pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Enfant-Jésus, je Vous aime de tout mon coeur!

Un roi sage.

Saint Barlaam raconte que dans une ville de Grèce on avait la singulière habitude d’élire un roi chaque année, et de plus, un étranger qui ne connaissait rien de leurs us et coutumes. Ces gens-là s’imaginaient être plus heureux avec ce changement annuel. Les rois de leur côté commençaient leur règne dans les plaisirs, mais au bout de l’année le peuple les saisissait et les faisait jeter sur une île déserte où ils ne trouvaient aucune nourriture et périssaient misérablement. Mais une fois l’élu fut plus prudent que ses prédécesseurs. Il fit des largesses à quelques-uns de ses sujets et apprit d’eux le sort qui lui était réservé. Il envoya donc durant l’année dans cette île déserte des vivres, des armes et des embarcations. L’année révolue, on le traita comme ses devanciers, on se saisit de lui et le déporta dans l’île. Comme il y retrouva tout ce qu’il y avait envoyé, il se réembarqua avec les soldats, revint dans la capitale, châtia ceux qui avaient mis la main sur lui et régna ensuite sans conteste sur la ville pendant de longues années.

– Ces malheureux rois qui chaque année mouraient après une année de règne, sont l’image de ceux qui ne pensent qu’à leur plaisir et aux biens terrestres. La mort, en les surprenant, les rend éternellement malheureux. Le roi prudent au contraire est l’image de ceux qui pendant leur vie ont souci de la religion et envoient devant eux des oeuvres méritoires pour le salut. Quand la mort arrive, le démon est impuissant contre eux, et ils sont éternellement heureux.

Autres histoires...

Enfant-Jésus, je Vous aime de tout mon coeur!

Un roi sage.

Saint Barlaam raconte que dans une ville de Grèce on avait la singulière habitude d’élire un roi chaque année, et de plus, un étranger qui ne connaissait rien de leurs us et coutumes. Ces gens-là s’imaginaient être plus heureux avec ce changement annuel. Les rois de leur côté commençaient leur règne dans les plaisirs, mais au bout de l’année le peuple les saisissait et les faisait jeter sur une île déserte où ils ne trouvaient aucune nourriture et périssaient misérablement. Mais une fois l’élu fut plus prudent que ses prédécesseurs. Il fit des largesses à quelques-uns de ses sujets et apprit d’eux le sort qui lui était réservé. Il envoya donc durant l’année dans cette île déserte des vivres, des armes et des embarcations. L’année révolue, on le traita comme ses devanciers, on se saisit de lui et le déporta dans l’île. Comme il y retrouva tout ce qu’il y avait envoyé, il se réembarqua avec les soldats, revint dans la capitale, châtia ceux qui avaient mis la main sur lui et régna ensuite sans conteste sur la ville pendant de longues années.

– Ces malheureux rois qui chaque année mouraient après une année de règne, sont l’image de ceux qui ne pensent qu’à leur plaisir et aux biens terrestres. La mort, en les surprenant, les rend éternellement malheureux. Le roi prudent au contraire est l’image de ceux qui pendant leur vie ont souci de la religion et envoient devant eux des oeuvres méritoires pour le salut. Quand la mort arrive, le démon est impuissant contre eux, et ils sont éternellement heureux.

Autres histoires...