Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, écrivez-nous:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la préservation du Dépôt de la Foi.
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Exclusive Representation of the Nativity Scene.

The charm of the Infant God will make you forget your worries, your sorrows.
Jesus offers you the gift of a child’s heart filled with love, peace and true happiness.

Services are free of charge.

Schedule:

Midnight Mass:
Daytime Mass:
Visit to the Nativity Scene:

Midnight Mass:
Midnight Mass:

December 25, 12:00 a.m.
December 25, 10:00 a.m.
Dec. 25 to Jan. 31, 9:00 a.m. - 6:00 p.m.

January 1, 12:00 a.m.
January 6, 12:00 a.m.

Midnight Mass: December 25, 12:00 a.m.
Day Mass: December 25, 10:00 a.m.
Visit to the Crib: Dec. 25-Jan. 31, 9:00 a.m.-6:00 p.m.
Midnight Mass: January 1, 12:00 a.m.
Midnight Mass: January 6, 12:00 a.m.

Reservation:

(819) 688-5225

Our Address:

290 7e rang - Mont-Tremblant - Québec - Canada - J8E 1Y4

Une histoire pour chaque jour...

Sainte-Famille-2010

La croix remplie de ducats.

Les maux que Dieu nous envoie sont en réalité des bienfaits, car en souffrant patiemment nous acquérons des mérites éternels. Chaque souffrance endurée avec patience est en quelque sorte une pierre précieuse dans notre couronne au ciel. Un célèbre prédicateur s’est servi de la comparaison suivante pour faire comprendre à ses auditeurs cette vérité fondamentale: «Supposons, dit-il, que sur le sommet d’une montagne voisine se trouvent une grande quantité de croix en bois. Si je vous disais que chacun de vous peut en choisir une et la considérer comme lui appartenant, à condition qu’il la porte lui-même à la maison, je crois que peu d’entre vous seraient tentés d’y aller. Mais supposons ces croix creuses et remplies de ducats, ce serait autre chose: on se disputerait à qui obtiendrait la plus lourde et la peine serait comptée pour rien. Les souffrances sont des croix de ce genre: ceux qui n’ont pas la foi et qui par conséquent ignorent les récompenses éternelles, prix des souffrances, murmurent et s’en désolent. Les Saints au contraire, qui connaissaient la valeur éternelle des souffrances, les aimaient et s’en réjouissaient. De là la devise de sainte Thérèse: «Seigneur! ou souffrir ou mourir!» C’est pour cette raison aussi que, au milieu de la souffrance, Job chante les louanges de Dieu en disant: «Il en est arrivé comme il a plu au Seigneur, béni soit Son nom!» 

Un moyen d’une puissance irrésistible.

Une dame riche et distinguée demanda un jour conseil à un prêtre d’une expérience éprouvée. «Mon Père, lui dit-elle, je suis extrêmement attachée au monde et je retombe toujours dans mes anciennes fautes. J’ai fait l’impossible pour me corriger, mais sans aucun résultat: j’ai fait des retraites, je me suis confessée fréquemment, je me suis adressée à la Sainte Vierge, j’ai fait l’aumône: mais tout cela ne m’a servi de rien. Quel moyen puis-je tenter encore?» Le prêtre lui répondit simplement: «La souffrance.» Et il en fut ainsi. Par suite d’un accident cette dame perdit la plus grande partie de son bien, et plusieurs membres de sa famille lui furent ravis en peu de temps: ces maux lui firent reconnaître le néant des biens de ce monde. Rencontrant peu de temps après le vieux prêtre, elle put lui dire: «Le malheur m’a ramenée à Dieu.»

Dieu en use envers les pécheurs comme un père envers un enfant désobéissant; Il les punit afin de les rendre dociles, ou comme un chirurgien qui coupe et brûle l’ulcère pour sauver le malade. Par la souffrance temporelle Il cherche à les arracher à la mort éternelle.

Autres histoires...

Sainte-Famille-2010

La croix remplie de ducats.

Les maux que Dieu nous envoie sont en réalité des bienfaits, car en souffrant patiemment nous acquérons des mérites éternels. Chaque souffrance endurée avec patience est en quelque sorte une pierre précieuse dans notre couronne au ciel. Un célèbre prédicateur s’est servi de la comparaison suivante pour faire comprendre à ses auditeurs cette vérité fondamentale: «Supposons, dit-il, que sur le sommet d’une montagne voisine se trouvent une grande quantité de croix en bois. Si je vous disais que chacun de vous peut en choisir une et la considérer comme lui appartenant, à condition qu’il la porte lui-même à la maison, je crois que peu d’entre vous seraient tentés d’y aller. Mais supposons ces croix creuses et remplies de ducats, ce serait autre chose: on se disputerait à qui obtiendrait la plus lourde et la peine serait comptée pour rien. Les souffrances sont des croix de ce genre: ceux qui n’ont pas la foi et qui par conséquent ignorent les récompenses éternelles, prix des souffrances, murmurent et s’en désolent. Les Saints au contraire, qui connaissaient la valeur éternelle des souffrances, les aimaient et s’en réjouissaient. De là la devise de sainte Thérèse: «Seigneur! ou souffrir ou mourir!» C’est pour cette raison aussi que, au milieu de la souffrance, Job chante les louanges de Dieu en disant: «Il en est arrivé comme il a plu au Seigneur, béni soit Son nom!» 

Un moyen d’une puissance irrésistible.

Une dame riche et distinguée demanda un jour conseil à un prêtre d’une expérience éprouvée. «Mon Père, lui dit-elle, je suis extrêmement attachée au monde et je retombe toujours dans mes anciennes fautes. J’ai fait l’impossible pour me corriger, mais sans aucun résultat: j’ai fait des retraites, je me suis confessée fréquemment, je me suis adressée à la Sainte Vierge, j’ai fait l’aumône: mais tout cela ne m’a servi de rien. Quel moyen puis-je tenter encore?» Le prêtre lui répondit simplement: «La souffrance.» Et il en fut ainsi. Par suite d’un accident cette dame perdit la plus grande partie de son bien, et plusieurs membres de sa famille lui furent ravis en peu de temps: ces maux lui firent reconnaître le néant des biens de ce monde. Rencontrant peu de temps après le vieux prêtre, elle put lui dire: «Le malheur m’a ramenée à Dieu.»

Dieu en use envers les pécheurs comme un père envers un enfant désobéissant; Il les punit afin de les rendre dociles, ou comme un chirurgien qui coupe et brûle l’ulcère pour sauver le malade. Par la souffrance temporelle Il cherche à les arracher à la mort éternelle.

Autres histoires...