pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Ste-Famille

Constantin le Grand et le Labarum.

En 312, Constantin le Grand se mit en campagne contre son rival Maxence. Avant la rencontre près du pont Milvius, aux environs de Rome, lui et son armée virent au firmament une croix lumineuse avec ces mots: «In hoc signo vinces! – C’est par ce signe que tu vaincras.» – Il fit mettre ce symbole sur ses étendards et remporta la victoire. C’est à cet évènement que la tradition fait remonter l’institution des bannières pour les églises.

Nous aussi, nous deviendrions victorieux contre nos ennemis, si dans les dangers nous nous munissions du signe de la croix. Le signe de la croix est une source de bénédiction.

L’invention de la vraie croix (325).

La croix du Christ et les instruments de la Passion avaient été enterrés par les Juifs sur le Calvaire, et Hélène, mère du grand Constantin, conçut le projet de rechercher ces précieuses reliques. Quoique déjà âgée de 80 ans, elle se rendit à Jérusalem et essaya d’obtenir des Juifs quelques informations: mais ceux-ci refusèrent tout renseignement sur l’endroit du crucifiement jusqu’à ce qu’on les menaçât des peines les plus sévères. Les fouilles qu’elle fit faire amenèrent la découverte de trois croix, avec des clous et la planchette sur laquelle il y avait encore des restes de l’inscription ordonnée par Pilate. Saint Macaire, évêque de Jérusalem, conseilla à l’impératrice de faire toucher par les croix une femme gravement malade, espérant que Dieu révélerait la vraie Croix par sa guérison. On porta donc une malade au Calvaire, et dès qu’elle eût touché la vraie Croix, elle recouvra instantanément la santé. C’est en mémoire de ce miracle que l’Église a institué, le 3 mai, la fête de l’Invention de la Croix.

Le signe de la croix nous procure les mêmes bienfaits que l’attouchement du bois de la croix.

Autres histoires...

Ste-Famille

Constantin le Grand et le Labarum.

En 312, Constantin le Grand se mit en campagne contre son rival Maxence. Avant la rencontre près du pont Milvius, aux environs de Rome, lui et son armée virent au firmament une croix lumineuse avec ces mots: «In hoc signo vinces! – C’est par ce signe que tu vaincras.» – Il fit mettre ce symbole sur ses étendards et remporta la victoire. C’est à cet évènement que la tradition fait remonter l’institution des bannières pour les églises.

Nous aussi, nous deviendrions victorieux contre nos ennemis, si dans les dangers nous nous munissions du signe de la croix. Le signe de la croix est une source de bénédiction.

L’invention de la vraie croix (325).

La croix du Christ et les instruments de la Passion avaient été enterrés par les Juifs sur le Calvaire, et Hélène, mère du grand Constantin, conçut le projet de rechercher ces précieuses reliques. Quoique déjà âgée de 80 ans, elle se rendit à Jérusalem et essaya d’obtenir des Juifs quelques informations: mais ceux-ci refusèrent tout renseignement sur l’endroit du crucifiement jusqu’à ce qu’on les menaçât des peines les plus sévères. Les fouilles qu’elle fit faire amenèrent la découverte de trois croix, avec des clous et la planchette sur laquelle il y avait encore des restes de l’inscription ordonnée par Pilate. Saint Macaire, évêque de Jérusalem, conseilla à l’impératrice de faire toucher par les croix une femme gravement malade, espérant que Dieu révélerait la vraie Croix par sa guérison. On porta donc une malade au Calvaire, et dès qu’elle eût touché la vraie Croix, elle recouvra instantanément la santé. C’est en mémoire de ce miracle que l’Église a institué, le 3 mai, la fête de l’Invention de la Croix.

Le signe de la croix nous procure les mêmes bienfaits que l’attouchement du bois de la croix.

Autres histoires...