Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, écrivez-nous:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la préservation du Dépôt de la Foi.
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Exclusive Representation of the Nativity Scene.

The charm of the Infant God will make you forget your worries, your sorrows.
Jesus offers you the gift of a child’s heart filled with love, peace and true happiness.

Services are free of charge.

Schedule:

Midnight Mass:
Daytime Mass:
Visit to the Nativity Scene:

Midnight Mass:
Midnight Mass:

December 25, 12:00 a.m.
December 25, 10:00 a.m.
Dec. 25 to Jan. 31, 9:00 a.m. - 6:00 p.m.

January 1, 12:00 a.m.
January 6, 12:00 a.m.

Midnight Mass: December 25, 12:00 a.m.
Day Mass: December 25, 10:00 a.m.
Visit to the Crib: Dec. 25-Jan. 31, 9:00 a.m.-6:00 p.m.
Midnight Mass: January 1, 12:00 a.m.
Midnight Mass: January 6, 12:00 a.m.

Reservation:

(819) 688-5225

Our Address:

290 7e rang - Mont-Tremblant - Québec - Canada - J8E 1Y4

Une histoire pour chaque jour...

Saint Joseph

L’innocence reconnue.

Un fils unique, soutien de sa vieille mère, eut une dispute un dimanche avec un voisin; par malheur, le feu prit à l’habitation de celui-ci la nuit même qui suivit la querelle. Il s’empressa d’accuser ce jeune homme de l’y avoir mis. Celui-ci fut, quoique innocent, arrêté et mis en prison; il n’avait pour tout témoin à sa décharge, que sa vieille mère, chez laquelle il avait passé la nuit. Dès qu’il fut en prison, il pria son gardien d’aller dire au prêtre qui lui avait enseigné la religion, de prier saint Joseph pour lui; que rien au monde ne le sauverait, que le bon Dieu et ce grand Saint. Aussitôt, le bon prêtre fit prier tous les enfants de sa classe. Le jeune homme resta trois jours en prison dans une anxiété difficile à décrire. À tous les interrogatoires que le procureur impérial lui fit subir, il montra néanmoins tant de calme, de résignation et de piété, que ses juges convinrent, au grand étonnement de tous, que ses sentiments étaient trop religieux pour qu’il fût incendiaire, et il fut finalement acquitté. En sortant de la prison, ce jeune homme vint directement voir le prêtre son ami pour le remercier; il entra dans l’oratoire, et là, se jetant aux pieds de saint Joseph, il rendit grâces à son libérateur.

Résignation admirable.

On lira avec édification la lettre suivante de M. le curé de la Guéronnière:

Un orage affreux vint, le 18 juillet dernier, jeter l’effroi dans nos campagnes. Un nuage immense d’un noir d’ivoire couvrait la partie sud de notre paroisse. Bientôt la grêle tomba en abondance et les grêlons étaient de grosseur effrayante. Sur ce point, la moisson fut littéralement pilée. Il ne resta plus d’épis debout, et les grains, mêlés aux grêlons, couvraient le sol.

Grande fut la désolation des cultivateurs. La perte des uns est complète, celle des autres est aux trois quarts ou à moitié.

Dans ces jours, je fus appelé près de l’une de ces métayères malade; la pauvre femme était surtout accablée sous l’impression pénible de la perte qu’elle venait d’éprouver. Comment nourrir, une longue année, de nombreux enfants?

Je dus la consoler. Son mari était là. «Soyez calmes et confiants dans le bon Dieu, leur dis-je; Il saura bien vous dédommager… Souvent saint Joseph a subi l’angoisse d’une détresse plus douloureuse pour lui, par cela qu’il devait nourrir le trésor divin, Jésus, dont il était chargé. – Je ne demande, répondit le mari, fervent chrétien, membre de l’Association de saint Joseph, je ne demande à Dieu de dédommagement qu’en paradis; quand cette épreuve reviendrait bien des années encore, ça finira, et nous ne mourrons pas de faim; mais la récompense en paradis ne finira point.» Il ajouta: «J’aurais grand chagrin, si je m’étais plaint du bon Dieu ou mécontenté contre Lui. N’est-Il pas le maître de nous et de nos biens?»

La vie de saint Joseph sur la terre a été remplie d’épreuves de toutes sortes. Son âme, bien qu’endolorie, se conformait absolument à la Volonté de Dieu. Plus sa foi était mise à l’épreuve, plus elle s’affermissait et plus son amour pour Dieu s’accroissait. Supplions ce grand Saint de nous obtenir une foi inébranlable et un amour que rien ne puisse jamais abattre.

Autres histoires...

Saint Joseph

L’innocence reconnue.

Un fils unique, soutien de sa vieille mère, eut une dispute un dimanche avec un voisin; par malheur, le feu prit à l’habitation de celui-ci la nuit même qui suivit la querelle. Il s’empressa d’accuser ce jeune homme de l’y avoir mis. Celui-ci fut, quoique innocent, arrêté et mis en prison; il n’avait pour tout témoin à sa décharge, que sa vieille mère, chez laquelle il avait passé la nuit. Dès qu’il fut en prison, il pria son gardien d’aller dire au prêtre qui lui avait enseigné la religion, de prier saint Joseph pour lui; que rien au monde ne le sauverait, que le bon Dieu et ce grand Saint. Aussitôt, le bon prêtre fit prier tous les enfants de sa classe. Le jeune homme resta trois jours en prison dans une anxiété difficile à décrire. À tous les interrogatoires que le procureur impérial lui fit subir, il montra néanmoins tant de calme, de résignation et de piété, que ses juges convinrent, au grand étonnement de tous, que ses sentiments étaient trop religieux pour qu’il fût incendiaire, et il fut finalement acquitté. En sortant de la prison, ce jeune homme vint directement voir le prêtre son ami pour le remercier; il entra dans l’oratoire, et là, se jetant aux pieds de saint Joseph, il rendit grâces à son libérateur.

Résignation admirable.

On lira avec édification la lettre suivante de M. le curé de la Guéronnière:

Un orage affreux vint, le 18 juillet dernier, jeter l’effroi dans nos campagnes. Un nuage immense d’un noir d’ivoire couvrait la partie sud de notre paroisse. Bientôt la grêle tomba en abondance et les grêlons étaient de grosseur effrayante. Sur ce point, la moisson fut littéralement pilée. Il ne resta plus d’épis debout, et les grains, mêlés aux grêlons, couvraient le sol.

Grande fut la désolation des cultivateurs. La perte des uns est complète, celle des autres est aux trois quarts ou à moitié.

Dans ces jours, je fus appelé près de l’une de ces métayères malade; la pauvre femme était surtout accablée sous l’impression pénible de la perte qu’elle venait d’éprouver. Comment nourrir, une longue année, de nombreux enfants?

Je dus la consoler. Son mari était là. «Soyez calmes et confiants dans le bon Dieu, leur dis-je; Il saura bien vous dédommager… Souvent saint Joseph a subi l’angoisse d’une détresse plus douloureuse pour lui, par cela qu’il devait nourrir le trésor divin, Jésus, dont il était chargé. – Je ne demande, répondit le mari, fervent chrétien, membre de l’Association de saint Joseph, je ne demande à Dieu de dédommagement qu’en paradis; quand cette épreuve reviendrait bien des années encore, ça finira, et nous ne mourrons pas de faim; mais la récompense en paradis ne finira point.» Il ajouta: «J’aurais grand chagrin, si je m’étais plaint du bon Dieu ou mécontenté contre Lui. N’est-Il pas le maître de nous et de nos biens?»

La vie de saint Joseph sur la terre a été remplie d’épreuves de toutes sortes. Son âme, bien qu’endolorie, se conformait absolument à la Volonté de Dieu. Plus sa foi était mise à l’épreuve, plus elle s’affermissait et plus son amour pour Dieu s’accroissait. Supplions ce grand Saint de nous obtenir une foi inébranlable et un amour que rien ne puisse jamais abattre.

Autres histoires...