pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Ste-Famille

L’enfant obéissant.

Quelques enfants avaient projeté de faire une promenade en canot. «Il me faut d’abord, dit l’un d’eux, la permission de ma mère, car je lui ai promis de ne jamais aller en canot sans son autorisation. » Les autres se moquèrent de lui et l’appelèrent un lâche. «Au contraire, répondit-il, je serais un lâche si par vos railleries je me laissais pousser à une désobéissance. »

Ainsi en est-il des martyrs. En apparence, ce sont des vaincus parce qu’ils ont perdu la vie, quand ils pouvaient la sauver en foulant aux pieds la loi de Dieu; en réalité, ce sont des héros et par conséquent des vainqueurs, qui portent à juste titre la palme du triomphe.

Les 40 couronnés.

Le Docteur de l’Église, Saint Basile (330-378), nous raconte le trait suivant arrivé en Asie-Mineure. Licinius, le lieutenant de Constantin le Grand, persécutait les chrétiens et les forçait, sous peine de mort, à sacrifier aux idoles. Vers 320, la 12e légion, la légion fulminante, était en garnison à Sébaste en Arménie, et fut commandée pour assister aux sacrifices. Aussitôt quarante officiers sortirent du rang et déclarèrent au tribun commandant la légion, qu’ils ne violeraient pas plus leur serment à Dieu que celui à l’empereur. On était au milieu d’un hiver très rigoureux, et le tribun ordonna de dépouiller ces officiers de leurs vêtements et de les exposer, au froid glacial qui régnait, dans un étang gelé. Sur les bords il fit préparer un bain tiède pour ceux qui, vaincus par la souffrance, finiraient par sacrifier aux idoles. Les vaillants guerriers attendaient, en chantant des cantiques, que la mort vînt les délivrer de leurs tourments, quand l’un des soldats qui montaient la garde près de l’étang, vit 40 brillantes couronnes descendre du firmament sur la tête des martyrs, à l’exception d’une d’entre elles qui restait suspendue sans destination. Tandis que le soldat réfléchissait à cette étonnante apparition, celui sur la tête duquel aucune couronne n’était descendue, sortit de l’étang pour se plonger dans le bain tiède, où frappé d’apoplexie il mourut instantanément. Aussitôt ce soldat se déclara chrétien; dépouillé de ses vêtements il fut associé aux souffrances et à la mort des 39 autres martyrs qu’on retira de l’eau pour les brûler, pour la plupart encore vifs, sur un bûcher.

Les couronnes descendues du ciel indiquaient la victoire des 40 martyrs, car la couronne est le signe et la récompense du triomphe.

Autres histoires...

Ste-Famille

L’enfant obéissant.

Quelques enfants avaient projeté de faire une promenade en canot. «Il me faut d’abord, dit l’un d’eux, la permission de ma mère, car je lui ai promis de ne jamais aller en canot sans son autorisation. » Les autres se moquèrent de lui et l’appelèrent un lâche. «Au contraire, répondit-il, je serais un lâche si par vos railleries je me laissais pousser à une désobéissance. »

Ainsi en est-il des martyrs. En apparence, ce sont des vaincus parce qu’ils ont perdu la vie, quand ils pouvaient la sauver en foulant aux pieds la loi de Dieu; en réalité, ce sont des héros et par conséquent des vainqueurs, qui portent à juste titre la palme du triomphe.

Les 40 couronnés.

Le Docteur de l’Église, Saint Basile (330-378), nous raconte le trait suivant arrivé en Asie-Mineure. Licinius, le lieutenant de Constantin le Grand, persécutait les chrétiens et les forçait, sous peine de mort, à sacrifier aux idoles. Vers 320, la 12e légion, la légion fulminante, était en garnison à Sébaste en Arménie, et fut commandée pour assister aux sacrifices. Aussitôt quarante officiers sortirent du rang et déclarèrent au tribun commandant la légion, qu’ils ne violeraient pas plus leur serment à Dieu que celui à l’empereur. On était au milieu d’un hiver très rigoureux, et le tribun ordonna de dépouiller ces officiers de leurs vêtements et de les exposer, au froid glacial qui régnait, dans un étang gelé. Sur les bords il fit préparer un bain tiède pour ceux qui, vaincus par la souffrance, finiraient par sacrifier aux idoles. Les vaillants guerriers attendaient, en chantant des cantiques, que la mort vînt les délivrer de leurs tourments, quand l’un des soldats qui montaient la garde près de l’étang, vit 40 brillantes couronnes descendre du firmament sur la tête des martyrs, à l’exception d’une d’entre elles qui restait suspendue sans destination. Tandis que le soldat réfléchissait à cette étonnante apparition, celui sur la tête duquel aucune couronne n’était descendue, sortit de l’étang pour se plonger dans le bain tiède, où frappé d’apoplexie il mourut instantanément. Aussitôt ce soldat se déclara chrétien; dépouillé de ses vêtements il fut associé aux souffrances et à la mort des 39 autres martyrs qu’on retira de l’eau pour les brûler, pour la plupart encore vifs, sur un bûcher.

Les couronnes descendues du ciel indiquaient la victoire des 40 martyrs, car la couronne est le signe et la récompense du triomphe.

Autres histoires...