pieusement le Signe de la Croix, qui est le signe du chrétien:

    Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, et de la Mère de Dieu. Ainsi soit-il.

    • Offrande du chapelet

    Je m’unis à tous les Saints et les saints Anges qui sont dans le ciel, à tous les justes qui sont sur la terre, à toutes les âmes fidèles qui sont dans ce lieu. Je m’unis à Vous, mon Jésus, pour louer dignement Votre sainte Mère et Vous louer en Elle et par Elle. Je renonce à toutes les distractions qui me viendront pendant ce chapelet que je veux dire avec modestie, attention et dévotion, comme si c’était le dernier de ma vie. Ainsi soit-il.

    • Le Symbole des Apôtres

    Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre; et en Jésus-Christ Son Fils unique, Notre-Seigneur; qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu, le Père tout-puissant, d’où Il viendra juger les vivants et les morts. Je crois au Saint-Esprit, la sainte Église de Jésus-Christ, la Communion des Saints, la rémission des péchés, la résurrection de la chair, la vie éternelle. Ainsi soit-il.

    • Un Notre Père (prière enseignée par Jésus à Ses Apôtres)

    Notre Père, qui êtes aux cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre règne arrive, que Votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.

    • Trois Je Vous salue Marie (Salutation Angélique)

    Je Vous salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec Vous; Vous êtes bénie entre les femmes, et Jésus, Votre Fils, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu et notre Mère, priez pour nous, pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Ainsi soit-il.

    • Un Gloire au Père

    Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, et à la Mère de Dieu. Comme au commencement, maintenant et toujours dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Mystères Douloureux

Premier mystère: L’Agonie de Jésus au Jardin de Gethsémani

Demandons une sincère contrition de tous nos péchés.

L'Agonie de Jésus au jardin de Gethsémani

DEMANDONS la grâce de comprendre toute la malice du péché; il est la cause de l’Agonie mortelle et de la douloureuse Passion de Notre-Seigneur. Demandons la crainte d’offenser Dieu, la contrition de nos fautes, le regret de nos péchés, la componction du coeur.
Prions pour la conversion des pécheurs et en particulier la nôtre. Supplions Dieu de nous accorder la grâce de la conversion. Qu’Il nous fasse comprendre que le seul grand malheur qui puisse arriver à un humain, c’est de perdre la grâce de Dieu et Son amitié divine. Le reste n’est rien: perdre la santé, perdre la fortune, la vie même… Il nous faudra tous mourir un jour. Tôt ou tard, la mort fauchera chacune de nos vies et du coup, nous perdrons tout ce que nous possédons ici-bas. Nous n’apporterons rien avec nous dans la tombe.
La seule chose qui ne disparaîtra jamais, c’est notre âme, appelée à la béatitude éternelle. Elle possédera ce bonheur sans fin, si elle est unie à Dieu par la grâce. Par contre, si l’heure de la mort la trouve séparée de la grâce divine, elle perdra le bonheur éternel que Dieu lui destinait. Demandons la grâce de réaliser l’importance primordiale du salut de notre âme, cette âme qui a coûté le Sang d’un Dieu.
Prions pour les agonisants, pour tous ceux qui paraîtront devant Dieu durant ce jour.

On récite un Notre Père

NOTRE PÈRE, qui êtes aux cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre règne arrive, que Votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.

On récite dix Je Vous salue Marie

JE VOUS SALUE, MARIE, pleine de grâces, le Seigneur est avec Vous; Vous êtes bénie entre les femmes, et Jésus, Votre Fils, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu et notre Mère, priez pour nous, pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Ainsi soit-il.

On récite un Gloire au Père

GLOIRE AU PÈRE, au Fils et au Saint-Esprit et à la Mère de Dieu.
Comme au commencement, maintenant et toujours dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Notre-Dame à Fatima a demandé de réciter après chaque dizaine, la prière suivante:

Ô MON JÉSUS, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes, spécialement celles qui ont le plus besoin de Votre miséricorde.

Deuxième mystère: La Flagellation de Jésus

Demandons la grâce de la mortification de nos sens.

La flagellation de JésusCONTEMPLONS notre Sauveur déchiré des pieds à la tête par les fouets des bourreaux. Demandons par ce mystère, la grâce de la mortification, de l’esprit de pénitence: Celui qui est au Christ, dit saint Paul, a crucifié sa chair avec tous ses désirs. C’est le chemin indispensable si nous voulons être des chrétiens, des vrais disciples de Jésus-Christ. Demandons pour nous et pour tous nos frères et soeurs, la grâce de l’esprit de prière et de pénitence, par lesquelles le monde sera sauvé. La prière et la pénitence purifient les âmes et les sanctifient. Demandons ces grâces par les mérites des saintes Plaies de Notre-Seigneur, par cette flagellation douloureuse qu’Il a subie pour expier nos péchés.
D’après des révélations faites à sainte Brigitte et à d’autres Saints, le corps de Jésus n’était qu’une plaie béante. Les images que nous reproduisons sont bien en deçà de la réalité. S’il fallait peindre Jésus tel qu’Il était, Il ne ressemblerait pas à un homme. Comme dit le Psaume: Je suis un ver et non un homme, l’opprobre des hommes et le rebut du peuple. Ils ont percé Mes mains et Mes pieds, ils ont compté tous Mes os. La chair de Jésus était tellement déchirée qu’on pouvait voir Ses os. Notre-Seigneur a subi cette flagellation si atroce en réparation pour tous les péchés de la chair.
Demandons, par les mérites de cette cruelle flagellation, la mortification nécessaire pour faire de nous de vrais chrétiens; demandons à Jésus, par les mérites de Ses saintes Plaies, de guérir les plaies de nos âmes et de nous aider à garder une grande pureté de corps et d’esprit.

On récite un Notre Père

NOTRE PÈRE, qui êtes aux cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre règne arrive, que Votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.

On récite dix Je Vous salue Marie

JE VOUS SALUE, MARIE, pleine de grâces, le Seigneur est avec Vous; Vous êtes bénie entre les femmes, et Jésus, Votre Fils, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu et notre Mère, priez pour nous, pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Ainsi soit-il.

On récite un Gloire au Père

GLOIRE AU PÈRE, au Fils et au Saint-Esprit et à la Mère de Dieu.
Comme au commencement, maintenant et toujours dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Notre-Dame à Fatima a demandé de réciter après chaque dizaine, la prière suivante:

Ô MON JÉSUS, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes, spécialement celles qui ont le plus besoin de Votre miséricorde.

Troisième mystère: Le Couronnement d’épines de Jésus

Demandons la grâce de la mortification de l’esprit et du coeur.

Jésus est couronné d'épinesCONTEMPLONS Jésus subissant cet affront ignominieux du couronnement d’épines: la soldatesque en fait un roi de théâtre, on se moque, on Le tourne en dérision. Le Christ, notre Sauveur, est outragé et bafoué au dernier degré. Les bourreaux Lui enfoncent dans la tête une couronne cruelle dont les épines traversent toutes les parties de Sa tête adorable. C’est une torture inouïe. Seul un Homme-Dieu pouvait supporter tant de douleurs atroces; Jésus a souffert au delà de tout ce que l’on peut concevoir. Il a enduré cet affreux tourment du couronnement d’épines pour expier toutes les fautes de l’esprit humain, de l’homme qui se croit plus sage que Dieu, qui se révolte, qui veut tout analyser et passer à son crible, qui veut tout raisonner. Demandons à Notre-Seigneur l’humilité, la mortification de l’esprit, le sacrifice de notre jugement en esprit de foi; demandons-Lui cette humilité dont Il nous donne l’exemple en ce mystère. Aujourd’hui les «têtes fortes» veulent tout comprendre, tout expliquer. La foi, c’est de croire sans raisonner, de marcher sans comprendre. Aussitôt que tout est clair et évident, on cesse de marcher par le chemin de la foi. Demandons cette grâce de la mortification de l’esprit, la grâce d’être comme de petits enfants par l’humilité de l’esprit et la simplicité du coeur, afin de pouvoir entrer au ciel: Si vous ne devenez comme de petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. Demandons la grâce d’être prêts à tout souffrir pour l’amour de Dieu: les affronts, les humiliations, les mépris.

On récite un Notre Père

NOTRE PÈRE, qui êtes aux cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre règne arrive, que Votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.

On récite dix Je Vous salue Marie

JE VOUS SALUE, MARIE, pleine de grâces, le Seigneur est avec Vous; Vous êtes bénie entre les femmes, et Jésus, Votre Fils, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu et notre Mère, priez pour nous, pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Ainsi soit-il.

On récite un Gloire au Père

GLOIRE AU PÈRE, au Fils et au Saint-Esprit et à la Mère de Dieu.
Comme au commencement, maintenant et toujours dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Notre-Dame à Fatima a demandé de réciter après chaque dizaine, la prière suivante:

Ô MON JÉSUS, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes, spécialement celles qui ont le plus besoin de Votre miséricorde.

Quatrième mystère: Le Portement de la Croix

Demandons la grâce d’embrasser avec beaucoup d’amour les croix que Dieu nous donne.

Le portement de la CroixSUIVONS notre Sauveur sur le chemin du Calvaire. Demandons à la très Sainte Vierge de nous obtenir la grâce de porter notre croix courageusement, avec amour, comme Jésus le demande de tout chrétien: Celui qui veut être Mon disciple, qu’il se renonce, qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il Me suive, qu’il marche sur Mes traces. Renoncer à soi-même, c’est laisser de côté le «moi», aller à rebours des inclinations naturelles. Il faut piétiner nos désirs charnels, c’est-à-dire tous les désirs naturels en nous, qui ne sont pas conformes à la sainte Volonté de Dieu. L’homme recherche tout ce qui lui plaît et fuit tout ce qui l’incommode. Prendre sa croix tous les jours et suivre Jésus, c’est vivre continuellement en esprit de sacrifice et de mortification.
Examinons-nous sincèrement: Suis-je vraiment disciple de Jésus-Christ? Ne suis-je pas souvent un disciple du monde et de ses maximes? Ou disciple de moi-même, en suivant mes inclinations, mes petits caprices, ma volonté propre, plutôt que de conformer ma vie aux exigences de l’enseignement évangélique?
Le bon Dieu ne S’attend pas à ce que nous soyons des perfections; l’homme est misérable, déchu par le péché originel et enclin à tous les vices. Mais Dieu veut que l’homme s’humilie et reconnaisse sa misère, qu’il s’abaisse et qu’il reprenne sa croix tous les jours. Notre-Seigneur est tombé plusieurs fois en montant au Calvaire, justement pour nous montrer qu’il peut nous arriver le malheur de tomber, mais qu’il faut se relever bien vite, reprendre notre croix et nous remettre courageusement à la suite de Jésus. Demandons par ce mystère la patience et l’amour de la croix.

On récite un Notre Père

NOTRE PÈRE, qui êtes aux cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre règne arrive, que Votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.

On récite dix Je Vous salue Marie

JE VOUS SALUE, MARIE, pleine de grâces, le Seigneur est avec Vous; Vous êtes bénie entre les femmes, et Jésus, Votre Fils, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu et notre Mère, priez pour nous, pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Ainsi soit-il.

On récite un Gloire au Père

GLOIRE AU PÈRE, au Fils et au Saint-Esprit et à la Mère de Dieu.
Comme au commencement, maintenant et toujours dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Notre-Dame à Fatima a demandé de réciter après chaque dizaine, la prière suivante:

Ô MON JÉSUS, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes, spécialement celles qui ont le plus besoin de Votre miséricorde.

Cinquième mystère: Le Crucifiement et la Mort de Jésus sur la Croix

Demandons la grâce de mourir à nous-mêmes pour ne plus vivre que pour Dieu. Demandons la persévérance des justes, la conversion des pécheurs et la délivrance des âmes du Purgatoire.

Jésus meurt sur la CroixCONTEMPLONS Jésus notre Rédempteur cloué à la Croix et versant jusqu’à la dernière goutte de Son Précieux Sang pour nous ouvrir la porte du ciel. Demandons à Notre-Dame des Douleurs infinies de nous obtenir la grâce d’avoir toujours à l’esprit la pensée de la Passion de Notre-Seigneur. Le souvenir des souffrances de notre Sauveur est un grand réconfort dans les peines de cette vie, un stimulant pour nous encourager à nous sacrifier à notre tour par amour pour le bon Dieu. Quand nous regardons Jésus ainsi traité, nous n’avons plus l’idée de nous plaindre, nous, misérables créatures. La vue des humiliations de Jésus nous fait accepter le mépris et l’abaissement comme notre dû. Unissons toutes nos petites souffrances de la terre à celles de Jésus, pour leur donner du mérite et une valeur infinie.
La croix fait les saints ou les damnés. Le bon larron a accepté sa souffrance et il a été sauvé. Le mauvais larron, enragé, blasphémait; le rejet de la croix a été sa perte. La souffrance fait grandir les âmes qui l’acceptent avec amour et soumission, et elle est une occasion de perte pour ceux qui se révoltent et murmurent contre Dieu. Profitons bien des contrariétés, des souffrances, des humiliations que Dieu place sur notre route pour nous faire avancer spirituellement; les souffrances sont les grâces de Dieu par excellence.
Demandons à notre bonne Mère du ciel de nous obtenir de Son divin Fils crucifié, la grâce d’être embrasés de Son Amour Infini et la persévérance jusqu’à la fin dans Son Amour; que nous soyons des âmes généreuses et prêtes à tout malgré nos misères et nos faiblesses.

On récite un Notre Père

NOTRE PÈRE, qui êtes aux cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre règne arrive, que Votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.

On récite dix Je Vous salue Marie

JE VOUS SALUE, MARIE, pleine de grâces, le Seigneur est avec Vous; Vous êtes bénie entre les femmes, et Jésus, Votre Fils, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu et notre Mère, priez pour nous, pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Ainsi soit-il.

On récite un Gloire au Père

GLOIRE AU PÈRE, au Fils et au Saint-Esprit et à la Mère de Dieu.
Comme au commencement, maintenant et toujours dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Notre-Dame à Fatima a demandé de réciter après chaque dizaine, la prière suivante:

Ô MON JÉSUS, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes, spécialement celles qui ont le plus besoin de Votre miséricorde.

Salut, ô Reine!

Salut, ô Reine, Mère de miséricorde!
notre vie, notre douceur et notre espérance, salut!

Enfants d’Ève, malheureux exilés,
nous élevons nos cris vers Vous;
nous soupirons vers Vous,
gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.

Ô notre avocate, tournez donc vers nous Vos regards miséricordieux;
et au sortir de cet exil, montrez-nous Jésus,
le Fruit béni de Vos entrailles,
ô clémente, ô charitable, ô douce Vierge Marie!

  • Priez pour nous, sainte Mère de Dieu,
  • Afin que nous devenions dignes des promesses de Jésus Christ.

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, et de la Mère de Dieu. Ainsi soit-il.

Partagez ces prières avec ceux que vous aimez.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin