Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, écrivez-nous:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la préservation du Dépôt de la Foi.
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Exclusive Representation of the Nativity Scene.

The charm of the Infant God will make you forget your worries, your sorrows.
Jesus offers you the gift of a child’s heart filled with love, peace and true happiness.

Services are free of charge.

Schedule:

Midnight Mass:
Daytime Mass:
Visit to the Nativity Scene:

Midnight Mass:
Midnight Mass:

December 25, 12:00 a.m.
December 25, 10:00 a.m.
Dec. 25 to Jan. 31, 9:00 a.m. - 6:00 p.m.

January 1, 12:00 a.m.
January 6, 12:00 a.m.

Midnight Mass: December 25, 12:00 a.m.
Day Mass: December 25, 10:00 a.m.
Visit to the Crib: Dec. 25-Jan. 31, 9:00 a.m.-6:00 p.m.
Midnight Mass: January 1, 12:00 a.m.
Midnight Mass: January 6, 12:00 a.m.

Reservation:

(819) 688-5225

Our Address:

290 7e rang - Mont-Tremblant - Québec - Canada - J8E 1Y4

Une histoire pour chaque jour...

Saint Joseph

Le petit Joseph protégé par son saint patron.

L’an 1631, il s’ouvrit au mont Vésuve un vaste cratère, d’où sortit un tel déluge de feu et de cendres que, semblable à un fleuve débordé, la lave brûlante couvrit les contrées voisines, et en particulier le lieu appelé la Tour du Grec. Dans ce lieu demeurait une femme nommée Camille, très dévote à saint Joseph: elle avait chez elle un neveu, enfant de cinq ans, qu’elle appelait du nom de ce saint Patriarche. Pour échapper à ce fleuve de feu, elle prit l’enfant dans ses bras et se mit à fuir. Mais, suivie de près par la lave et trouvant le passage fermé par un grand rocher qui s’avançait sur la mer, elle se vit exposée au double danger ou d’être atteinte et consumée si elle s’arrêtait, ou de se noyer si elle sautait dans la mer. En ce moment critique, la pauvre femme se souvint de son protecteur: «Saint Joseph, s’écria-t-elle, je vous recommande votre petit Joseph: c’est à vous de le sauver.» À ces mots, elle dépose l’enfant sur le rocher, et s’élance hardiment dans les flots. Mais au lieu d’y tomber, comme elle devait le faire bon gré, mal gré, elle se retrouva à une bonne distance sur le gravier, sans aucun mal; sa peine alors fut grande au souvenir de l’enfant qu’elle avait laissé à la merci des flammes. Elle se mit à courir çà et là hors d’elle-même et déplorant son malheur. Tout à coup elle s’entend appeler par son nom: c’était la voix de l’enfant qui venait à sa rencontre plein de vie et tressaillant de joie. «Ô Dieu! s’écria Camille en le serrant dans ses bras, qui donc a pu te faire échapper aux cendres qui devaient t’étouffer, et au feu qui devait te consumer? – C’est saint Joseph, répondit l’enfant.» Et la pieuse Camille, pleurant de bonheur, se jette à genoux pour rendre grâces à son aimable protecteur des deux miracles qu’il venait d’opérer à la fois, en préservant son neveu des flammes qui allaient l’atteindre, et elle-même des flots où elle devait naturellement tomber et périr.

(Recupitus, Observations sur le mont Vésuve.)

Aucune prière de notre âme ne se perd. Le Ciel est attentif au moindre de nos soupirs. Nos misères de la terre sont bien petites auprès de la puissance des Élus de Dieu.

Autres histoires...

Saint Joseph

Le petit Joseph protégé par son saint patron.

L’an 1631, il s’ouvrit au mont Vésuve un vaste cratère, d’où sortit un tel déluge de feu et de cendres que, semblable à un fleuve débordé, la lave brûlante couvrit les contrées voisines, et en particulier le lieu appelé la Tour du Grec. Dans ce lieu demeurait une femme nommée Camille, très dévote à saint Joseph: elle avait chez elle un neveu, enfant de cinq ans, qu’elle appelait du nom de ce saint Patriarche. Pour échapper à ce fleuve de feu, elle prit l’enfant dans ses bras et se mit à fuir. Mais, suivie de près par la lave et trouvant le passage fermé par un grand rocher qui s’avançait sur la mer, elle se vit exposée au double danger ou d’être atteinte et consumée si elle s’arrêtait, ou de se noyer si elle sautait dans la mer. En ce moment critique, la pauvre femme se souvint de son protecteur: «Saint Joseph, s’écria-t-elle, je vous recommande votre petit Joseph: c’est à vous de le sauver.» À ces mots, elle dépose l’enfant sur le rocher, et s’élance hardiment dans les flots. Mais au lieu d’y tomber, comme elle devait le faire bon gré, mal gré, elle se retrouva à une bonne distance sur le gravier, sans aucun mal; sa peine alors fut grande au souvenir de l’enfant qu’elle avait laissé à la merci des flammes. Elle se mit à courir çà et là hors d’elle-même et déplorant son malheur. Tout à coup elle s’entend appeler par son nom: c’était la voix de l’enfant qui venait à sa rencontre plein de vie et tressaillant de joie. «Ô Dieu! s’écria Camille en le serrant dans ses bras, qui donc a pu te faire échapper aux cendres qui devaient t’étouffer, et au feu qui devait te consumer? – C’est saint Joseph, répondit l’enfant.» Et la pieuse Camille, pleurant de bonheur, se jette à genoux pour rendre grâces à son aimable protecteur des deux miracles qu’il venait d’opérer à la fois, en préservant son neveu des flammes qui allaient l’atteindre, et elle-même des flots où elle devait naturellement tomber et périr.

(Recupitus, Observations sur le mont Vésuve.)

Aucune prière de notre âme ne se perd. Le Ciel est attentif au moindre de nos soupirs. Nos misères de la terre sont bien petites auprès de la puissance des Élus de Dieu.

Autres histoires...