pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Notre-Dame-Purgatoire

Le devoir sacré des Suffrages

Dans le couvent des Frères mineurs de Paris, mourut un religieux que sa piété éminente avait fait surnommer l’Angélique. Il y avait parmi ses confrères un savant lecteur de théologie, lequel, bien qu’il n’ignorât pas l’obligation commune de célébrer trois messes en faveur de chaque moine qui mourait dans le couvent, omit de s’acquitter de ce devoir dans cette circonstance: il lui semblait inutile d’intercéder pour une âme dont la vie avait été si vertueuse. Mais au bout de quelques jours, il voit subitement le défunt se présenter devant ses yeux, et il l’entend lui dire d’une voix lamentable: «Cher maître, je vous en conjure, ayez compassion de moi!» Étonné de cette apparition et de cette demande: «Eh quoi! âme sainte, répondit-il, quel besoin avez-vous de mon secours? – Je suis retenu dans les feux du purgatoire, reprit le défunt, dans l’attente des trois messes que vous deviez célébrer pour moi. – Ah! répondit le religieux, je l’aurais fait avec bonheur; mais, en songeant à la vie si sainte que vous aviez menée parmi nous, je m’imaginais que la couronne vous avait été donnée tout de suite au sortir de ce monde. – Hélas! dit le défunt, personne ne comprend avec quelle sévérité Dieu juge et punit Sa créature. Si, avec toute votre science, vous aviez compris la majesté divine, vous ne m’auriez point si cruellement traité.» Le théologien célébra le saint Sacrifice, ce jour-là et les deux jours suivants, avec une grande dévotion, en faveur de cette âme, qui, au troisième jour, lui apparut de nouveau pour le remercier. Elle lui annonça que l’épreuve était finie pour elle et que la récompense sans fin allait commencer.

Autres histoires...

Notre-Dame-Purgatoire

Le devoir sacré des Suffrages

Dans le couvent des Frères mineurs de Paris, mourut un religieux que sa piété éminente avait fait surnommer l’Angélique. Il y avait parmi ses confrères un savant lecteur de théologie, lequel, bien qu’il n’ignorât pas l’obligation commune de célébrer trois messes en faveur de chaque moine qui mourait dans le couvent, omit de s’acquitter de ce devoir dans cette circonstance: il lui semblait inutile d’intercéder pour une âme dont la vie avait été si vertueuse. Mais au bout de quelques jours, il voit subitement le défunt se présenter devant ses yeux, et il l’entend lui dire d’une voix lamentable: «Cher maître, je vous en conjure, ayez compassion de moi!» Étonné de cette apparition et de cette demande: «Eh quoi! âme sainte, répondit-il, quel besoin avez-vous de mon secours? – Je suis retenu dans les feux du purgatoire, reprit le défunt, dans l’attente des trois messes que vous deviez célébrer pour moi. – Ah! répondit le religieux, je l’aurais fait avec bonheur; mais, en songeant à la vie si sainte que vous aviez menée parmi nous, je m’imaginais que la couronne vous avait été donnée tout de suite au sortir de ce monde. – Hélas! dit le défunt, personne ne comprend avec quelle sévérité Dieu juge et punit Sa créature. Si, avec toute votre science, vous aviez compris la majesté divine, vous ne m’auriez point si cruellement traité.» Le théologien célébra le saint Sacrifice, ce jour-là et les deux jours suivants, avec une grande dévotion, en faveur de cette âme, qui, au troisième jour, lui apparut de nouveau pour le remercier. Elle lui annonça que l’épreuve était finie pour elle et que la récompense sans fin allait commencer.

Autres histoires...