pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Enfant-Jésus, je Vous aime de tout mon coeur!

La malheureuse femme d’un socialiste.

Le journal La Croix de Calais rapportait en 1897 le fait suivant: Un socialiste se vantait à l’auberge devant ses compagnons d’être enfin arrivé, après trois ans, à faire perdre la foi à sa femme. Applaudissements sur toute la ligne. Mais quand le soir il rentra chez lui, il vit devant sa maison un grand attroupement. Il s’informa et apprit qu’un terrible malheur venait d’y arriver. Entré dans son logement, il trouva sa femme et ses trois enfants à terre ne donnant plus signe de vie. Sa femme avait placé à côté d’elle un billet avec ces mots: «Tant que j’avais la foi, je supportais toutes les peines de la vie avec patience, par amour pour Dieu; mais depuis que mon misérable mari m’avait fait perdre la foi, je suis malheureuse au suprême degré. Je ne veux pas que mes enfants le soient aussi, aussi les ai-je empoisonnés avec moi.

Voilà ce que l’homme peut être avec ou sans la foi. L’impie est comme un naufragé sans espoir.

Autres histoires...

Enfant-Jésus, je Vous aime de tout mon coeur!

La malheureuse femme d’un socialiste.

Le journal La Croix de Calais rapportait en 1897 le fait suivant: Un socialiste se vantait à l’auberge devant ses compagnons d’être enfin arrivé, après trois ans, à faire perdre la foi à sa femme. Applaudissements sur toute la ligne. Mais quand le soir il rentra chez lui, il vit devant sa maison un grand attroupement. Il s’informa et apprit qu’un terrible malheur venait d’y arriver. Entré dans son logement, il trouva sa femme et ses trois enfants à terre ne donnant plus signe de vie. Sa femme avait placé à côté d’elle un billet avec ces mots: «Tant que j’avais la foi, je supportais toutes les peines de la vie avec patience, par amour pour Dieu; mais depuis que mon misérable mari m’avait fait perdre la foi, je suis malheureuse au suprême degré. Je ne veux pas que mes enfants le soient aussi, aussi les ai-je empoisonnés avec moi.

Voilà ce que l’homme peut être avec ou sans la foi. L’impie est comme un naufragé sans espoir.

Autres histoires...