Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, écrivez-nous:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la préservation du Dépôt de la Foi.
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Exclusive Representation of the Nativity Scene.

The charm of the Infant God will make you forget your worries, your sorrows.
Jesus offers you the gift of a child’s heart filled with love, peace and true happiness.

Services are free of charge.

Schedule:

Midnight Mass:
Daytime Mass:
Visit to the Nativity Scene:

Midnight Mass:
Midnight Mass:

December 25, 12:00 a.m.
December 25, 10:00 a.m.
Dec. 25 to Jan. 31, 9:00 a.m. - 6:00 p.m.

January 1, 12:00 a.m.
January 6, 12:00 a.m.

Midnight Mass: December 25, 12:00 a.m.
Day Mass: December 25, 10:00 a.m.
Visit to the Crib: Dec. 25-Jan. 31, 9:00 a.m.-6:00 p.m.
Midnight Mass: January 1, 12:00 a.m.
Midnight Mass: January 6, 12:00 a.m.

Reservation:

(819) 688-5225

Our Address:

290 7e rang - Mont-Tremblant - Québec - Canada - J8E 1Y4

Une histoire pour chaque jour...

Saint Joseph

Protection signalée à la mort.

Un vicaire de Munster (Westphalie), était allé prendre son repos de la nuit, lorsqu’on vint sonner à sa porte: c’était un inconnu, qui l’invita à se rendre dans une maison pour porter les derniers sacrements à une vieille dame. Le prêtre se lève aussitôt et se dirige, avec le Saint-Sacrement, vers la maison indiquée. Arrivé là, il ne sut que penser quand il entendit le fils de la dame en question, qui était un de ses amis, lui dire: «Que signifie, monsieur le vicaire, cette visite extraordinaire à une heure si avancée; car nous n’avons pas de malades? – Eh quoi, répondit le prêtre, ne m’avez-vous pas fait appeler pour administrer madame votre mère? – Non. Il y a peu d’instants qu’elle vient de monter dans ses appartements, et elle se portait parfaitement bien. Je ne sais vraiment pas ce que cela signifie.» Le vicaire se croyait victime d’une mystification. Cependant son ami se ravisa et lui dit: «Qui sait si ce n’est pas le bon Dieu qui vous envoie, et si ma mère n’est pas devenue malade tout à coup.» Ce disant, il se rend à la chambre de sa mère et la trouve gravement indisposée. «Ah! mon fils, lui dit-elle, que je suis heureuse de te voir! je n’avais pas la force d’appeler au secours. Fais venir aussitôt le prêtre, afin que je puisse me confesser.» Le vicaire monta et administra la malade. Après lui avoir donné le Saint-Viatique, il lui demanda si elle avait eu une dévotion particulière à quelque Saint, dont elle réclamait le secours, pour obtenir de Dieu la grâce de ne pas mourir sans sacrements. «J’ai toujours prié saint Joseph, lui répondit-elle, qu’il m’obtint cette faveur.» Le vicaire comprit alors que c’était ce saint patriarche qui lui avait inspiré de faire cette démarche.

Admirable conformité à la volonté de Dieu.

C’était au milieu d’une épidémie qui dévorait toute une contrée, mais qui sévissait plus particulièrement sur les pauvres. Un prêtre charitable entre dans une écurie basse et humide, où souffrait une victime de la contagion. Que voit-il? Un vieillard moribond étendu sur des haillons dégoûtants. Il était seul; une botte de foin lui servait de lit. Pas un meuble, pas une chaise: il avait tout vendu les premiers jours de sa maladie, pour se procurer quelques gouttes de bouillon. Aux murs noirs et dépouillés, pendaient une hache et deux scies, c’était là toute sa fortune, avec ses bras, quand il pouvait les mouvoir. Mais, alors, il n’avait pas la force de les soulever. «Prenez courage, mon ami, lui dit le confesseur, c’est une grande grâce que le Seigneur vous fait aujourd’hui; vous allez bientôt sortir de ce monde où vous n’avez que des peines. – Que des peines? reprit le moribond d’une voix éteinte, vous vous trompez; j’ai pris saint Joseph pour mon patron et mon modèle, et, comme lui, je ne me suis jamais plaint de mon sort. Je n’ai connu ni la haine, ni l’envie, mon sommeil était tranquille. Je me fatiguais le jour, mais je me reposais la nuit. Les outils que vous voyez me procuraient du pain que je mangeais avec délices. J’étais pauvre, à la vérité, mais saint Joseph l’était autant que moi et je me suis assez bien porté jusqu’à ce jour. Si je reprends la santé, ce que je ne crois pas, j’irai au chantier et je continuerai de bénir la main de Dieu, qui jusqu’à présent a pris soin de moi.» Le prêtre, étonné, ne savait trop que répondre à un tel malade. Il se remit cependant, et lui dit: «Mon ami, puisque la vie ne vous a pas été fâcheuse, vous ne devez pas moins vous résoudre à la quitter, car il faut se soumettre à la volonté de Dieu. – J’ai su vivre, reprit le moribond d’une voix ferme, je saurai mourir. Je rends grâces à Dieu de m’avoir donné la vie et de me faire passer par la mort pour arriver à Lui; je sens le moment, le voici. Adieu, mon Père!…»

C’est ainsi que vivent et meurent, pleines de sérénité, les âmes qui ont pris saint Joseph pour patron et modèle. Soyons aussi, durant ce mois et toujours les imitateurs de ce grand Saint.

Autres histoires...

Saint Joseph

Protection signalée à la mort.

Un vicaire de Munster (Westphalie), était allé prendre son repos de la nuit, lorsqu’on vint sonner à sa porte: c’était un inconnu, qui l’invita à se rendre dans une maison pour porter les derniers sacrements à une vieille dame. Le prêtre se lève aussitôt et se dirige, avec le Saint-Sacrement, vers la maison indiquée. Arrivé là, il ne sut que penser quand il entendit le fils de la dame en question, qui était un de ses amis, lui dire: «Que signifie, monsieur le vicaire, cette visite extraordinaire à une heure si avancée; car nous n’avons pas de malades? – Eh quoi, répondit le prêtre, ne m’avez-vous pas fait appeler pour administrer madame votre mère? – Non. Il y a peu d’instants qu’elle vient de monter dans ses appartements, et elle se portait parfaitement bien. Je ne sais vraiment pas ce que cela signifie.» Le vicaire se croyait victime d’une mystification. Cependant son ami se ravisa et lui dit: «Qui sait si ce n’est pas le bon Dieu qui vous envoie, et si ma mère n’est pas devenue malade tout à coup.» Ce disant, il se rend à la chambre de sa mère et la trouve gravement indisposée. «Ah! mon fils, lui dit-elle, que je suis heureuse de te voir! je n’avais pas la force d’appeler au secours. Fais venir aussitôt le prêtre, afin que je puisse me confesser.» Le vicaire monta et administra la malade. Après lui avoir donné le Saint-Viatique, il lui demanda si elle avait eu une dévotion particulière à quelque Saint, dont elle réclamait le secours, pour obtenir de Dieu la grâce de ne pas mourir sans sacrements. «J’ai toujours prié saint Joseph, lui répondit-elle, qu’il m’obtint cette faveur.» Le vicaire comprit alors que c’était ce saint patriarche qui lui avait inspiré de faire cette démarche.

Admirable conformité à la volonté de Dieu.

C’était au milieu d’une épidémie qui dévorait toute une contrée, mais qui sévissait plus particulièrement sur les pauvres. Un prêtre charitable entre dans une écurie basse et humide, où souffrait une victime de la contagion. Que voit-il? Un vieillard moribond étendu sur des haillons dégoûtants. Il était seul; une botte de foin lui servait de lit. Pas un meuble, pas une chaise: il avait tout vendu les premiers jours de sa maladie, pour se procurer quelques gouttes de bouillon. Aux murs noirs et dépouillés, pendaient une hache et deux scies, c’était là toute sa fortune, avec ses bras, quand il pouvait les mouvoir. Mais, alors, il n’avait pas la force de les soulever. «Prenez courage, mon ami, lui dit le confesseur, c’est une grande grâce que le Seigneur vous fait aujourd’hui; vous allez bientôt sortir de ce monde où vous n’avez que des peines. – Que des peines? reprit le moribond d’une voix éteinte, vous vous trompez; j’ai pris saint Joseph pour mon patron et mon modèle, et, comme lui, je ne me suis jamais plaint de mon sort. Je n’ai connu ni la haine, ni l’envie, mon sommeil était tranquille. Je me fatiguais le jour, mais je me reposais la nuit. Les outils que vous voyez me procuraient du pain que je mangeais avec délices. J’étais pauvre, à la vérité, mais saint Joseph l’était autant que moi et je me suis assez bien porté jusqu’à ce jour. Si je reprends la santé, ce que je ne crois pas, j’irai au chantier et je continuerai de bénir la main de Dieu, qui jusqu’à présent a pris soin de moi.» Le prêtre, étonné, ne savait trop que répondre à un tel malade. Il se remit cependant, et lui dit: «Mon ami, puisque la vie ne vous a pas été fâcheuse, vous ne devez pas moins vous résoudre à la quitter, car il faut se soumettre à la volonté de Dieu. – J’ai su vivre, reprit le moribond d’une voix ferme, je saurai mourir. Je rends grâces à Dieu de m’avoir donné la vie et de me faire passer par la mort pour arriver à Lui; je sens le moment, le voici. Adieu, mon Père!…»

C’est ainsi que vivent et meurent, pleines de sérénité, les âmes qui ont pris saint Joseph pour patron et modèle. Soyons aussi, durant ce mois et toujours les imitateurs de ce grand Saint.

Autres histoires...