Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, écrivez-nous:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la préservation du Dépôt de la Foi.
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Exclusive Representation of the Nativity Scene.

The charm of the Infant God will make you forget your worries, your sorrows.
Jesus offers you the gift of a child’s heart filled with love, peace and true happiness.

Services are free of charge.

Schedule:

Midnight Mass:
Daytime Mass:
Visit to the Nativity Scene:

Midnight Mass:
Midnight Mass:

December 25, 12:00 a.m.
December 25, 10:00 a.m.
Dec. 25 to Jan. 31, 9:00 a.m. - 6:00 p.m.

January 1, 12:00 a.m.
January 6, 12:00 a.m.

Midnight Mass: December 25, 12:00 a.m.
Day Mass: December 25, 10:00 a.m.
Visit to the Crib: Dec. 25-Jan. 31, 9:00 a.m.-6:00 p.m.
Midnight Mass: January 1, 12:00 a.m.
Midnight Mass: January 6, 12:00 a.m.

Reservation:

(819) 688-5225

Our Address:

290 7e rang - Mont-Tremblant - Québec - Canada - J8E 1Y4

Une histoire pour chaque jour...

Sainte-Famille-2010

Dieu, père et médecin.

Quand un père remarque des défauts dans l’enfant qu’il aime, il le punit pour lui faire perdre ses mauvaises habitudes. Si au contraire le même père remarque des fautes chez un enfant étranger, il ne le punit pas, parce que cet enfant ne lui appartient pas. Voilà, ce que fait aussi Dieu, notre Père. Lui aussi, Il éprouve souvent ceux qu’Il aime, en leur envoyant des souffrances et des revers, pour les purifier de leurs imperfections. Ainsi s’explique la parole de l’archange Raphaël à Tobie: «Parce que tu étais agréable à Dieu, tu as dû subir l’épreuve.»

Saint Paul de son côté dit que le Seigneur châtie celui qu’Il aime. Quand un médecin voit qu’il peut sauver son patient, il lui fait prendre des médicaments et le soumet à la diète. S’il voit au contraire que la maladie est incurable, il permet au malade de manger ce qu’il veut. Dieu agit de même. Voit-Il qu’un pécheur peut encore être sauvé, Il lui envoie des maux, qui le délivrent de toute attache criminelle aux biens de ce monde, car les souffrances lui rendent amères toutes les joies de la terre et tous les plaisirs sensuels. Quant aux pécheurs endurcis et qui ne veulent pas se corriger, Dieu les laisse faire, et ainsi l’on rencontre parfois des impies qui jouissent ici-bas d’un semblant de bonheur. C’est d’eux que Saint Augustin a dit: «Il n’y a pas de plus grand malheur que le bonheur des pécheurs», ou encore: «C’est une grande croix de n’avoir pas à porter de croix.» 

Saint Ambroise s’enfuit de la maison d’un heureux.

Faisant un jour un voyage à Rome, Saint Ambroise (+ 397) évêque de Milan rendit visite à un patricien, qui habitait une riche maison de campagne. Le saint évêque s’entretint pendant quelque temps avec son hôte, et on en vint à parler du problème du mal. Saint Ambroise fit observer que tous ceux que Dieu aime ont à souffrir ici-bas et que la souffrance patiemment supportée est nécessaire pour gagner le ciel. Le riche romain répondit qu’il n’en croyait rien et qu’il n’avait jamais souffert de toute sa vie. À cette réponse le saint évêque appela son serviteur et lui dit: «Partons au plus vite, je ne resterai pas dans cette maison. Où il n’y a pas de souffrances, on est loin de Dieu.»

Les souffrances sont une marque de la faveur divine. Ceux qui sont exempts de toutes souffrances ne sont pas du nombre des enfants chéris de Dieu.

Autres histoires...

Sainte-Famille-2010

Dieu, père et médecin.

Quand un père remarque des défauts dans l’enfant qu’il aime, il le punit pour lui faire perdre ses mauvaises habitudes. Si au contraire le même père remarque des fautes chez un enfant étranger, il ne le punit pas, parce que cet enfant ne lui appartient pas. Voilà, ce que fait aussi Dieu, notre Père. Lui aussi, Il éprouve souvent ceux qu’Il aime, en leur envoyant des souffrances et des revers, pour les purifier de leurs imperfections. Ainsi s’explique la parole de l’archange Raphaël à Tobie: «Parce que tu étais agréable à Dieu, tu as dû subir l’épreuve.»

Saint Paul de son côté dit que le Seigneur châtie celui qu’Il aime. Quand un médecin voit qu’il peut sauver son patient, il lui fait prendre des médicaments et le soumet à la diète. S’il voit au contraire que la maladie est incurable, il permet au malade de manger ce qu’il veut. Dieu agit de même. Voit-Il qu’un pécheur peut encore être sauvé, Il lui envoie des maux, qui le délivrent de toute attache criminelle aux biens de ce monde, car les souffrances lui rendent amères toutes les joies de la terre et tous les plaisirs sensuels. Quant aux pécheurs endurcis et qui ne veulent pas se corriger, Dieu les laisse faire, et ainsi l’on rencontre parfois des impies qui jouissent ici-bas d’un semblant de bonheur. C’est d’eux que Saint Augustin a dit: «Il n’y a pas de plus grand malheur que le bonheur des pécheurs», ou encore: «C’est une grande croix de n’avoir pas à porter de croix.» 

Saint Ambroise s’enfuit de la maison d’un heureux.

Faisant un jour un voyage à Rome, Saint Ambroise (+ 397) évêque de Milan rendit visite à un patricien, qui habitait une riche maison de campagne. Le saint évêque s’entretint pendant quelque temps avec son hôte, et on en vint à parler du problème du mal. Saint Ambroise fit observer que tous ceux que Dieu aime ont à souffrir ici-bas et que la souffrance patiemment supportée est nécessaire pour gagner le ciel. Le riche romain répondit qu’il n’en croyait rien et qu’il n’avait jamais souffert de toute sa vie. À cette réponse le saint évêque appela son serviteur et lui dit: «Partons au plus vite, je ne resterai pas dans cette maison. Où il n’y a pas de souffrances, on est loin de Dieu.»

Les souffrances sont une marque de la faveur divine. Ceux qui sont exempts de toutes souffrances ne sont pas du nombre des enfants chéris de Dieu.

Autres histoires...