pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Ste-Famille

L’astronome et le globe terrestre.

Le savant astronome et physicien, Athanasius Kircher (+ à Rome 1680), avait un ami qui niait l’existence de Dieu et prétendait que les corps célestes s’étaient spontanément produits eux-mêmes. Un jour que cet agnostique vint de nouveau dans le cabinet du jésuite, il vit dans un coin un magnifique globe terrestre. «Qui, demanda-t-il au Père Kircher, a fait ce globe? – Personne; il est de lui-même. – Vous vous moquez de moi! – Mais non. Si les globes immenses du firmament n’ont pas été créés, pourquoi faut-il un artisan pour cette petite boule?» Le libertin s’en alla confus et obligé d’avouer que son principe était absurde.

L’existence de Dieu se déduit de l’existence des créatures.

Les poèmes de Schiller produits par le hasard.

Un soi-disant libre-penseur prétendait un jour en présence d’un prêtre que le monde est l’effet du hasard. «Ah! dit le prêtre, savez-vous aussi comment ont été produites les œuvres de Schiller? Je vais vous le dire. Schiller avait dans son cabinet un grand tas de papier. Des mouches, qui par hasard avaient les pattes pleines d’encre, se promenèrent sur ce papier, et les traits qui en résultèrent, donnèrent des pièces de vers. La science a démontré que Schiller n’a rien eu de commun avec leur composition.»

S’il est absurde de croire que les poèmes de Schiller sont l’effet du hasard, et non pas de l’intelligence du poète, il est plus absurde encore de croire à l’origine fortuite de l’univers sans le concours de l’Intelligence divine.

Autres histoires...

Ste-Famille

L’astronome et le globe terrestre.

Le savant astronome et physicien, Athanasius Kircher (+ à Rome 1680), avait un ami qui niait l’existence de Dieu et prétendait que les corps célestes s’étaient spontanément produits eux-mêmes. Un jour que cet agnostique vint de nouveau dans le cabinet du jésuite, il vit dans un coin un magnifique globe terrestre. «Qui, demanda-t-il au Père Kircher, a fait ce globe? – Personne; il est de lui-même. – Vous vous moquez de moi! – Mais non. Si les globes immenses du firmament n’ont pas été créés, pourquoi faut-il un artisan pour cette petite boule?» Le libertin s’en alla confus et obligé d’avouer que son principe était absurde.

L’existence de Dieu se déduit de l’existence des créatures.

Les poèmes de Schiller produits par le hasard.

Un soi-disant libre-penseur prétendait un jour en présence d’un prêtre que le monde est l’effet du hasard. «Ah! dit le prêtre, savez-vous aussi comment ont été produites les œuvres de Schiller? Je vais vous le dire. Schiller avait dans son cabinet un grand tas de papier. Des mouches, qui par hasard avaient les pattes pleines d’encre, se promenèrent sur ce papier, et les traits qui en résultèrent, donnèrent des pièces de vers. La science a démontré que Schiller n’a rien eu de commun avec leur composition.»

S’il est absurde de croire que les poèmes de Schiller sont l’effet du hasard, et non pas de l’intelligence du poète, il est plus absurde encore de croire à l’origine fortuite de l’univers sans le concours de l’Intelligence divine.

Autres histoires...