pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Notre-Dame-Purgatoire

Dieu ne Se laisse pas vaincre en générosité

Sainte Gertrude avait chaque jour de sa vie fait don de toutes ses satisfactions en faveur des âmes souffrantes. Couchée sur son lit de mort, elle fut assaillie des tentations du démon, qui cherchait à lui persuader qu’elle avait délivré tant d’âmes du purgatoire justement pour aller occuper leur place et souffrir plus qu’elles. Pendant qu’elle était en proie à ces tentations, elle voit paraître devant elle Notre-Seigneur, son Époux céleste, qui lui adresse la parole: «Quel est donc, ô Gertrude, le sujet de ta tristesse?» Elle répond: «Seigneur, je m’afflige parce que je me vois sur le point de mourir, sans aucun capital de bonnes œuvres qui puissent satisfaire pour tant d’offenses que j’ai commises.» Alors le Seigneur, lui souriant doucement, la console. «Ma fille Gertrude, lui dit-Il, afin que tu saches combien M’ont été agréables ta charité envers ces âmes et ta dévotion, Je te remets en ce moment même, sans exception, toutes les peines qui t’eussent été réservées. De plus, Moi qui ai promis cent pour un à ceux qu’anime Mon amour, Je veux encore te récompenser en augmentant le degré de gloire qui t’attend là-haut. Toutes les âmes que tu as soulagées viendront par Mon ordre et t’introduiront dans la céleste Jérusalem au milieu de leurs cantiques.» La Sainte expira quelques instants après, pleine d’assurance et d’allégresse.

Autres histoires...

Notre-Dame-Purgatoire

Dieu ne Se laisse pas vaincre en générosité

Sainte Gertrude avait chaque jour de sa vie fait don de toutes ses satisfactions en faveur des âmes souffrantes. Couchée sur son lit de mort, elle fut assaillie des tentations du démon, qui cherchait à lui persuader qu’elle avait délivré tant d’âmes du purgatoire justement pour aller occuper leur place et souffrir plus qu’elles. Pendant qu’elle était en proie à ces tentations, elle voit paraître devant elle Notre-Seigneur, son Époux céleste, qui lui adresse la parole: «Quel est donc, ô Gertrude, le sujet de ta tristesse?» Elle répond: «Seigneur, je m’afflige parce que je me vois sur le point de mourir, sans aucun capital de bonnes œuvres qui puissent satisfaire pour tant d’offenses que j’ai commises.» Alors le Seigneur, lui souriant doucement, la console. «Ma fille Gertrude, lui dit-Il, afin que tu saches combien M’ont été agréables ta charité envers ces âmes et ta dévotion, Je te remets en ce moment même, sans exception, toutes les peines qui t’eussent été réservées. De plus, Moi qui ai promis cent pour un à ceux qu’anime Mon amour, Je veux encore te récompenser en augmentant le degré de gloire qui t’attend là-haut. Toutes les âmes que tu as soulagées viendront par Mon ordre et t’introduiront dans la céleste Jérusalem au milieu de leurs cantiques.» La Sainte expira quelques instants après, pleine d’assurance et d’allégresse.

Autres histoires...