pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Ste-Famille

La preuve de l’existence de Dieu dans le gousset.

Balmès, le grand penseur espagnol, disait quelquefois en plaisantant qu’il portait la preuve de l’existence de Dieu dans son gilet. C’est de sa montre qu’il parlait. Sa boutade contenait le raisonnement suivant: Ma montre avec ses rouages suppose un ouvrier, un horloger adroit.

À plus forte raison a-t-il fallu une Intelligence infinie pour la grande machine des astres qui se meut au firmament avec tant de précision.

Le banc dans la forêt.

Deux amis, dont l’un était incrédule, firent un jour une excursion dans la forêt, et après avoir marché longtemps, s’assirent sur un banc pour se reposer. «Voyez, dit l’ami croyant à son compagnon, ces quatre pieux enfoncés en terre et la planche clouée dessus. Prétendrez-vous que ce banc organisé pour s’asseoir s’est fait lui-même ou qu’il ait poussé comme un champignon? Évidemment il a été l’œuvre d’un artisan qui par la disposition des pièces a voulu atteindre le but conçu dans sa pensée. Si une chose aussi simple suppose un esprit, à plus forte raison le corps humain, cet organisme si merveilleux, les plantes, les animaux, exigent-ils un Être souverainement sage qui les a adaptés à leur fin.»

De l’harmonie du corps humain et de toute la nature, il faut conclure à un Créateur suprême.

Autres histoires...

Ste-Famille

La preuve de l’existence de Dieu dans le gousset.

Balmès, le grand penseur espagnol, disait quelquefois en plaisantant qu’il portait la preuve de l’existence de Dieu dans son gilet. C’est de sa montre qu’il parlait. Sa boutade contenait le raisonnement suivant: Ma montre avec ses rouages suppose un ouvrier, un horloger adroit.

À plus forte raison a-t-il fallu une Intelligence infinie pour la grande machine des astres qui se meut au firmament avec tant de précision.

Le banc dans la forêt.

Deux amis, dont l’un était incrédule, firent un jour une excursion dans la forêt, et après avoir marché longtemps, s’assirent sur un banc pour se reposer. «Voyez, dit l’ami croyant à son compagnon, ces quatre pieux enfoncés en terre et la planche clouée dessus. Prétendrez-vous que ce banc organisé pour s’asseoir s’est fait lui-même ou qu’il ait poussé comme un champignon? Évidemment il a été l’œuvre d’un artisan qui par la disposition des pièces a voulu atteindre le but conçu dans sa pensée. Si une chose aussi simple suppose un esprit, à plus forte raison le corps humain, cet organisme si merveilleux, les plantes, les animaux, exigent-ils un Être souverainement sage qui les a adaptés à leur fin.»

De l’harmonie du corps humain et de toute la nature, il faut conclure à un Créateur suprême.

Autres histoires...