pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Ste-Famille

Le génie de Napoléon.

Dans son exil de Sainte-Hélène, Napoléon, rentré en lui-même, aimait à discourir sur des sujets de philosophie et de religion. Le général Bertrand, un de ses intimes, était un incrédule et dit un jour: «Dieu? Qu’est-ce? Vous ne L’avez jamais vu. – Vous n’avez, répliqua Napoléon, pas vu davantage mon intelligence, et après mes faits d’armes et mes victoires, vous avez parlé de mon génie. Et cependant que sont mes œuvres en comparaison des œuvres de la création? Que sont mes manœuvres les plus brillantes vis-à-vis du mouvement des astres? Si des merveilles de l’activité humaine, vous concluez à une haute intelligence que vous ne voyez pas, pourquoi ne voulez-vous pas déduire du magnifique spectacle de l’univers à un Créateur invisible?»

Combien juste est la parole du Psalmiste: «Les cieux racontent la gloire de Dieu, et le firmament annonce l’œuvre de Ses mains.» (Psaume 18, 2)

Le voyage autour du monde.

Supposez qu’un navire soit parti de Trieste, qu’il ait passé le détroit de Gibraltar, doublé le cap Horn, traversé l’Océan Pacifique, côtoyé l’Australie, les Indes, et soit revenu à Trieste par le canal de Suez, et qu’un homme prétende que ce navire a fait cette traversée au hasard des vents. Qui ne regarderait cette affirmation comme une insanité? Tout le monde admettra qu’un pilote éprouvé a dirigé le navire. Il en est de même de l’orbite des astres, qui exécutent leur révolution avec une précision mathématique: jamais on ne l’expliquera en dehors d’une Sagesse infinie.

De l’ordre de la création il faut conclure à un Ordonnateur suprême.

Autres histoires...

Ste-Famille

Le génie de Napoléon.

Dans son exil de Sainte-Hélène, Napoléon, rentré en lui-même, aimait à discourir sur des sujets de philosophie et de religion. Le général Bertrand, un de ses intimes, était un incrédule et dit un jour: «Dieu? Qu’est-ce? Vous ne L’avez jamais vu. – Vous n’avez, répliqua Napoléon, pas vu davantage mon intelligence, et après mes faits d’armes et mes victoires, vous avez parlé de mon génie. Et cependant que sont mes œuvres en comparaison des œuvres de la création? Que sont mes manœuvres les plus brillantes vis-à-vis du mouvement des astres? Si des merveilles de l’activité humaine, vous concluez à une haute intelligence que vous ne voyez pas, pourquoi ne voulez-vous pas déduire du magnifique spectacle de l’univers à un Créateur invisible?»

Combien juste est la parole du Psalmiste: «Les cieux racontent la gloire de Dieu, et le firmament annonce l’œuvre de Ses mains.» (Psaume 18, 2)

Le voyage autour du monde.

Supposez qu’un navire soit parti de Trieste, qu’il ait passé le détroit de Gibraltar, doublé le cap Horn, traversé l’Océan Pacifique, côtoyé l’Australie, les Indes, et soit revenu à Trieste par le canal de Suez, et qu’un homme prétende que ce navire a fait cette traversée au hasard des vents. Qui ne regarderait cette affirmation comme une insanité? Tout le monde admettra qu’un pilote éprouvé a dirigé le navire. Il en est de même de l’orbite des astres, qui exécutent leur révolution avec une précision mathématique: jamais on ne l’expliquera en dehors d’une Sagesse infinie.

De l’ordre de la création il faut conclure à un Ordonnateur suprême.

Autres histoires...